MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes










  •    

    Le Val-de-Marne fait son cinéma

    Les autres départements

    Sa situation géographique

    Le département du Val-de-Marne est un département français dont tout le territoire est inclus dans la Métropole du Grand Paris et qui fait partie de la région Île-de-France. Il est nommé ainsi car la Marne, la plus longue rivière française, coule sur son territoire.
    Il est limitrophe des départements de la Seine-Saint-Denis au nord-est, de Seine-et-Marne à l'est, de l'Essonne au sud, des Hauts-de-Seine à l'ouest et de Paris au nord-ouest.
    L'Insee et la Poste lui attribuent le code 94.

    Histoire du département

    Le département du Val-de-Marne a été créé le 1er janvier 1968, en application de la loi du 10 juillet 1964, conformément au décret d'application du 25 février 1965, à partir de la partie sud-est de l'ancien département de la Seine (29 communes) et d'une petite portion de celui de Seine-et-Oise (18 communes).
    Le Val-de-Marne, à la différence de la Seine-Saint-Denis, est un département très contrasté qui comprend des territoires que tout oppose, et qui compte à la fois nombre de communes de l'ancienne banlieue rouge et des communes beaucoup plus résidentielles (bords de Marne) ou beaucoup plus péri-urbaines, marquées par l'histoire de la ruralité et des espaces forestiers (des communes issues de l'ancienne Seine-et-Oise). À la création du département, ce dernier compte 1 121 319 habitants, principalement logés dans de petits pavillons de banlieue construits entre la fin du XIXIe siècle et les années 1930, et de grands ensembles dont la mise en chantier débute au sortir de la Seconde Guerre mondiale. La préfecture, Créteil, bénéficie d'un programme d'urbanisme particulier : le "Nouveau Créteil".
    Le pari politique à la création du département était de mélanger populations aisées, sur les franges du territoire, et populations ouvrières, au centre, afin de laisser une chance aux partis de droite de contrôler le conseil général3. Il s'agit donc d'une construction politique. Le pari est gagné lors des élections cantonales de 1970 avec la victoire des listes gaullistes aux élections cantonales. L'UDR Roland Nungesser devient président du Conseil général à la place du communiste Gaston Viens (premier président du conseil général, élu à la surprise générale). Le département bascule pourtant à gauche lors des élections cantonales de 1976 avec l'élection du communiste Michel Germa le 18 mars 1976 à la présidence du Conseil général. Le poids du PC s'érode, mais reste fort dans le département avec encore 21,18 % pour les listes communistes lors du premier tour des élections cantonales de 1992. Le PC se maintient ainsi comme la première force politique d'un département qui penche clairement à gauche. Michel Germa est remplacé par le communiste Christian Favier le 23 mars 2001.
    Toutefois il est important de noter que, jusqu'aux lois de décentralisation de 1982 au moins, le vrai pilote du département, dans ce contexte de régionalisation, est le préfet : Paul Camous, préfet délégué du val-de-Marne (1964-1967), puis Lucien Lanier, préfet du Val-de-Marne (1967-1974), et les préfets qui leur succéderont.

    La préfecture


    Les châteaux


    Les films tournés dans le département
    autre que la préfecture & les châteaux

    Les années 90

    LES ANGES GARDIENS

    1995, France, Comédie
    Réalisé par Jean-Marie Poiré
    Scénario de Christian Clavier & Jean-Marie Poiré
    Photographie de Christophe Beaucarne, Jean-Yves Le Mener & Christophe Legal
    Musique d'Eric Levi
    Décors d'Hugues Tissandier
    Costumes de Patricia Poiré
    Montage de Catherine Kelber
    Son de Maurice Laumain & Jean-Charles Ruault
    Mixage son de Bernard Le Roux & Claude Villand
    Casting de Françoise Menidrey & Marie-France Michel
    Durée 1 h 50

    Avec Gérard Depardieu, Christian Clavier, Eva Grimaldi, Yves Rénier, Alexandre Eskimo, Laurent Gendron, Eva Herzigova, Jean Champion, Anna Gaylor, Julien Courbey, Francis Lemaire, Olivier Achard, Arielle Sémenoff, François Morel, Philippe Nahon, Armelle, Françoise Bertin, Mouss Diouf, Michel Pilorgé, Renée Le Calm...

    Résumé : Antoine Carco est le patron du Carco's, un music-hall parisien de renom. Egoïste, averti, il aime l'argent, la bonne chère et les femmes. Il est fiancé à la meneuse de revue Régina Podium. Dans son monde de réussite et de paillettes, surgit de son fossé, un copain de régiment avec lequel il a fait les quatre cents coups autrefois. Cet homme lui téléphone de Hong-Kong ; il lui rappelle qu'il lui doit la vie sauve et lui demande de venir chercher son petit garçon de 5 ans, Bao. L'aventure commence...



    Lieux de tournage : Arcueil.

    Les années 2000

    AH ! SI J'ÉTAIS RICHE

    2002, France, Comédie
    Réalisé par Michel Munz & Gérard Bitton
    Scénario de Michel Munz & Gérard Bitton
    Photographie de Noélie Chicca Ungaro
    Musique de Michel Munz
    Décors de François Emmanuelli
    Costumes de Jacqueline Bouchard
    Montage de Marie Castro
    Son de Marc-Antoine Beldent
    Scripte de Patrick Aubrée
    Durée 1 h 35

    Avec Jean-Pierre Darroussin, Valeria Bruni-Tedeschi, Richard Berry, Zinedine Soualem, François Morel, Héléna Noguerra, Tony Gaultier, Henry Guybet, Darry Cowl, Jean Dujardin, Didier Flamand, Noémie Lvovsky, Sophie Mounicot, Anne Marivin, Roger Van Hool, Frédéric Bouraly...

    Résumé : Aldo est en plein divorce quand il gagne 10 millions au loto. Il veut partager les gains avec sa femme quand il découvre qu'elle le trompe avec son nouveau patron. Il décide donc de cacher la vérité jusqu'à la séparation (Et vlan...!). Tout irait pour le mieux si Aldo savait résister à la tentation du luxe mais ce n'est pas le cas, car faire le pauvre quand on est riche, c'est pas donné à tout le monde...

    L'avis de Ciném@ et Cie : Lorsque tant de violence et de mal être nous assaille qu’est-ce que ça fait du bien de se retrouver pendant 1 h 45 dans une ambiance de détente complète grâce aux scénaristes de "La vérité, si je mens !" (et sa suite) qui pour l’occasion, ont aussi signés la réalisation et la musique (Michel Munz). L’histoire "banale" d’un homme en train de divorcer qui gagne au loto et qui, comme on peut le comprendre, refuse de partager cette somme avec une femme qui est en train de le tromper avec son patron, donne lieu à de nombreuses scènes comiques. Il serait faux de dire que le "montant" Jean-Pierre Darroussin porte le film sur ses épaules car ce serait oublier tous les autres qui lui donnent la réplique, mais je trouve très juste de dire qu’il fait là un grand numéro d’acteur et que l’on en redemande encore... Je pourrais vous citer un nombre incalculable de scènes comiques voir hilarantes mais ce serait gâcher votre plaisir de les découvrir et de découvrir (ou redécouvrir) de grands comédiens qui ont l’air d’avoir pris un réel plaisir à tourner ensemble. La liste est longue, mais je pense qu’il est logique de citer la performance a contre emploi de Richard Berry, François Morel dans le rôle du meilleur ami, de Valeria Bruni-Tedeschi dans celui de la femme fragile, et enfin la très belle Hélena Noguerra. Un film à voir et à revoir sans modération.



    Lieux de tournage : Villejuif.

    Acteur



    Roland Blanche
    Né le 31 Décembre 1943
    à Choisy-Le-Roi