Accueil
Acteurs
Actrices
Compositeurs
Films
Photographes
Réalisateurs
Scénaristes
Technique
Récompenses
Thèmes










   


L'Essonne fait son cinéma
Les autres départements

Sa situation géographique

Le département de l'Essonne est un département français situé au sud de Paris, dans la région Île-de-France, pour partie intégré à l'agglomération parisienne, qui tire son nom de la rivière Essonne dont le cours traverse le territoire selon un axe sud-nord jusqu’à la confluence avec la Seine.
Officiellement créé le 1er janvier 1968 par démembrement de l'ancienne Seine-et-Oise, il porte le code Insee et postal 91, couvre un territoire de 1 804 km2, occupé en 2017 par 1 296 130 habitants, son chef-lieu est installé à Évry (Évry-Courcouronnes depuis 2019).
Quatre régions naturelles occupent le territoire, délimitées par les cours d’eau. Sur les deux tiers nord-ouest du département, à l’ouest de la rivière l’Essonne et au nord de la Louette se trouve le Hurepoix, au sud-ouest, délimité par la Louette et l’Essonne s’étendent les larges plaines de la Beauce, à l’extrême sud-est, approximativement dans la vallée de l’École se trouve le Gâtinais français et au nord-est, sur la rive droite de la Seine commence le plateau de la Brie. Ce territoire fertile est aujourd’hui encore fortement disparate, avec une urbanisation relativement dense au centre-nord dans la pénéplaine de l’Orge, la Seine et l’Essonne, la présence conjointe de bourgs, de culture maraîchère et d’espaces boisés protégés dans les vallées, de vastes espaces de grande culture céréalières sur les plateaux de l’ouest et du sud où se trouvent des villages ruraux. En 2003, ce sont ainsi près de 78 % du territoire qui étaient encore considérés comme ruraux.

Histoire du département

Le territoire de l’actuel département de l’Essonne fut occupé de façon certaine dès le Néolithique, comme en témoignent les découvertes en divers points du département de silex taillés et l’élévation de menhirs comme dans la forêt de Sénart à Brunoy. À l’époque gauloise, le territoire était à la frontière entre les domaines des Parisii au nord, des Carnutes au sud-ouest et des Sénons au sud-est. Des premières villes commencèrent alors à se démarquer, dont Dourdan, réputée pour son activité de poterie. L’invasion romaine permit l’édification d’une multitude de villa rustica sur les plateaux dominant les riches vallées, comme en témoignent les résultats de fouilles archéologiques à Orsay. D’autres villages se transformèrent en oppidum à la croisée des routes, tel Arpajon.
Milly-la-Forêt devint par la volonté de Dryus un centre druidique au IIe siècle av. J.-C., la région de Dourdan subissant l’autorité du roi païen Dordanus au IV siècle. Au VIe siècle s’acheva l’évangélisation du territoire, avec l’édification en 600 d’une première église à Corbeil-Essonnes et le développement à Palaiseau d’un abbaye sous l’impulsion de sainte Bathilde et saint Wandrille. En l’an 604 se déroula la première bataille d’Étampes entre Clotaire II, roi de Neustrie et Thierry II, roi de Bourgogne allié de Thibert II, roi d’Austrasie. À partir du VIIIe siècle, la plupart du territoire était intégré au domaine royal français, les rois disposant des lieux et distribuant les terres à leurs vassaux. Commença alors au Xe siècle l’édification de châteaux forts contrôlant les routes commerciales, comme à Montlhéry, ou pour arrêter les raids Vikings à Corbeil-Essonnes et La Ferté-Alais. À partir du XIe siècle, la basilique Notre-Dame-de-Bonne-Garde à Longpont-sur-Orge devint la première étape du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle depuis Paris.
Les révoltes des nobles locaux entraînèrent l’intégration complète du territoire dans le domaine royal, Robert II de France construisant le château d'Étampes, Louis VI de France démantelant le château de Montlhéry au XIIe siècle et réduisant à néant la puissante famille de Montlhéry, Philippe II de France construisant le château de Dourdan au XIIIe siècle. En 1131 se déroula le concile d’Étampes qui se prononça en faveur du futur pape Innocent II. En 1258 fut scellé le traité de Corbeil, fixant les limites territoriales entre le royaume de France et le royaume d'Aragon. Le domaine d’Étampes fut érigé en comté en 1298, créant alors la lignée des comtes puis ducs d’Étampes. De cette époque se fixèrent les deux composantes principales de l’économie locale, l’agriculture pour alimenter la capitale et l’industrie utilisant la force motrice des nombreux cours d’eau. Au XIIe siècle, les Grands moulins de Corbeil devinrent "moulins du Roi".
À partir du XIe siècle s’installèrent dans la région d’importantes commanderies templières à Étampes, Longjumeau, Chalou-Moulineux, Auvernaux, organisant de vaste domaines agricoles prospères. En 1305 fut signé le traité d'Athis-sur-Orge qui intégrait au royaume de France les villes de Lille, Douai et Béthune. En 1326 intervint le second traité de Corbeil, renouvelant l’Auld Alliance. En 1346, Philippe VI de France signa l’ordonnance de Brunoy, considérée comme le premier acte juridique en français ayant trait au développement durable. Survint alors la guerre de Cent Ans, causant des ravages et des massacres sur le territoire, comme l’incendie en 1360 de l’église Saint-Clément d’Arpajon par les troupes d’Édouard III d'Angleterre, brûlant vifs huit cents habitants. En 1371, ce fut au tour de Milly-la-Forêt d’être ravagée par le "prince noir" Édouard de Woodstock. Entre 1353 et 1355, Paris frappé par la peste noire utilisa les coches des bateliers de Corbeil, les corbeillards pour évacuer les cadavres, donnant ainsi naissance au mot corbillard. En 1465 eu lieu la bataille de Montlhéry entre Louis XI de France et Charles le Téméraire.
Le début de la Renaissance vit le développement commercial de la région, avec l’édification de halles à Milly-la-Forêt au XVe siècle puis Dourdan, Arpajon et Méréville au XVIe siècle. Dans le même temps, la fixation du pouvoir royal à Paris puis Versailles, deux villes proches et les apanages que constituaient les villes de Dourdan et Étampes, offertes en présents aux favorites Anne de Pisseleu et Gabrielle d'Estrées, entraînèrent l’établissement de châteaux, construits par les courtisans et les magistrats parisiens. En 1568 fut signée la Paix de Longjumeau, concluant la deuxième guerre de religion. En 1590, lors du siège de Paris, ce fut encore Corbeil, prise par Alexandre Farnèse qui permit le ravitaillement de Paris, bloqué par les troupes d’Henri IV de France. En 1628, la ville d’Essonnes fut ravagée par un incendie, provoqué par une nouvelle explosion du moulin à poudre. En 1652, en pleine Fronde, la seconde bataille d’Étampes mena à la victoire de Turenne qui avait stationné ses troupes à Arpajon.
Le XVIIIe siècle vit la région s’équiper de plusieurs hôtels-Dieu à Milly-la-Forêt, Dourdan et Arpajon, de relais de poste sur les routes de Fontainebleau et Orléans. Il s’acheva par la Révolution française, modifiant relativement peu le quotidien des habitants. Un fait-divers marqua cependant cette période troublée, l’assassinat à Étampes du maire Jacques Guillaume Simoneau, entraînant la création par l’Assemblée législative d’une "Fête de la Loi" sur tout le territoire. Relativement peu touché par les conflits en dehors de l’occupation prussienne en 1870, le territoire profita du XIXe siècle pour bénéficier d’une modernisation importante, avec la création de plusieurs lignes de chemin de fer, la ligne de Sceaux en 1854, la ligne Brétigny - Tours en 1867, la ligne de la grande ceinture en 1882, plusieurs villages devenant alors un lieu de villégiature pour les riches bourgeois parisiens et les artistes. L’ouverture de la ligne de tramway de l’Arpajonnais en 1894 permit une nouvelle montée en puissance des débouchés agricoles de la région, offrant un accès direct et rapide aux halles de Paris. L’industrie lourde fit aussi son apparition avec l’ouverture des usines Decauville à Évry-Petit-Bourg et des papeteries Darblay à Essonnes, faisant entrer cette riche famille essonnienne dans le cercle des "deux cents familles".
Le début du XXe siècle vit une nouvelle révolution pour le département, qui devint un des berceau de l’aviation, Viry-Châtillon accueillant en 1909 le premier aéroport organisé du monde à Port-Aviation, en 1910 Louis Blériot et Maurice Farman ouvraient des écoles sur l’aérodrome d'Étampes - Mondésir, Brétigny-sur-Orge disposait dès 1938 de la base aérienne 217, lieu de nombreux records. Autre site emblématique de la course à la vitesse, l’autodrome de Linas-Montlhéry créé en 1924 resta le lieu des plus célèbres courses automobiles jusque dans les années 1960. Relativement épargné par les deux conflits mondiaux, malgré la présence du camp de concentration de Linas-Montlhéry construit en 1940 par les nazis pour l’enfermement des Tsiganes, le futur département connu dès les années 1950 une forte poussée démographique, touché comme ces voisins par l’édification de bidonvilles aux portes de Paris, situation plus tard aggravée par la nécessité d’héberger les nombreux rapatriés d’Algérie venus s’installer dans la région. Ces bouleversements démographiques allaient entraîner le redécoupage administratif.

La préfecture


Le studio de cinéma


Les châteaux


Les films tournés dans le département
autre que la préfecture, le studio de cinéma & les châteaux

Les années 1960

PARIS BRÛLE-T-IL ?

1966, France/USA, Guerre
Réalisé par René Clément
Assistant réalisateur : Yves Boisset & Michel Wyn
Scénario de Gore Vidal, Francis Ford Coppola, Marcel Moussy, Beate von Molo, Jean Aurenche, Pierre Bost & Claude Brulé d'après le livre de Larry Collins & Dominique LaPierre
Photographie de Marcel Grignon
Musique de Maurice Jarre
Décors de Willy Holt, Marc Frédérix & Pierre Guffroy
Costumes de Pierre Nourry & Jean Zay
Montage de Robert Lawrence
Ingénieur du son : Jean Nény
Durée 2 h 55

Avec Jean-Paul Belmondo, Charles Boyer, Leslie Caron, Jean-Pierre Cassel, George Chakiris, Bruno Cremer, Claude Dauphin, Alain Delon, Kirk Douglas, Pierre Dux, Glenn Ford, Gert Fröbe, Daniel Gélin, Georges Géret, Yves Montand, Anthony Perkins, Michel Piccoli, Wolfgang Preiss, Claude Rich, Simone Signoret, Robert Stack, Jean-Louis Trintignant, Pierre Vaneck, Marie Versini, Skip Ward, Orson Welles, Michel Etcheverry, Félix Marten, Sacha Pitoëff, Albert Rémy, Pierre Collet, Paul Crauchet, Bernard Fresson, Georges Staquet, Roland Armontel, Paul Bisciglia, Paul Bonifas, Colette Brosset, Georges Claisse, Louis Daquin, Suzy Delair, Patrick Dewaere, André Falcon, Michel Fugain, Billy Kearns, Michael Lonsdale, E.G. Marshall, Mike Marshall, Jean Négroni, Georges Poujouly, Jacques Santi, Michel Sardou, Jean-Paul Tribout, Cécile Vassort, Dominique Zardi, Jean-Pierre Zola...

Résumé : Août 1944, les armées françaises et américaines approchent de la capitale. Hitler ordonne au général Von Choltitz d'anéantir Paris dès l'invasion des Alliés. Après le massacre d'étudiants, le colonel Rol incite le peuple à se soulever. Dès l'arrivée des Alliés, les combats éclatent...



Lieux de tournage : Arpajon & Limours.
LES AVENTURIERS

1967, France/Italie, Aventures
Réalisé par Robert Enrico
Scénario de Robert Enrico, José Giovanni & Pierre Pelegri
Photographie de Jean Boffety
Musique de François de Roubaix
Décors de Jacques D'Ovidio
Costumes de Paco Rabanne
Montage de Jacqueline Meppiel
Monteur assistant : Michel Lewin
Mixage son de Jean Nény
Scripte de Françoise Bettiol
Durée 1 h 52

Avec Alain Delon, Lino Ventura, Joanna Shimkus, Serge Reggiani, Hans Meyer, Jean Darie, Jean Trognon, Odile Poisson, Irène Tunc, Valéry Inkijinoff, Guy Delorme, Paul Crauchet...

Résumé : A la suite d'un échec professionnel, Roland et Manu, amis de longue date et amateurs de sensations fortes, décident de partir à la chasse au trésor d'un avion englouti. Aidé par Lætitia, les aventuriers partent au large du Congo à la recherche de cette cargaison de diamants. Toutefois, la tâche ne sera pas facile pour ces voyageurs car un armada de pirates souhaite aussi s'emparer de ce magot tant convoité...



Lieux de tournage : Champlan & Linas-Montlhéry.

Les années 1970

L'AVENTURE C'EST L'AVENTURE

1972, France/Italie, Comédie
Réalisé par Claude Lelouch
Directeur assistant : Claude Pinoteau
Scénario de Claude Lelouch & Pierre Uytterhoeven
Photographie de Jean Collomb
Musique de Francis Lai & José Padilla
Conducteur musical : Christian Gaubert
Montage de Janine Boublil
Son de Bernard Bats
Mixage son d'Alex Pront
Scripte de Suzanne Durrenberger
Durée 2 h 00

Avec Lino Ventura, Jacques Brel, Charles Denner, Johnny Hallyday, Charles Gérard, Aldo Maccione, Nicole Courcel, Yves Robert, André Falcon, Juan Luis Buñuel, Xavier Gélin, Henri Czarniak, Gérard Sire, Catherine Allégret, Élie Chouraqui, Jean Collomb, Georges Cravenne, Eva Damien, Michel Drucker, Sylvain Joubert, Pierre Kast, Lionel Vitrant...

Résumé : Post 68, devant un monde en apparente effervescence, trois gangsters et leurs deux aides de camps recyclent leurs méthodes traditionnelles de truands et décident de jouer la politique pour leurs méfaits : enlèvement de Johnny Hallyday (avec sa complicité, pour une campagne promotionnelle), mercenaires pour une armée révolutionnaire d'Amérique centrale (sans le sou mais qui en trouvera...), détournement d'avion non-violent, et bien d'autres surprises entre la France et l'Afrique...



Lieux de tournage : Aérodrome "Jean-Baptiste Salis" de Cerny-la Ferté-Alais.
POLICE PYTHON 357

1976, France/R.F.A., Policier
Réalisé par Alain Corneau
Scénario de Daniel Boulanger & Alain Corneau d'après le roman de Kenneth Fearing
Photographie d'Étienne Becker
Musique de Georges Delerue
Décors de Jean-Pierre Kohut-Svelko
Montage de Marie-Josèphe Yoyotte
Son d'Harald Maury
Mixage son de Jean Nény
Montage son de Violette Marfaing
Scripte de Bénédicte Kermadec
Durée 2 h 05

Avec Yves Montand, François Périer, Simone Signoret, Stefania Sandrelli, Mathieu Carrière, Vadim Glowna, Claude Bertrand, Gabrielle Doulcet, Serge Marquand, Roger Muni...

Résumé : A Orléans, alors qu'il est en train d'arrêter deux malfaiteurs, le commissaire Ferrot est photographié par une jeune femme. Quelque temps plus tard, il découvre son portrait dans la vitrine d'une boutique. Il demande à la photographe, Sylvia Leopardi, de lui donner les clichés. Elle accepte et promet de rendre également les négatifs. Le commissaire et la jeune femme se revoient à plusieurs reprises et tombent amoureux l'un de l'autre. Mais Sylvia a un autre homme dans sa vie, dont elle refuse de donner le nom. L'amant évincé est, en fait, le commissaire Ganay, le supérieur de Ferrot. Seule la femme paralytique de celui-ci, Thérèse, est au courant de cette liaison. Au cours d'une scène de jalousie, Ganay tue Sylvia. L'enquête est confiée au commissaire Ferrot...

Prix & Récompenses : César 1977 : Meilleur montage.



Lieux de tournage : Brunoy.

Les années 1980

ARSÈNE LUPIN JOUE ET PERD "813"

1980, France, Série
Réalisé par Alexandre Astruc
Scénario d'Alexandre Astruc & Roland Laudenbach
Musique de Georges Delerue
Photographie de Jean-Jacques Rochut
Décors de François Comtet
Costumes de Laurence Brignon & Jacques Fonteray
Montage de Jean-François Goyet, Nicole Lubtchansky & Catherine Quesemand
Son de Jean Pantaloni
Mixage son de Joël Faure
Scripte de Michèle Aragon
Durée 6 x 0 h 52

Avec Jean-Claude Brialy, Christiane Krüger, Maurice Biraud, Jacques Duby, Sacha Briquet, Maurice Sarfati, Philippe Ariotti, Paul Bisciglia, Gérard Buhr, Hubert Deschamps, François Maistre, Jeanne Goupil, Dominique Zardi, Anton Diffring, François Perrot, Henri Attal, Jacques Dacqmine...

Résumé : Trois meurtres sont commis dans un hôtel parisien. La carte ensanglantée d'Arsène Lupin est trouvée sur l'un des cadavres, le milliardaire Kesselbach. L'opinion publique, la presse et le gouvernement demandent l'arrestation du criminel. Monsieur Lenormand, le chef de la police, homme habile et avisé, affirme envers et contre tous mais sans pouvoir le prouver que "Lupin est dans le coup, mais il n'a pas tué". Un nombre "813", cinq lettres "APOON" et deux initiales "LM" gravées sur le porte cigarettes de l'assassin sont les seuls indices dont dispose Lenormand. Il faut aussi retrouver un certain Pierre Leduc et savoir pourquoi monsieur Kesselbach, lui accordait tant d'importance...

Lieux de tournage : Etampes.
L'AS DES AS

1982, France/Allemagne, Comédie
Réalisé par Gérard Oury
Scénario de Gérard Oury & Danièle Thompson
Photographie de Xaver Schwarzenberger
Musique de Vladimir Cosma
Décors de Rolf Zehetbauer
Costumes de Jacques Fonteray
Montage d'Albert Jurgenson
Montage son de Nadine Muse
Son d'Alain Sempé
Casting de Josef Moosholzer & Sabine Schroth
Durée 1 h 40

Avec Jean-Paul Belmondo, Marie-France Pisier, Rachid Ferrache, Frank Hoffmann, Günter Meisner, Benno Sterzenbach, Yves Pignot, Stéphane Ferrara, Jean-Roger Milo, Florent Pagny, Pierre Semmler...

Résumé : Le 1er août 1936, Georges - dit "Jo" - Cavalier, entraîneur de l'équipe française de boxe, conduit ses joueurs aux Jeux Olympiques de Berlin - dont l'organisation a prêté à controverse car l'Allemagne est sous la férule nazie depuis trois ans. Dans le Paris-Berlin qui file à bonne allure, Jo est abordé par un jeune garçon de dix ans - Karl Rosenblum - qui l'a reconnu et lui demande un autographe. L'enfant le suit un peu partout, alors que Jo aimerait bien rester seul avec Gaby Delcourt, une jolie Française qu'il vient de rencontrer à Paris. Jo est intrigué par cette jeune femme, mais à l'arrivée en gare de Berlin, c'est encore le petit Karl qui va lui donner du souci : en effet, l'enfant paraît abandonné; ses grands-parents ne sont pas venus le chercher...



Lieux de tournage : Cerny.

Les années 1990

J'EMBRASSE PAS

1991, France, Drame
Réalisé par André Téchiné
Scénario d'Isabelle Coudrier-Kleist, Michel Grisolia, André Téchiné & Jacques Nolot d'après son histoire
Photographie de Thierry Arbogast
Musique de Philippe Sarde
Décors de Vincent Mateu-Ferreur
Costumes de Claire Fraisse
Montage de Claudine Merlin & Edith Vassart
Son de Jean-Louis Ughetto & Claude Villand
Montage son d'Edith Vassard
Scripte de Michèle Andreucci
Durée 1 h 55

Avec Philippe Noiret, Emmanuelle Béart, Manuel Blanc, Hélène Vincent, Ivan Desny, Christophe Bernard, Roschdy Zem, Raphaëline Goupilleau, Michèle Moretti, Jean-Christophe Bouvet...

Résumé : Ayant toujours rêvé de Paris, Pierre arrive à la capitale avec le diplôme de brancardier, mais avec en tête l'idée de devenir comédien. Il renoue avec Evelyne, une infirmière rencontrée à Lourdes. Cette dernière, d'abord surprise, lui trouve une place à l'hôpital, un logement dans son immeuble et devient sa maîtresse. Grâce à un ami commun, Pierre est présenté à Romain, la cinquantaine, animateur à la télévision et homosexuel. Pierre refuse de donner suite à cette première rencontre. Les cours de théâtre se soldent par un fiasco, il perd son travail, quitte Evelyne et, réduit à la mendicité, bascule peu à peu dans le monde de la prostitution...

Prix & Récompenses : César 1992 : Meilleur espoir masculin.



Lieux de tournage : Boussy-Saint-Antoine.

Les années 2000

JE VAIS BIEN, NE T'EN FAIS PAS.

2006, Drame, France
Réalisé par Philippe Lioret
Scénario de Philippe Lioret & Olivier Adam d'après son roman
Photographie de Sacha Wiernik
Musique de Nicola Piovani
Décors d'Yves Brover
Costumes de Fanny Drouin
Montage d'Andréa Sedlackova
Son de Pierre Excoffier
Mixage son d'Eric Tisserand
Montage son de Laurent Quaglio
Casting de Laure Cochener
Scripte de Béatrice Pollet
Durée 1 h 40

Résumé : Comme elle rentre de vacances, Lili, 19 ans, apprend par ses parents que Loïc, son frère jumeau, suite à une violente dispute avec son père, a quitté la maison. Loïc ne lui donnant pas de nouvelles, Lili finit par se persuader qu'il lui est arrivé quelque chose et part à sa recherche. Ce qu'elle va découvrir dépasse l'entendement...

Prix & Récompenses :

César 2007 : Meilleur acteur dans un second rôle & meilleur espoir féminin.
Prix Lumières 2007 : Meilleur espoir masculin & meilleur espoir féminin.



Lieux de tournage : Savigny-sur-Orge.

Les années 2010


2010, France/Belgique, Biopic
Réalisé par Florent-Emilio Siri
Scénario de Julien Rappeneau & Florent-Emilio Siri
Photographie de Giovanni Fiore Coltellacci
Musique d'Alexandre Desplat
Décors de Philippe Chiffre & Hind Ghazali
Direction artistique de Dominique Carrara
Costumes de Mimi Lempicka
Montage d'Olivier Gajan
Montage son de Germain Boulay
Mixage son d'Antoine Deflandre & Frédéric Mascaras
Casting de Noureddine Aberdine & Olivier Carbone
Durée 2 h 28

Avec Jérémie Renier, Benoît Magimel, Monica Scattini, Sabrina Seyvecou, Ana Girardot, Joséphine Japy, Maud Jurez, Marc Barbé, Robert Knepper, Camille Japy, Thomas Jouannet, Laetitia Colombani...

Résumé : Star adulée et businessman, bête de scène et champion du marketing, machine à tubes et patron de presse, père de famille et homme à femmes, qui donc est vraiment Claude François ? Avant tout un artiste pétri de doutes et de contradictions dont la seule règle de conduite semble avoir toujours été : aller de l'avant et ne jamais s'arrêter. Déterminé à réussir coûte que coûte, à se battre pour rester au top, Claude François a une revanche à prendre sur la vie. Marqué à tout jamais par l'exil forcé d'Égypte qui voit basculer le destin de sa famille, meurtri par la rupture avec son père, Claude François n'a de cesse, tout au long de sa carrière, de chercher amour et reconnaissance auprès du public et des femmes. Quitte à parfois basculer dans les sombres excès d'une personnalité tourmentée. Cloclo ou le destin tragique d'une icône populaire française, décédée à l'âge de 39 ans qui, plus de trente ans après sa disparition, continue de fasciner...

Prix & Récompenses : César 2013 : Meilleur son.



Lieux de tournage : Dannemois.

2012, Comédie Dramatique, France
Réalisé par Nicolas Brossette
Scénario de Nicolas Brossette
Photographie de Benoît Chamaillard
Musique d'Alain Pewzner
Décors d'Angelo Zamparutti
Costumes de Virginie Alba
Montage de Jean-François Elie
Son de Sophie Laloy
Mixage son de Jean-Pierre Laforce
Montage son de Jocelyn Robert
Casting de Dorothée Chesnot
Scripte de Marine Billet
Durée 1 h 35

Avec Franck Dubosc, Claude Rich, Marie Kremer, Mathis Touré, Rufus, Olivier Claverie, Grégoire Oestermann, Tatiana Rojo, Frédéric Gorny...

Résumé : Marc Bajau sillonne le pays pour le compte d'une marque de vêtements. Il aime cette vie sur la route, libérée de toute contrainte et faite de rencontres d'un soir. Mais alors qu'il démarre une nouvelle tournée de promotion, sa dernière conquête s'en va en lui laissant son fils, Lucas, un petit métis de six ans... Commence alors une traversée de la France pas comme les autres, où Marc et Lucas vont croiser la route de Pierre, un retraité fantasque et envahissant, et celle de Julie, une jeune femme en errance. Au cours de cette odyssée, flanqué de son trio improbable, Marc Bajau va connaître "10 jours en or" qui vont changer sa vie...



Lieux de tournage : Bièvres & Breuillet.

Né(e)s dans le département

Acteurs


Claude Brosset
Né le 24/12/1943
à Juvisy-sur-Orge

Michel Serrault
Né le 24/01/1928
à Brunoy