MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes










  •    

    MICHEL SERRAULT

    Né le 24 Janvier 1928 à Brunoy (France)
    Décédé le 29 Juillet 2007 à Honfleur (France)

    Filmographie

    Acteur


    Bandes annonces


    Notes Biographiques

    Il fait deux années d’études au centre du spectacle de la rue Blanche
    1946 - Il signe son premier contrat pour une tournée en Allemagne
    1952 - Il rencontre Jean Poiret aux matinées classiques du théâtre Sarah-Bernhardt, il deviendront des sacrés compères que ce soit au cinéma, théâtre ou cabaret.
    1954 - Débute au cinéma dans Ah ! les belles bacchantes... de Jean Loubignac
    2007 - Le cinéma français, une nouvelle fois en deuil, perd un grand acteur aussi doué pour le comique, le drame ou le policier. Après une carrière longue de plus de 50 ans, ayant abordé le théâtre, le cinéma et la télévision, cet homme discret s'est éteint ce dimanche (29 juillet) dans sa maison de Normandie. Une carrière qui commence en 1946. En 1952 il fait une rencontre théâtrale celle de Jean Poiret. Ils ne se quitteront quasiment plus formant un duo comique des plus réussi alternant les spectacles sur scène et les films. Michel débute au cinéma en 1954 dans le film de Jean Loubignac "Ah les belles bacchantes" aux côtés de Robert Dhéry et Louis de Funès, suivra un petit rôle dans "Les Diaboliques" d'Henri-Georges Clouzot puis dans les années 60 il se consacrera plus volontiers au théâtre qu'au cinéma. En 1972, il tourne dans "Le viager" où il joue un homme de ses 40 à 100 ans. Pierre Tchernia le dirigera à nouveau dans "Les gaspard"(1973), "La gueule de l'autre"(1979). En 1973 est crée au théâtre par Jean Poiret ce qui deviendra un classique indémodable et une pièce au succès considérable "La cage aux folles". L'adaptation signée Edouard Molinaro en 1978 vaudra à l'acteur son premier César. Son deuxième César, il l'obtiendra pour ce rôle convaincant d'accusé dans le film de Claude Miller "Garde à vue" (1981). Le duo qu'il forme avec Lino Ventura donne un cachet particulier à cette confrontation et reste, pour moi, un grand moment de cinéma. Alternant par la suite des rôles graves et comiques, il remplit sa carrière de films tels "Mortelle Randonnée"(1982) du même réalisateur, "Nelly et Monsieur Arnaud". Cette incursion dans "l'univers de Sautet" via ce superbe film lui amènera un 3ème César bien mérité. Etienne Chatillez lui donnera ce beau rôle d'homme usé par le quotidien qui s'exile au calme dans "le bonheur est dans le pré" (1995). Suivront des films comme "Une hirondelle a fait le printemps", "Le papillon" montrant là encore ses talents de comédien à part entière capable de faire reposer un film sur son seul nom.
    Décidément, après les décès successif de Philippe Noiret et Jean-Claude Brialy, le cinéma français perd encore un peu de ce pan d'époque qui a vu naître des grands et qui ont su le rester. Michel Serrault était de ceux-là... La comédie, mais aussi le cinéma tout entier restera orphelin. Si Dieu le veut, il rejoindra ces gens...
    Par Patrick L.

    Photos