MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes










  •    


    Versailles fait son cinéma
    Les autres préfectures

    Sa situation géographique

    La commune de Versailles se trouve à 16,8 kilomètres au sud-ouest de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Bien qu'elle en soit le chef-lieu, elle est totalement excentrée par rapport au département des Yvelines, puisqu'elle est en fait limitrophe du département des Hauts-de-Seine.
    Les communes limitrophes sont Vaucresson, Marnes-la-Coquette et Ville-d'Avray au nord-est (toutes trois communes des Hauts-de-Seine), Viroflay à l'est, Vélizy-Villacoublay et Jouy-en-Josas au sud-est, Buc au sud, Guyancourt au sud-ouest, Saint-Cyr-l'École à l'ouest, Bailly et Rocquencourt au nord-ouest et Le Chesnay au nord.
    Versailles se trouve dans une vaste cuvette au sol calcaire, marécageux à l'origine du fait de la présence de limon argileux. La cuvette proprement dite est située entre 100 et 150 mètres d'altitude. Elle est entourée de hauteurs boisées culminant à près de 180 mètres : au sud le plateau de Satory, à l'est la forêt de Meudon et le plateau de Vélizy, au nord la forêt de Fausses-Reposes. La commune est prolongée à l'ouest par la plaine de Versailles. Le relief a été aplani au moment de l'édification du château de Versailles. Les dépressions, occupées par des étangs aujourd'hui disparus ou transformés en bassins, ont été comblées. La butte Montbauron, haute de 150 mètres, est un relief isolé formant une éminence au centre de la ville. Ce site ne dispose d'aucun cours d'eau important, caractéristique assez rare pour une ville de cette importance. Il est drainé par deux ruisseaux, le ru de Marivel, qui coule vers l'est et rejoint directement la Seine à Sèvres, et le ru de Gally qui rejoint vers l'ouest la Mauldre à Beynes. Ces cours d'eau ont été modifiés par l'urbanisation : le cours du ru de Gally a été amputé lors de la construction du château et du creusement du Grand Canal dont il est l’émissaire naturel tandis que le ru de Marivel est aujourd'hui devenu un égout entièrement couvert.
    Source : Wikipédia

    Histoire de la ville

    Le site de Versailles n'était probablement pas habité à l'époque préhistorique dans la mesure où on n'y a retrouvé aucun vestige archéologique. Cependant comme les terrains ont été fortement bouleversés lors des travaux de construction du château et de l'aménagement du parc, certaines traces ont pu être détruites. Dans les environs immédiats, des allées couvertes de l'époque néolithique, appartenant à la civilisation "Seine-et-Marne-Oise" ont été retrouvées à L'Étang-la-Ville et à Marly-le-Roi.
    Au temps des Gallo-Romains, le site se trouvait sur le tracé de la voie menant de Paris à la Normandie via Villepreux et Neauphle-le-Château.
    La première mention de Versailles est cité dans une charte, datée de l'an 1038, de l'abbaye de Saint-Père de Chartres dans laquelle est cité le nom d'un seigneur local, un certain Hugues de Versailles (Hugo de Versalliis). Ce serait le premier seigneur connu de Versailles.
    Une deuxième allusion apparaît en 1065 dans un acte par lequel un certain Geoffroy de Gometz fonda à cette date le prieuré de Bazainville, non loin de Houdan, qu'il donna à l'abbaye de Marmoutier de Tours. Pour assurer des ressources régulières et suffisantes, il lui accorde plusieurs terres et privilèges, avec en particulier "trois prébendes à Versailles dont l'une se trouve in domino". De ces trois prébendes canoniales, on peut émettre l'hypothèse que celle in domino relevait du seigneur de Versailles, les deux autres de l'abbaye tourangelle. Le village de Versailles serait donc né vers le milieu du XIe siècle d'une double initiative seigneuriale et religieuse. Dans le système féodal de la France médiévale, les seigneurs de Versailles étaient subordonnés directement au roi, sans suzerain intermédiaire entre eux et le roi. Ils n’étaient pas alors d’un rang très important.
    À la fin du XIe siècle, le premier village s’était établi auprès d’un manoir médiéval et autour de l’église Saint-Julien. La paroisse Saint-Julien de Versailles est citée dans une charte de 1084. Son activité agricole et sa position sur la route de Paris à Dreux et à la Normandie en firent un village prospère, surtout au cours du XIIIe siècle connu comme le "siècle de Saint Louis", qui fut une période de prospérité dans le nord de la France, marquée par la construction des cathédrales gothiques.
    Le XIVe siècle apporta la peste noire et la guerre de Cent Ans, avec leurs cortèges de mort et de destruction. À la fin de la guerre de Cent Ans, au XVe siècle, le village commença à se reconstruire avec une population de seulement 100 habitants. À cette époque deux autres villages existaient dans le territoire de la commune actuelle : Choisy-aux-Bœufs et Trianon. Ils disparurent par la suite englobés dans le parc du château. Le nom de Choisy-aux-Bœufs rappelle que ce village se trouvait sur le chemin par lequel les troupeaux de bœufs venant de Normandie étaient conduits à Paris.
    Au XIVe siècle, Gilles de Versailles exerce la charge de bailli du roi. En 1561, Martial de Loménie, secrétaire d’État aux finances du roi Charles IX, devint seul seigneur de Versailles. Il obtint l’autorisation d’établir 4 foires annuelles et un marché hebdomadaire le jeudi. La population de Versailles atteignait alors 500 habitants. Château et terre ne ressemblaient guère à ce qu'ils devinrent plus tard sous Louis XIV. Ils n'en excitèrent pas moins la jalousie et la convoitise de la famille de Retz. Le 6 avril 1571, Martial, poursuivi sous couleur de protestantisme, en réalité, à cause de son attachement au jeune Henri IV et à sa famille, fut privé de ses charges par arrêt et emprisonné. Le duc de Retz Albert de Gondi, originaire de Florence, arrivé en France avec Catherine de Médicis, alla le trouver dans sa prison. Au cours d'une scène dramatique, "usant d'atroces menaces", il lui fit signer la vente à vil prix de la Seigneurie de Versailles à son profit. Martial n'en fut pas moins égorgé dans sa prison le jour de la Saint-Barthélémy. Dès lors, Versailles fut la propriété des Gondi, une famille de juristes riches et influents au Parlement de Paris. Le petit-fils d’Albert, Henri de Gondi, qui devint cardinal, reçut à plusieurs reprises le roi Henri IV dans son manoir de Versailles. Dans les années 1610, les Gondi invitèrent plusieurs fois le jeune roi Louis XIII à des parties de chasse dans les vastes forêts de Versailles.
    En 1623, le roi Louis XIII fait construire un rendez-vous de chasse sur un terrain de 117 arpents (soit environ 350 hectares) acheté à divers propriétaires. C'est dans ce premier château que se déroula la journée des Dupes le 10 novembre 1630.
    Le 8 avril 1632, Louis XIII achète la totalité de la seigneurie de Versailles à son dernier seigneur, Jean-François de Gondi, archevêque de Paris pour la somme de 66 000 livres. C'est le tournant décisif dans l'installation de la royauté à Versailles. Cette même année, il nomme son valet de chambre, Arnault, comme gouverneur de Versailles, dont la fonction était d'administrer le domaine, c'est-à-dire tant la ville que le château. En 1634, sont achevés les travaux confiés à l'architecte Philibert Le Roy. Le premier manoir est reconstruit et agrandi sur place dans le style "Louis XIII". À la mort du roi, en 1643, le village de Versailles avait encore peu changé.
    Pour favoriser la construction de la ville, le roi Louis XIV prit deux importantes décisions, le 22 mai 1671, en faisant don de terrains à bâtir contre l'engagement de construire et le paiement d'un droit, modeste, de 5 sols par arpent et le 24 novembre 1672 en rendant insaisissables les immeubles construits.
    En 1673, est décidée la destruction du vieux village de Versailles. Une nouvelle église Saint-Julien, destinée à remplacer celle de l'ancien village, est édifiée en 1681-1682 près du nouveau cimetière de la Ville Neuve. Dès 1684, commencent les travaux de construction de la nouvelle église Notre-Dame destinée à la remplacer. Située dans l'axe de la rue Dauphine, elle est consacrée en 1686 et devient la paroisse royale de Versailles.
    En 1682, sont achevées la Petite Écurie et la Grande Écurie destinées à abriter les chevaux de selle et les carrosses royaux. Construites par Jules-Hardouin Mansart, de part et d'autre de l'avenue de Paris, elles complètent la place d'Armes face au château.
    En 1694, sont élus pour la première fois des représentants des habitants, les quaterniers, avec à leur tête un syndic.
    En 1713, le privilège d'insaisissabilité des immeubles instauré en 1672 est révoqué pour mettre fin aux abus.
    Avec l'installation du roi Louis XIV et de sa cour, le 6 mai 1682, la petite cité va connaître une destinée flamboyante pendant le règne de ce dernier avec une population d'environ 30 000 habitants à sa mort et continuera de grossir sous ses successeurs jusqu'à atteindre 50 000 âmes lorsque arrive la Révolution.
    À la mort de Louis XIV, le 1er septembre 1715, le Régent Philippe d'Orléans, décide de transférer la Cour à Paris. Commence alors une phase de déclin pour la ville qui voit sa population diminuer rapidement de moitié : le marché immobilier s'effondre. La situation se rétablit 7 ans plus tard, le 15 juin 1722, avec le retour du roi Louis XV, alors âgé de 12 ans.
    En 1737, l'étang de Clagny, situé au nord de la Ville Neuve et qui était alors devenu un cloaque recevant tous les égouts, fut comblé et permit de récupérer vingt-quatre hectares immédiatement ouverts à la construction.
    En 1740, une émeute se produisit dans le magasin des farines du marché de la Ville Neuve, appelé le "Poids le Roi". Dans un contexte de mauvaise récolte, des Versaillaises, voulant s'opposer à l'enlèvement de farines par les boulangers parisiens, furent réprimées par les gardes suisses.
    En 1743, commencèrent, sous la direction de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, les travaux de construction de l'église Saint-Louis qui s'achevèrent neuf ans plus tard, et contribuèrent avec la création du marché des "Carrés Saint-Louis" à l'urbanisation du quartier Saint-Louis.
    En 1759, pour accueillir les services de l'État, notamment des ministères des Affaires étrangères et de la Guerre, le roi fit construire par l'architecte Jean-Baptiste Berthier, d'une part, l'hôtel de la Marine et des Affaires étrangères et, d'autre part, celui de la Guerre. De nombreux hôtels particuliers sont également construits à cette époque.
    Le 18 novembre 1777, est inauguré, rue des Réservoirs, le théâtre de Versailles, l'un des plus anciens de France, à l'initiative de mademoiselle Montansier.
    Un des premiers vols de ballon à air chaud eut lieu à Versailles le 19 septembre 1783. Un ballon, préparé par Étienne de Montgolfier, transportant un mouton, un coq et un canard, s'éleva de la place du château pour se reposer 3 Km plus loin.
    En 1787, le faubourg de Montreuil est annexé à Versailles, tant pour des raisons fiscales que pour améliorer la sécurité publique en étendant le domaine d'intervention de la police. La première municipalité de Versailles, créée par ordonnance de Louis XVI, se réunit pour la première fois le 4 janvier 1788. Elle comprenait 32 élus, sous la direction du syndic, Marc-Antoine Thierry, baron de la Ville-d'Avray, premier valet de chambre du roi. Sa principale mission était de voter le budget de la ville. La police restait l'apanage du bailli.
    Siège du pouvoir politique, Versailles devint naturellement le berceau de la Révolution française. Les États généraux se réunirent à Versailles le 5 mai 1789 à l'hôtel des Menus Plaisirs et le 17 juin 1789, sur proposition de l’Abbé Sieyès, ils prennent le titre d’"Assemblée nationale". Le roi ayant fait fermer l'hôtel des Menus Plaisirs, les membres du tiers état occupèrent la salle du jeu de paume le 20 juin 1789, où ils prononcent le célèbre serment. Après la prise de la Bastille, les premiers nobles émigrés, parmi lesquels le comte d'Artois, futur Charles X, frère de Louis XVI quittent Versailles. L’Assemblée constituante abolit le féodalisme le 4 août 1789. Finalement, les 5 et 6 octobre 1789, une foule venue de Paris envahit le château et força la famille royale à revenir à Paris. Peu après, l’Assemblée constituante suivit le roi à Paris et ce fut la fin du rôle de capitale de Versailles.
    À l'époque de la Révolution, la commune avait proposé à la Convention de rebaptiser Versailles en "Berceau-de-la-Liberté", mais a dû se rétracter devant les réticences d'une grande partie de la population. La ville perdit, par la suite, une bonne partie de ses habitants. De 50 000, la population descendit à 28 000 habitants en 1824.
    Le 8 février 1791, la ville élit son premier maire, Jean-François Coste. Le 9 septembre 1792, des prisonniers d'Orléans qui devaient être conduits à Paris sont massacrés par des émeutiers étrangers à la ville, malgré le comportement courageux du nouveau maire Hyacinthe Richaud. Le château, dépouillé de ses meubles et de ses ornements pendant la Révolution, fut laissé à l’abandon. Il n'est toutefois pas détruit. Sous le Directoire, on y installe un musée spécial de l'École française. Napoléon y séjourna brièvement, n’y passant qu’une seule nuit, avant de l’abandonner définitivement.
    Le 3 janvier 1805, le pape Pie VII, venu à Paris pour couronner Napoléon, est invité à Versailles. Il fut reçu par le premier évêque de Versailles, Mgr Charrier de la Roche, à la cathédrale Saint-Louis puis bénit la foule rassemblée devant le château.
    Le 31 mars 1814, l'armée prussienne occupe la ville, qui est à nouveau envahie en 1815, jusqu'au 28 décembre.
    Le 10 juin 1837, le roi des Français Louis-Philippe, inaugure dans le château, le musée d’Histoire de France, musée de peintures et de sculptures consacré aux "Gloires de la France".
    En 1839 et 1840, sont mis en service les chemins de fer de "rive droit" et de "rive gauche" qui relient la ville à Paris, respectivement, à la gare Saint-Lazare et à la gare Montparnasse.
    L'importance de cette grande ville va dès lors décliner, alors qu'elle est abandonnée par le pouvoir. Ce déclin va cesser après 1871, à la suite de l’insurrection de la Commune de Paris, date à laquelle le gouvernement de Thiers s'installe à Versailles, situation qui perdurera jusqu'en 1879.
    La ville est à nouveau occupée par les troupes prussiennes à partir du 19 septembre 1870, tandis que Paris est assiégée. L'occupation durera 174 jours jusqu'au 12 mars 1871. Versailles doit faire face à de lourdes réquisitions. S'opposant à des demandes excessives, le maire, Charles-Victor Chevrey-Rameau, et trois de ses conseillers sont incarcérés le 31 décembre 1870 et libérés le 6 janvier suivant après que les commerçants ont payé la rançon. Le roi de Prusse Guillaume Ier s'installe dans le château de Versailles et se fait proclamer empereur d'Allemagne le 18 janvier 1871 dans la Galerie des Glaces.
    Au début de la Commune de Paris, le gouvernement de Thiers fuit le soulèvement parisien du 18 mars et s'installe à Versailles, suivi par une foule de Parisiens dont le nombre fut estimé à plus de 70 000 par le maire alors que la ville ne comptait que 44 000 habitants au recensement de 1866. Louise Michel a été détenue au camp de Satory, où 25 communards furent fusillés, dont le colonel Louis Rossel et le militant blanquiste Théophile Ferré.
    Un hémicycle est construit en 1875 dans l'aile du Midi du château pour accueillir la Chambre des Députés tandis que le Sénat siège à l'Opéra. Les deux chambres votent le 19 juin 1879 leur transfert à Paris. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la communauté juive de Versailles a vécu une grande page avec Mahir Charleville, grand rabbin de Versailles, le développement a été profondément marqué par un certain modernisme. Il inaugure, notamment, le temple de la Rue Joly, offert par Cécile Furtado-Heine et la communauté versaillaise à l'aube du nouveau siècle, rejoint le Consistoire de Nantes. Dès lors, Versailles va évoluer comme une ville de province avec, cependant, tout le faste d'une ville touristique importante.
    Il fallut attendre 1901 pour que Versailles retrouve son niveau de population de 1790, avec 54 982 habitants au recensement de 1901. En 1919, à la fin de la Première Guerre mondiale, Versailles fut à nouveau en vedette lorsque les différents traités mettant fin à la guerre furent négociés et signés dans le château lui-même ou au Grand Trianon ; notamment, le 28 juin 1919, eut lieu la signature du Traité de Versailles dans la galerie des Glaces du château.
    Dans les années 1923-1932, un industriel américain, John D. Rockefeller, fit des dons d'un montant total de 23 millions de dollars qui contribuèrent grandement à la restauration du château et du parc, notamment la réfection des toits.
    Pendant la Seconde Guerre mondiale, Versailles est occupée par les troupes allemandes du 14 juin 1940 au 24 août 1944, date de l'entrée des premiers blindés de la 2e DB du général Leclerc. Elle subit, notamment en février et juin 1944, d'importants bombardements visant la gare des Chantiers et le camp de Satory et qui firent plus de 300 victimes. Deux faits ont marqué la Résistance à Versailles. Le 27 août 1941, au cours d'une cérémonie dans la caserne Borgnis-Desbordes (dans laquelle se trouvait la Légion des volontaires français) le jeune Paul Collette tenta d'abattre Pierre Laval et Marcel Déat en tirant 5 balles de revolver. Cet événement n’eut pas de conséquences politiques. Le 13 mai 1944, de jeunes Versaillais incendient le fichier du recensement dans les services du STO, place Hoche. Arrêtés par la suite sur dénonciation, ils sont morts en déportation.
    Le 3 mars 1957, le réseau des Tramways de Versailles fut fermé et remplacé par des autobus. La même année est achevée après six ans de travaux la restauration de l'Opéra royal, qui sert également d'assemblée au Sénat.
    Le 25 février 1965, un décret fixa à Versailles le chef-lieu du nouveau département des Yvelines, créé officiellement le 1er janvier 1968 en application de la loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne.
    En 2002, est créée la communauté de communes du Grand Parc qui regroupe 7 communes de la plaine de Versailles auxquelles s'adjoignent par la suite Bois-d'Arcy et Bièvres, soit une population totale de plus de 160 000 habitants (Versailles représente 56 % de la population totale). Aujourd'hui, avec la croissance de la banlieue de Paris, Versailles, se trouve englobée dans l’agglomération parisienne. Le rôle de Versailles comme centre administratif et judiciaire s’est renforcé dans les années 1960 et 1970 et la ville est devenue le principal centre de la banlieue ouest de Paris.
    Depuis le 1er janvier 2010, la communauté de communes est devenue une communauté d'agglomération.
    Source : Wikipédia

    Les films tournés à Versailles

    Les années 50

    MADAME DE...

    1953, France/Italie, Comédie Dramatique
    Réalisé par Max Ophüls
    Scénario de Marcel Achard, Max Ophüls & Annette Wademant d'après le roman de Louise de Vilmorin
    Photographie de Christian Matras
    Musique de Georges Van Parys & Oscar Strauss
    Décors de Jean D'Eaubonne
    Costumes de Georges Annenkov & Rosine Delamare
    Montage de Borys Lewin
    Son d'Antoine Petitjean
    Scripte de Francine Corteggiani
    Durée 1 h 42

    Avec Charles Boyer, Danielle Darrieux, Vittorio De Sica, Jean Debucourt, Jean Galland, Mireille Perrey, Paul Azaïs, Josselin, Madeleine Barbulée, Gérard Buhr, René Worms...

    Résumé : En 1900, à Paris. Louise, épouse particulièrement coquette et frivole d'un général attaché au ministère de la Guerre, vend en secret des boucles d'oreilles dans le but de rembourser une très importante dette de jeu qu'elle a contractée. Elle feint ensuite de les avoir perdues au cours d'une soirée à l'opéra. Les bijoux, finalement, arrivent dans les mains du baron Fausto Donati, qui, en les offrant à Louise, y trouve enfin l'occasion de lui déclarer sa flamme. La jeune femme tente alors de faire croire à son mari que c'est le hasard le plus total qui a fait ressurgir ces bijoux dans sa vie. Mais il ne la croit pas et provoque le baron en duel...

    Voir aussi : Marcel Achard, Hauts-de-Seine, Paris 5, 8, Studios de Boulogne-Billancourt, Yvelines.

    Les années 60

    LE CORNIAUD

    1965, France/Italie, Comédie
    Réalisé par Gérard Oury
    Scénario de Gérard Oury, Marcel Jullian, Georges Tabet & André Tabet
    Photographie d'Henri Decaë
    Musique de Georges Delerue
    Décors de Francesco Ciarletta & Robert Giordani
    Costumes de Tanine Autré
    Montage d'Albert Jurgenson
    Scripte de Lucile Costa
    Durée 1 h 51

    Avec Bourvil, Louis de Funès, Venantino Venantini, Henri Génès, Lando Buzzanca, Jacques Eyser, Henri Virlojeux, Jean Meyer, Guy Delorme, Guy Grosso, Michel Modo, Walter Chiari, José Luis de Vilallonga, Nicole Desailly, Daniela Rocca, Saro Urzì...

    Résumé : Antoine Maréchal, petit commerçant à Paris, s'apprête à partir en vacances en Italie lorsque sa 2CV est percutée par la luxueuse voiture du coléreux monsieur Saroyan, directeur d'une maison d'import-export. Soudain monsieur Saroyan reconnaît ses torts et offre à Maréchal, qui n'en croit pas ses oreilles, le voyage Paris-Naples en avion et de revenir tous frais payés avec la Cadillac d'un de ses amis...
    © Valoria Films / StudioCanal
    L'ARMÉE DES OMBRES

    1969, France, Guerre
    Réalisé par Jean-Pierre Melville
    Scénario de Jean-Pierre Melville d'après le roman de Joseph Kessel
    Photographie de Pierre Lhomme & Walter Wottitz
    Musique de Éric Demarsan
    Décors de Théobald Meurisse
    Costumes de Colette Baudot
    Montage de Françoise Bonnot
    Durée 2 h 30

    Avec Lino Ventura, Paul Meurisse, Jean-Pierre Cassel, Simone Signoret, Claude Mann, Paul Crauchet, Christian Barbier, Serge Reggiani, Alain Mottet, Alain Libolt, Marco Perrin, Nathalie Delon...

    Résumé : Octobre 1942 - Philippe Gerbier est interné dans un camp français, puis transféré au QG de la gestapo à Paris. Il s'évade en tuant une sentinelle et fuit vers Marseille. Il est chargé avec Félix et le bison d'exécuter un prêtre. Jean-François un ami de régiment de Félix, entre dans le réseau et réussit sa première mission...

    Les années 70

    L'AVENTURE C'EST L'AVENTURE

    1972, France/Italie, Comédie
    Réalisé par Claude Lelouch
    Directeur assistant : Claude Pinoteau
    Scénario de Claude Lelouch & Pierre Uytterhoeven
    Photographie de Jean Collomb
    Musique de Francis Lai & José Padilla
    Conducteur musical : Christian Gaubert
    Montage de Janine Boublil
    Son de Bernard Bats
    Mixage son d'Alex Pront
    Scripte de Suzanne Durrenberger
    Durée 2 h 00

    Avec Lino Ventura, Jacques Brel, Charles Denner, Johnny Hallyday, Charles Gérard, Aldo Maccione, Nicole Courcel, Yves Robert, André Falcon, Juan Luis Buñuel, Xavier Gélin, Henri Czarniak, Gérard Sire, Catherine Allégret, Élie Chouraqui, Jean Collomb, Georges Cravenne, Eva Damien, Michel Drucker, Sylvain Joubert, Pierre Kast, Lionel Vitrant...

    Résumé : Post 68, devant un monde en apparente effervescence, trois gangsters et leurs deux aides de camps recyclent leurs méthodes traditionnelles de truands et décident de jouer la politique pour leurs méfaits : enlèvement de Johnny Hallyday (avec sa complicité, pour une campagne promotionnelle), mercenaires pour une armée révolutionnaire d'Amérique centrale (sans le sou mais qui en trouvera...), détournement d'avion non-violent, et bien d'autres surprises entre la France et l'Afrique...

    LA CARAPATE

    1978, France, Comédie
    Réalisé par Gérard Oury
    Scénario de Gérard Oury & Danièle Thompson
    Photographie d'Edmond Séchan
    Musique de M. Philippe-Gérard
    Décors de Jean André & Georges Glon
    Costumes de Tanine Autré
    Montage d'Albert Jurgenson
    Son de Jacques Maumont & Alain Sempé
    Durée 1 h 40

    Avec Pierre Richard, Victor Lanoux, Raymond Bussières, Claude Brosset, Jacques Frantz, Claire Richard, Blanche Ravalec, Bernard Granger, Robert Dalban, Jean-Pierre Darras, Bruno Balp, Erick Desmarestz, Janine Souchon, Janine Darcey, Katia Tchenko, Alain Doutey, Henri Attal, Patrick Floersheim, Luc Florian, Roger Muni...

    Résumé : Le 27 mai 1968, Jean-Philippe Duroc, un avocat, quitte Paris et se rend à la prison de Lyon pour rencontrer son client, Martial Gaulard, et lui annoncer que son pourvoi en cassation a été rejeté. A peine dans les lieux, une mutinerie éclate...


    Les années 80

    LE BATTANT

    1983, France, Policier
    Réalisé par Alain Delon & Robin Davis
    Scénario d'Alain Delon & Christopher Frank d'après le roman d'André Caroff
    Photographie de Jean Tournier
    Musique de Christian Dorisse
    Décors de Théobald Meurisse
    Montage de Michel Lewin
    Son de Michel Desrois
    Montage son de Gérard Le Du
    Casting d'Anita Benoist
    Scripte de Catherine Prévert
    Durée 2 h 01

    Avec Alain Delon, François Périer, Pierre Mondy, Anne Parillaud, Andréa Ferréol, Marie-Christine Descouard, Michel Beaune, Gérard Hérold, Jean-François Garreaud, Richard Anconina, Philippe Castelli, Albert Dray...

    Résumé : Darnay est arrêté pour un hold-up suivi d'un meurtre qu'il n'a pas commis. Il sort de prison après huit ans d'incarcération. Ruggeri, chef d'une bande de truands et responsable des méfaits dont on a accusé Darnay, le prend sous sa protection à sa sortie...


    Les années 90

    BETTY

    1992, France, Drame
    Réalisé par Claude Chabrol
    Scénario de Claude Chabrol
    Photographie de Bernard Zitzermann
    Musique de Matthieu Chabrol
    Décors de François Benoît-Fresco
    Costumes de Cristine Guégan
    Montage de Monique Fardoulis
    Son de Jean-Bernard Thomasson & Maurice Gilbert
    Durée 1 h 43

    Avec Marie Trintignant, Stéphane Audran, Jean-François Garreaud, Yves Lambrecht, Christiane Minazzoli, Brigitte Chamarande, Sylvie Flepp, Dominique Reymond, Yves Verhoeven, Henri Attal, Raoul Curet, Julie Marboeuf, Pierre Vernier, Thomas Chabrol, Pierre Martot, Gilbert Melki, Jean-Michel Noirey, Dominique Reymond...

    Résumé : Betty est ivre, elle se laisse accompagner par un compagnon de rencontre. Cet homme est médecin et l'entraîne au "Trou", un restaurant où tout le monde est bizarre (Bon appétit). Elle va y rencontrer, Laure, la maîtresse Mario, le patron, aide Betty à dessoûler, la loge dans son hôtel et se prends d'amitié pour elle. Elle va vite comprendre pourquoi Betty a pu en arriver là, c'est à dire à boire...


    Les années 2000

    BANCS PUBLICS
    (Versailles rive droite)

    2009, France, Comédie
    Réalisé par Bruno Podalydès
    Scénario de Bruno Podalydès & Olivia Basset
    Photographie d'Yves Cape
    Musique de David Lafore & Ezéchiel Pailhès
    Décors de Marie Cheminal
    Costumes de Dorothée Guiraud
    Montage d'Emmanuelle Castro
    Son de Laurent Poirier
    Montage son de Nicolas Moreau
    Mixage son de Cyril Holtz & Philippe Amouroux
    Scripte d'Anne Wermelinger
    Durée 1 h 50

    Avec Denis Podalydès, Samir Guesmi, Bruno Podalydès, Olivier Gourmet, Chantal Lauby, Hippolyte Girardot, Blandine Lenoir, Michel Vuillermoz, Josiane Balasko, Eric Prat, Thierry Lhermitte, Micheline Dax, Bernard Campan, Julie Depardieu, Agathe Natanson, Pierre Arditi, Claude Rich, Michel Aumont, Didier Bourdon, Nicole Garcia, Vincent Elbaz, Mathieu Amalric, Catherine Rich, Eric Elmosnino, Chiara Mastroianni, Emmanuelle Devos, Jean-Noël Brouté, Elie Semoun, Isabelle Candelier, Philippe Uchan, Guilaine Londez, Pascal Légitimus, Amira Casar, Michael Lonsdale, Christophe Beaucarne, Catherine Deneuve, Bruno Solo, Benoît Poelvoorde...

    Résumé : Lucie arrive à son bureau et découvre, accrochée sous une fenêtre de l'immeuble d'en face, une banderole noire avec écrit : "HOMME SEUL". Est-ce un gag, un cri du cœur, un appel au secours ? Lucie et ses deux collègues s'interrogent et décident de mener leur enquête. A midi, elles pique-niquent à côté, au "SQUARE DES FRANCINE". Là, les amoureux graves, les solitaires enjoués, joueurs de tous âges, tournent autour du joyeux jet d'eau. La ronde continue en face, au magasin "BRICO-DREAM" où, sous les conseils plus ou moins compétents d'une équipe de vendeurs en sureffectif, les clients calculent, échafaudent, tendus, angoissés, ayant peur de repartir avec des étagères trop courtes, des vis trop longues. A la fin du jour, aurons-nous croisé l"'homme seul" parmi la multitude de ces personnages affairés ?...


    Les années 2010


    2012, France/Belgique, Comédie
    Réalisé par Marc Fitoussi
    Scénario de Marc Fitoussi
    Photographie de Céline Bozon
    Musique de Tim Gane & Sean O'Hagan
    Décors de Samuel Deshors
    Costumes de Marité Coutard
    Montage de Martine Giordano
    Son de Benoit Biral, Benjamin Laurent, Olivier Le Vacon
    Casting de Francesco Vedovati
    Scripte de Lara Rastelli
    Durée 1 h 41

    Avec Sandrine Kiberlain, Audrey Lamy, Claudio Santamaria, Antoine Chappey, Anne Benoît, Sabrina Impacciatore, Michèle Moretti, Wladimir Yordanoff...

    Résumé : Plaquée par son petit ami, Pauline se laisse entraîner par sa sœur dans un palace de la riviera italienne. Au lieu de savourer les joies du farniente, elle se persuade qu’un crime a été commis dans l’hôtel et s’improvise détective, embarquant dans ses investigations un séduisant maître-nageur...


    Né(e)s à Versailles

    Acteur


    Denis Podalydès
    Né le 22/04/1963

    Actrice


    Stéphane Audran
    Née le 2/11/1932