Accueil
Acteurs
Actrices
Compositeurs
Films
Photographes
Réalisateurs
Scénaristes
Technique
Récompenses
Thèmes










   

Les studios de Saint-Maurice
font leur cinéma

Les autres studios

Histoire

1913 : un atelier de prises de vue cinématographiques est créé par un particulier. Cette initiative évolue en un ensemble de remises appartenant à Louis Aubert, distributeur de films. Contrairement à Joinville, Saint-Maurice réalise peu de films importants dans les années 1920.
1930 : la société américaine Paramount rachète la Société Louis Aubert. Elle construit des studios équipés pour le cinéma parlant. On y tourne des plans raccords sonores pour des films tournés aux Etats-Unis puis des films destinés à l’Europe. Le cinéma "parlant". Marcel Pagnol contacte la Paramount pour adapter Marius. La réalisation est confiée à l’anglais Alexander Korda qui accepte de se soumettre aux exigences de Pagnol. Marius est un des premiers films à succès du cinéma parlant français.
A Saint-Maurice, on tourne le même film dans différentes langues : la mise en scène est la même, mais des équipes étrangères tournent une autre version sonore. Marius est tourné avec une équipe allemande et une équipe suédoise. Il peut y avoir dix versions d’un film ! Ce type de production fait perdre de l’argent à la Paramount. En 1933, on adopte le principe du doublage (ce qui divise le prix des films par 6) et La Paramount abandonne Saint-Maurice. Bernard Natan, évincé de Pathé, dirige les studios qui seront rachetés par Gaumont..
1945-1960 : Le cinéma français occupe une place importante dans le monde. A la génération des "anciens" (Abel Gance, Marcel Carné, Marc Allégret) s’ajoute la nouvelle génération (Louis Daquin, René Clément, Jean-Paul Le Chanois, André Cayatte). En 1948, l’approvisionnement redevient normal ce qui permet aux studios de reprendre leur rythme d’avant-guerre : les sept plateaux fonctionnent à plein. L’utilisation de la couleur tend à se généraliser. Les décorateurs savent que désormais les costumes, les décors seront vus en couleurs réelles (tandis que le cinéma en noir et blanc privilégiait les tons pastels, gris, beiges, marron).
Les années 60 : La télévision amène une baisse de fréquentation des salles de cinéma. Beaucoup seront reconverties en garages, surfaces commerciales ou bien détruites. La situation des studios se dégrade : on passe de 49 plateaux (1950) à 10 (1984). Le décor naturel est utilisé. Diverses catégories des métiers du cinéma connaissent désormais le chômage. Les studios de Saint-Maurice ferment en 1971.

Les films tournés dans les studios

Les années 1940

LA FIANCÉE DES TÉNÈBRES

1945, France, Fantastique
Réalisé par Serge de Poligny
Scénario de Jean Anouilh, Gaston Bonheur, Henri Calef & Serge de Poligny
Photographie de Roger Hubert
Musique de Marcel Mirouze
Décors de Jacques Krauss
Montage de Jean Feyte
Son de Jacques Carrère & René-Christian Forget
Scripte d'Andrée Feix
Durée 1 h 40

Avec Pierre Richard-Willm, Jany Holt, Line Noro, Palau, Anne Belval, Gaston Gabaroche, Robert Dhéry, Simone Valère, Fernand Charpin, Edouard Delmont, Léonce Corne, Paul Demange, Marcel Maupi...

Résumé : A Carcassonne. Orpheline, Sylvie a été recueillie par monsieur Toulzac, un ancien instituteur devenu impotent, et qui voue sa vie à la découverte du secret des Cathares. La jeune femme est persuadée qu'elle porte malheur aux hommes qu'elle aime. Sur les remparts de la ville, elle rencontre le compositeur Roland Samblanca, qui vient de rentrer dans sa ville natale avec sa famille. A la demande de monsieur Toulzac, Sylvie se rend dans une cathédrale souterraine à la recherche du sanctuaire des Albigeois. Roland la suit. Au moment où elle lui avoue son amour, la cathédrale s'écroule...

Voir aussi : Carcassonne, Jean Anouilh & Val-de-Marne.

Les années 1950

LE PASSE-MURAILLE

1950, France, Comédie
Réalisé par Jean Boyer
Scénario de Michel Audiard & Jean Boyer d'après le roman de Marcel Aymé
Photographie de Charles Suin
Musique de Georges Van Parys
Décors de Robert Giordani
Montage de Fanchette Mazin
Son de Tony Leenhardt
Durée 1 h 30

Avec Bourvil, Joan Greenwood, Marcelle Arnold, Raymond Souplex, Gérard Oury, Jarques Erwin, Roger Tréville, Henri Crémieux, Nina Myral, Pamela Wilde, Nicole Riche, Germaine Reuver, Edmond Beauchamp, Georges Lannes, Georgette Anys, Maurice Biraud, Gérard Buhr, Dominique Davray, René Worms...

Résumé : Léon Dutilleul, qui vient de découvrir qu'il a le pouvoir de passer à travers les murs, suit les conseils de son ami Jean-Paul et décide de profiter de ce don et d'entrer dans la vie secrète de Paris. C'est dans l'exercice de ses nouvelles fonctions qu'il fait la connaissance de la souris d'hôtel Suzan et il a pour but de la ramener dans le droit chemin. Pour y parvenir il se fait cambrioler et sous le nom de Garou-Garou crée l'évènement et émerveille la police (Pour une fois qu'elle est émerveillée notre police)...

Voir aussi : Marcel Aymé, Paris 14ème & Paris 18ème.
LA NUIT EST MON ROYAUME

1951, France, Drame
Réalisé par Georges Lacombe
Assistant réalisateur : Pierre Granier-Deferre
Scénario de Marcel Rivet & Charles Spaak
Photographie de Philippe Agostini
Musique d'Yves Baudrier
Décors de Rino Mondellini & René Moulaert
Montage de Suzanne Rondeau & Henri Taverna
Son de Jean Rieul
Durée 1 h 50

Avec Jean Gabin, Simone Valère, Gérard Oury, Jacques Dynam, Marthe Mercadier, Marcelle Arnold, Paul Azaïs, Georges Lannes, Robert Arnoux, Suzanne Dehelly, Rivers Cadet, Colette Régis, Jean-Louis Allibert, Jean Clarieux...

Résumé : Raymond, mécanicien de locomotive, a les yeux brûlés suite à un accident. Un médecin lui donne un espoir de guérison. Il devient pensionnaire d'un centre de rééducation pour aveugles où il fait la connaissance de Louise, jeune aveugle qui dirige la classe de Braille. Elle est fiancée à l'économe, qui, jaloux, révèle à Raymond qu'il est incurable. Ce dernier tente alors de se suicider, mais sauvé, il reviendra au centre, où Louise lui rendra espoir et raison de vivre...

Prix & Récompenses : Festival de Venise 1951 : Meilleur acteur.



Voir aussi : Oise & Trains & cinémas.
LE RIDEAU ROUGE

1952, France, Drame
Réalisé par André Barsacq
Scénario de Jean Anouilh & André Barsacq
Photographie de Maurice Barry
Musique de Joseph Kosma
Décors de Jean-Denis Malcles
Costumes de Victor Noeppel
Montage de Jean Feyte
Scripte de Suzanne Durrenberger
Durée 1 h 24

Avec Michel Simon, Pierre Brasseur, Monelle Valentin, Jean Brochard, Olivier Hussenot, Paul Barge, Michel Barsacq, Edmond Beauchamp, Daniel Cauchy, Gérard Darrieu, Jacques Dufilho, Michel Etcheverry, Robert Le Béal, Geneviève Morel, Marcel Pérès, Jacques Rispal, Noël Roquevert...

Résumé : Lucien Bertal, le redoutable directeur du théâtre de l'Atelier, est retrouvé mort, manifestement assassiné, dans une loge. L'enquête révèle que le personnage ne manquait pas d'ennemis. Le commissaire chargé de l'affaire commence par soupçonner Sigurd, un vieil acteur que Bertal prenait un malin plaisir à humilier. Il s'intéresse ensuite à Aurelia, la maîtresse du défunt, et à Ludovic, autre conquête de la jeune femme et toxicomane discret, que Bertal "approvisionnait"...

Voir aussi : Jean Anouilh & Paris 18ème.
LA TRAVERSÉE DE PARIS

1956, France, Comédie Dramatique
Réalisé par Claude Autant-Lara
Scénario de Jean Aurenche & Pierre Bost
Photographie de Jacques Natteau
Musique de René Cloërec
Décors de Max Douy
Montage de Madeleine Gug
Son de René-Christian Forget
Durée 1 h 20

Avec Bourvil, Jean Gabin, Louis De Funès, Jeannette Batti, Robert Arnoux, Myno Bruney, Georgette Anys, Monette Dinay, Anouk Ferjac, Bernard Lajarrige, Jean Dunot, Paul Barge, Georges Bever, Clément Harari...

Résumé : An 1943 - A Paris pendant la sale occupation allemande - Martin, chauffeur de taxi, rejoint sa femme Mariette. Il vient de livrer un cochon vivant et apprends que son acolyte a été arrêté. Martin invite un inconnu à s'assoir à table et lui propose de faire équipe avec lui pour transporter le cochon vivant. Les deux se retrouvent dans les rues de Paris avec quatre lourdes valises...

Prix & Récompenses : Festival de Venise 1956 : Coupe Volpi du meilleur acteur.



Voir aussi : Guerre 1943, Marcel Aymé, Paris 3ème, Paris 4ème, Paris 5ème, Paris 6ème, Paris 8ème, Paris 9ème, Paris 12ème, Paris 13ème & Paris 18ème.
SIGNÉ ARSÈNE LUPIN

1959, France/Italie, Policier
Réalisé par Yves Robert
Scénario de Diego Fabbri, Jean-Paul Rappeneau & Yves Robert
Musique de Georges Van Parys
Photographie de Maurice Barry
Décors de Robert Clavel
Direction artistique de Rino Mondellini
Costumes de Georgette Fillon
Montage de Gilbert Natot
Son de Renato Cadueri
Scripte de Geneviève Cortier
Durée 1 h 40

Avec Robert Lamoureux, Alida Valli, Jacques Dufilho, Jean Bellanger, Liliane Chenevière, Robert Dalban, Michel Etcheverry, Jean Galland, Roger Dumas, Yves Robert, Judith Magre, Paul Préboist, Gérard Darrieu...

Résumé : Dès la fin de la Grande Guerre, Arsène Lupin reprend sa vie aventureuse. Le vol de trois tableaux commis par un adversaire, le mène au trésor de la Toison d'or, dont cherche à s'emparer la jolie Aurelia. Arsène la devance et s'empare du trésor qu'il charge un journaliste de remettre au gouvernement français, après avoir prélevé quelques joyaux pour son compte personnel...

Voir aussi : Arsène Lupin, Hauts-de-Seine, Paris 1er, Paris 2ème, Paris 8ème, Paris 17ème, Val-d'Oise & Yvelines.
LA JUMENT VERTE

1959, France/Italie, Comédie
Réalisé par Claude Autant-Lara
Scénario de Jean Aurenche & Pierre Bost
Photographie de Jacques Natteau
Musique de René Cloërec
Décors de Max Douy
Costumes de Rosine Delamare
Montage de Madeleine Gug
Montage son de René-Christian Forget
Scripte de Claude Vériat
Durée 1 h 27

Avec Bourvil, Yves Robert, Sandra Milo, Valérie Lagrange, Francis Blanche, Julien Carette, Marie Déa, Mireille Perrey, Achille Zavatta, Marie Mergey, Guy Bertil, Georges Wilson...

Résumé : Village de Claquebue - Un artiste peintre exécute un tableau de la jument verte qui porte bonheur à son propriétaire. Cette toile de la jument doit dans les années à venir continuer à porter chance à la famille Haudoin. Le père Haudoin meurt et son fils Honoré hérite du tableau. Il s'installe dans la ferme tandis que son frère Ferdinand s'installe en tant que vétérinaire. Mais à Claquebue, il y a une autre famille et celle-ci jalouse du pouvoir de la jument verte va tout faire pour nuire aux Haudoin... (Et tout ça pour un tableau !...)



Lieux de tournage : Bussy-Saint-Martin.

Voir aussi : Marcel Aymé, Pontoise & Seine-et-Marne.

Les années 1960


1965, France, Policier
Réalisé par Costa-Gavras
Scénario de Costa-Gavras d'après le roman de Sébastien Japrisot
Photographie de Jean Tournier
Musique de Michel Magne
Décors de Rino Mondellini
Costumes de Jacqueline Moreau
Montage de Christian Gaudin
Son de Joseph de Bretagne
Scripte de Annie Maurel
Durée 1 h 35

Avec Yves Montand, Simone Signoret, Jacques Perrin, Jean-Louis Trintignant, Pierre Mondy, Catherine Allégret, Charles Denner, Georges Géret, Michel Piccoli, Claude Mann, Pascale Roberts, Dominique Zardi, Daniel Gélin, Bernadette Lafont, Nadine Alari, Monique Chaumette, Maurice Chevit, Jacques Dynam, Tanya Lopert, Christian Marin, Jenny Orléans, Philippe Rouleau, André Valmy, Françoise Arnoul, Maurice Auzel, Claude Berri, Marcel Bozzuffi, Claude Dauphin, Clément Harari, Jean Lefebvre, Serge Marquand, William Sabatier, Lionel Vitrant, André Weber...

Résumé : Bambi, une jeune fille monte dans le train de nuit Marseille-Paris en gare d'Avignon. Dans le couloir, elle croise Daniel, un jeune homme voyageant sans billet. Bambi lui propose de prendre une couchette qui est libre dans son compartiment. Le lendemain, le corps d'une jeune femme étranglée, Georgette Thomas, est retrouvé dans ce même compartiment...



Voir aussi : Paris 1er, Paris 4ème, Paris 7ème, Paris 8ème, Paris 10ème, Paris 12ème, Paris 13ème, Paris 17ème, Paris 18ème, Trains & cinémas & Val-de-Marne.