MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes










  •    

    Les studios de Saint-Maurice
    font leur cinéma

    Les autres studios

    Histoire

    1913 : un atelier de prises de vue cinématographiques est créé par un particulier. Cette initiative évolue en un ensemble de remises appartenant à Louis Aubert, distributeur de films. Contrairement à Joinville, Saint-Maurice réalise peu de films importants dans les années 1920.
    1930 : la société américaine Paramount rachète la Société Louis Aubert. Elle construit des studios équipés pour le cinéma parlant. On y tourne des plans raccords sonores pour des films tournés aux Etats-Unis puis des films destinés à l’Europe. Le cinéma "parlant". Marcel Pagnol contacte la Paramount pour adapter Marius. La réalisation est confiée à l’anglais Alexander Korda qui accepte de se soumettre aux exigences de Pagnol. Marius est un des premiers films à succès du cinéma parlant français.
    A Saint-Maurice, on tourne le même film dans différentes langues : la mise en scène est la même, mais des équipes étrangères tournent une autre version sonore. Marius est tourné avec une équipe allemande et une équipe suédoise. Il peut y avoir dix versions d’un film ! Ce type de production fait perdre de l’argent à la Paramount. En 1933, on adopte le principe du doublage (ce qui divise le prix des films par 6) et La Paramount abandonne Saint-Maurice. Bernard Natan, évincé de Pathé, dirige les studios qui seront rachetés par Gaumont..
    1945-1960 : Le cinéma français occupe une place importante dans le monde. A la génération des "anciens" (Abel Gance, Marcel Carné, Marc Allégret) s’ajoute la nouvelle génération (Louis Daquin, René Clément, Jean-Paul Le Chanois, André Cayatte). En 1948, l’approvisionnement redevient normal ce qui permet aux studios de reprendre leur rythme d’avant-guerre : les sept plateaux fonctionnent à plein. L’utilisation de la couleur tend à se généraliser. Les décorateurs savent que désormais les costumes, les décors seront vus en couleurs réelles (tandis que le cinéma en noir et blanc privilégiait les tons pastels, gris, beiges, marron).
    Les années 60 : La télévision amène une baisse de fréquentation des salles de cinéma. Beaucoup seront reconverties en garages, surfaces commerciales ou bien détruites. La situation des studios se dégrade : on passe de 49 plateaux (1950) à 10 (1984). Le décor naturel est utilisé. Diverses catégories des métiers du cinéma connaissent désormais le chômage. Les studios de Saint-Maurice ferment en 1971.

    Les films tournés dans les studios

    Les années 1950

    LA NUIT EST MON ROYAUME

    1951, France, Drame
    Réalisé par Georges Lacombe
    Assistant réalisateur : Pierre Granier-Deferre
    Scénario de Marcel Rivet & Charles Spaak
    Photographie de Philippe Agostini
    Musique d'Yves Baudrier
    Décors de Rino Mondellini & René Moulaert
    Montage de Suzanne Rondeau & Henri Taverna
    Son de Jean Rieul
    Durée 1 h 50

    Avec Jean Gabin, Simone Valère, Gérard Oury, Jacques Dynam, Marthe Mercadier, Marcelle Arnold, Paul Azaïs, Georges Lannes, Robert Arnoux, Suzanne Dehelly, Rivers Cadet, Colette Régis, Jean-Louis Allibert, Jean Clarieux...

    Résumé : Raymond, mécanicien de locomotive, a les yeux brûlés suite à un accident. Un médecin lui donne un espoir de guérison. Il devient pensionnaire d'un centre de rééducation pour aveugles où il fait la connaissance de Louise, jeune aveugle qui dirige la classe de Braille. Elle est fiancée à l'économe, qui, jaloux, révèle à Raymond qu'il est incurable. Ce dernier tente alors de se suicider, mais sauvé, il reviendra au centre, où Louise lui rendra espoir et raison de vivre...

    Prix & Récompenses : Festival de Venise 1951 : Meilleur acteur.



    Voir aussi : Oise & Trains & cinémas.

    Les années 1960


    1965, France, Policier
    Réalisé par Costa-Gavras
    Scénario de Costa-Gavras d'après le roman de Sébastien Japrisot
    Photographie de Jean Tournier
    Musique de Michel Magne
    Décors de Rino Mondellini
    Costumes de Jacqueline Moreau
    Montage de Christian Gaudin
    Son de Joseph de Bretagne
    Scripte de Annie Maurel
    Durée 1 h 35

    Avec Yves Montand, Simone Signoret, Jacques Perrin, Jean-Louis Trintignant, Pierre Mondy, Catherine Allégret, Charles Denner, Georges Géret, Michel Piccoli, Claude Mann, Pascale Roberts, Dominique Zardi, Daniel Gélin, Bernadette Lafont, Nadine Alari, Monique Chaumette, Maurice Chevit, Jacques Dynam, Tanya Lopert, Christian Marin, Jenny Orléans, Philippe Rouleau, André Valmy, Françoise Arnoul, Maurice Auzel, Claude Berri, Marcel Bozzuffi, Claude Dauphin, Clément Harari, Jean Lefebvre, Serge Marquand, William Sabatier, Lionel Vitrant, André Weber...

    Résumé : Bambi, une jeune fille monte dans le train de nuit Marseille-Paris en gare d'Avignon. Dans le couloir, elle croise Daniel, un jeune homme voyageant sans billet. Bambi lui propose de prendre une couchette qui est libre dans son compartiment. Le lendemain, le corps d'une jeune femme étranglée, Georgette Thomas, est retrouvé dans ce même compartiment...



    Voir aussi : Paris 1er, Paris 4ème, Paris 7ème, Paris 8ème, Paris 10ème, Paris 12ème, Paris 13ème, Paris 17ème, Paris 18ème, Trains & cinémas & Val-de-Marne.