MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes










  •    

    L'Ain fait son cinéma

    Les autres départements

    Sa situation géographique

    L'Ain est un département français de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dont le nom vient de la rivière Ain. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 01. Sa préfecture est Bourg-en-Bresse.
    Ses habitants sont appelés les Bressans, Bugistes, Revermontois, Dombistes et Gessiens en fonction des régions naturelles du département (Bresse, Bugey, Dombes et Pays de Gex).
    Portant initialement le nom de département de Bresse, le territoire prend le nom de Ain en 1791 dans le cadre de l'éradication des références toponymiques de l'Ancien Régime durant la Révolution française.

    Source : Wikipédia

    Histoire du département

    Préhistoire : Les premières traces de peuplement de la région sont attestées dès le Paléolithique moyen avec les industries moustériennes. Quelques éléments d'industrie lithique plus ancienne (bifaces) ont été rapportés mais sans datation précise. Vers 15 000 av. J.-C., on constate une occupation plus importante du territoire à la suite du recul du glacier du Rhône qui libéra des terres. Ce peuplement semblait se constituer principalement de chasseurs et de pêcheurs, qui ont aussi laissé un important mobilier et des œuvres d'art réputées comme à la grotte de la Colombière6.
    Période gauloise et conquête romaine : En Gaule, 5 peuples se partageaient la région : les Séquanes, les Ambarres, les Éduens, les Ségusiaves et les Allobroges. Mais les déplacements des Helvètes, à la suite des pressions exercées par les peuples germains, provoquent des tensions. C'est à cette même période que Jules César entame sa conquête de la Gaule. Deux grands ensembles divisent alors l'Ain : Grande Séquanaise et la Lyonnaise. Parmi les vestiges de cette époque se trouvent le temple romain d'Izernore et l'aqueduc de Vieu.
    Moyen Âge : La fin de l'Empire romain vers 450, à la suite des invasions barbares, entraîne le passage du pays de l'Ain au cœur du royaume burgonde puis plus tard au royaume franc. Au début du VIe siècle, le diocèse de Belley est créé en conséquence des progrès de la christianisation dans la région.
    L'époque carolingienne se caractérise par une subdivision de l'Ain en plusieurs "pagi" (pays) gouvernés par des comtes qui constitueront plus tard les grands fiefs qui apparaîtront à la fin du IXe siècle.
    En 843, le traité de Verdun aboutit au partage du royaume entre les 3 fils de Louis le Pieux. L'Ain fait partie du royaume de Lothaire Ier alors que la Bresse revient à Charles le Chauve. Les frontières ouest (la Saône) et nord du futur département sont alors fixées et ont constitué une limite culturelle entre le nord (langue d'oïl) et le sud (franco-provençal).
    États de Savoie : Au XIe siècle, les comtes de Savoie s'installent dans la région de Belley et en Valromey. Ils vont peu à peu s'étendre jusqu'au début du XVe siècle, permettant ainsi d'unifier progressivement les différents pays de l'Ain. En 1272, la Bresse leur est donnée en dot puis le Revermont cédé par le duc de Bourgogne. Cette volonté expansionniste se heurte au Dauphiné qui convoite les mêmes régions, et, au début du XIVe siècle, la guerre entre la Savoie et le Dauphiné éclate. Cette guerre prend fin avec le Traité de Paris en 1355.
    Le château de Pont-d'Ain est l'une des résidences favorites des princes. Louise de Savoie, mère de François Ier, y naît en 1476.
    Du rattachement à la France à la Révolution : La guerre qui oppose Henri IV et Charles-Emmanuel Ier de Savoie prend fin au traité de Lyon de 1601, négocié par René de Lucinge, seigneur des Allymes. La France cède le marquisat de Saluces et reçoit en contrepartie les provinces savoyardes de la rive droite du Rhône, qui sont rattachées à la province de Bourgogne. Seule la vallée de la Valserine reste au duché de Savoie. Demeurée hors du royaume, la principauté de Dombes est quant à elle finalement cédée par son souverain au roi de France en 1762.
    Le département de l'Ain est créé en 1790 suivant des frontières définies depuis le Moyen Âge. L'Ain est alors divisé en 9 districts, 49 cantons et 501 communes-paroisses.
    Révolution et création du département : L'Ain et les provinces et pays qui occupaient son territoire avant 1790.
  • Bresse
  • Franche-Comté
  • Bugey
  • Valromey
  • Dombes
  • Franc-Lyonnais
  • Pays de Gex

  • Le département de l'Ain a été l'un des 83 départements créés à la Révolution française, le 4 mars 1790, en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir de quatre provinces : la Bresse, le Bugey, la Dombes, le pays de Gex et d'une partie de la province de Franc-Lyonnais.
    La Bresse, le Bugey et le pays de Gex étaient administrés selon les coutumes de la Bourgogne depuis leur cession par les ducs de Savoie à la France en 1601.
    De 1791 à 1793, les neuf districts (Pont-de-Vaux, Bourg, Nantua, Gex, Belley, Saint-Rambert, Montluel, Trévoux et Châtillon-les-Dombes) du département de l'Ain fournirent douze bataillons de volontaires nationaux.
    Le pays de Gex en fut séparé de 1798 à 1814 quand fut créé le département du Léman.
    Du XIXe siècle à aujourd'hui : Après la victoire des coalisés à la bataille de Waterloo (18 juin 1815), le département est occupé par les troupes autrichiennes de juin 1815 à novembre 1818.
    Après le coup d'État du 2 décembre 1851 de Napoléon III, l'Ain fait partie des départements placés en état de siège afin de parer à tout soulèvement massif. Moins d'une centaine d'opposants sont arrêtés.
    Six communes du sud-ouest du département, dans la banlieue lyonnaise ont été rattachées au Rhône en 1967 lors de la création de la Communauté urbaine de Lyon : Rillieux, Crépieux-La-Pape, Genay, Montanay, Sathonay-Camp, Sathonay-Village.

    Source : Wikipédia

    La préfecture


    Les films tournés dans le département
    autre que la préfecture du département

    Les années 1990

    L'AFFÛT

    1992, France, Drame
    Réalisé par Yannick Bellon
    Scénario de Yannick Bellon, Michel Fessler, Benjamin Legrand & Rémi Waterhouse
    Photographie de Pierre-William Glenn
    Musique d'Antoine Duhamel
    Décors de Jacques Voizot
    Costumes de Zorica Lozic
    Montage de Michel Lewin & Jean-François Naudon
    Son de Jean-Marcel Milan
    Durée 1 h 43

    Avec Tchéky Karyo, Dominique Blanc, Patrick Bouchitey, Jean-Pierre Sentier, Michel Robin, Carlo Brandt, Michel Fortin, Pierre-Octave Arrighi, Philippe Laudenbach, Evelyne Buyle, Patrick Catalifo...

    Résumé : Isabelle revient au pays avec son fils qu'elle connaît mal. La vie les a séparés mais ils veulent croire en un nouveau départ. Jean partage son temps entre l'ornithologie et son métier d'instituteur. Lui aussi voudrait oublier un passé douloureux. Entre eux, c'est tout de suite une histoire d'amour. Par peur de rompre le lien fragile qu'elle a tissé avec son fils, Isabelle lui dissimule sa liaison. Protecteurs de la nature et chasseurs, proies et prédateurs s'observent. Mais l'affût n'est pas un jeu d'enfant...

    Lieux de tournage : Au cœur de la Dombes, Chatillon sur Chalaronne, Villars-les-Dombes, Sandran, Saint-Paul de Varax,Vonas & Montevel en Bresse.

    Voir aussi : Lyon

    Les années 2010

    © Wild Bunch Distribution

    2010, Belgique/Luxembourg/Allemagne/France, Comédie Dramatique
    Réalisé par Sam Garbarski
    Scénario de Sam Garbarski, Jérôme Tonnerre & Philippe Blasband d'après le manga de Jiro Taniguchi
    Photographie de Timo Salminen
    Musique d'Air, Jean-Benoît Dunckel & Nicolas Godin
    Décors de Véronique Sacrez
    Direction artistique de Véronique Sacrez
    Costumes d'Anaïs Romand
    Montage de Ludo Troch
    Son de Pascal James & Carlo Thoss
    Mixage son de Thomas Gauder
    Montage son de Pia Dumont
    Casting de Nathaniele Esther
    Durée 1 h 38

    Avec Pascal Greggory, Jonathan Zaccaï, Alexandra Maria Lara, Léo Legrand, Laura Moisson, Laura Martin, Pierre-Louis Bellet, Tania Garbarski, Evelyne Didi, Sophie Duez, Lionel Abelanski...

    Résumé : Thomas, la cinquantaine, père de famille, arrive par hasard dans la ville de son enfance. Pris d’un malaise, il se réveille quarante ans plus tôt, dans son corps d’adolescent. Projeté dans le passé, il va non seulement revivre son premier amour, mais aussi chercher à comprendre les raisons du mystérieux départ de son père. Mais peut-on modifier son passé en le revivant ?...

    Prix & Récompenses : Magritte 2012 : Meilleurs décors.



    Lieux de tournage : Nantua et ses environs.

    Voir aussi : Bande dessinée 2010