MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes










  •    


    Grenoble fait son cinéma
    Les autres préfectures

    Sa situation géographique

    La commune de Grenoble est située entre les massifs du Vercors (au sud-ouest) et de la Chartreuse (au nord) et la chaîne de Belledonne (à l'est). Elle est approximativement au centre de la partie française des Alpes. Grenoble est située dans la partie sud-est du territoire national, à relativement faible distance (à vol d'oiseau) des frontières italienne (70 kilomètres) et suisse (110 kilomètres).
    L'agglomération est située sur l'axe du sillon alpin, s'étendant de Valence à Genève, et qui comprend également les villes de Chambéry, Annecy, Aix-les-Bains, Voiron et Romans-sur-Isère.
    Bien que située au confluent actuel du Drac et de l'Isère, Grenoble fut bâtie à l'origine au niveau des contreforts de la Bastille, sur un léger tertre en rive gauche de l’Isère, à son point le plus aisément franchissable et donc au premier endroit permettant d'accueillir un pont avant la confluence. L'Isère venait en effet buter contre l'éperon sud du Rachais et divaguait dans des méandres qui se déplaçaient sans cesse.
    Les villages alentours étaient quant à eux installés à l’abri des inondations sur les coteaux des trois massifs. Ce n'est qu'une fois ces rivières canalisées que la ville connaît son expansion sur le reste de la plaine.
    Le point zéro de départ du kilométrage se situe sur le pont de la rue Marius Gontard. À vol d'oiseau, Grenoble se situe à 47 kilomètres de Chambéry, 71 kilomètres de Valence, 73 kilomètres de Gap, 92 kilomètres de Vienne, 97 kilomètres de Lyon, 122 kilomètres de Genève, 154 kilomètres de Turin, 204 kilomètres de Nice, 211 kilomètres de Marseille et 483 kilomètres de Paris. Par la route toutefois, Grenoble se situe à 224 kilomètres de Turin, 320 kilomètres de Nice et à 547 kilomètres de Paris.
    Toujours à vol d'oiseau, Grenoble se situe à 14 kilomètres de la station de ski de Chamrousse, à 16 kilomètres des Sept Laux, à 17 kilomètres de Villard-de-Lans, à 25 kilomètres de l'Alpe d'Huez, à 35 kilomètres des Deux Alpes et à 48 kilomètres de La Grave. Par la route ces distances sont à multiplier par deux, environ.
    Source : Wikipédia

    Histoire de la ville

    Les jeux olympiques de 1968
  • -43 avant JC : La première référence écrite de Grenoble date du 6 juin -43 lors d'un échange de courrier entre le gouverneur de la Gaule transalpine, Lucius Munatius Plancus, et un notable romain, Cicéron. Le bourg qui porte le nom de Cularo avait été fondé par des peuples gaulois appelés Allobroges, et n'était qu'une petite bourgade gallo-romaine par rapport à d'autres cités comme Vienne. Un siècle auparavant, Rome maître de la péninsule, avait entrepris de conquérir le sud de la Gaule, et en -121, les légions romaines avaient soumises les Voconces et les Allobroges dont le territoire s'étendait entre Rhône et Isère, pour créer la province de la Gaule transalpine. Cette province contourne les Alpes, s'étend sur toute la partie méridionale de la Gaule, remonte la vallée du Rhône jusqu'au lac Léman, avec Vienne comme capitale.
  • Fin IIIème siècle (entre 286 et 293) : Cularo devient chef-lieu d'une cité
  • 379 : Cularo devient Gratianopolis, création de l'évêché
  • XIIème siècle : Grenoble capitale des Dauphins et co-seigneurie
  • 1340 : Conseil Delphinal installé à Grenoble
  • 1453 : Parlement du Dauphiné
  • 1562 : Guerres de religion, la ville aux mains des Protestants
  • 1590 : le duc de Lesdiguières et ses successeurs
  • 1788 : La journée des Tuiles symbolise les prémices de la Révolution française. Il s'agit d'une émeute qui a lieu à Grenoble, dans la province du Dauphiné. La remise en question des parlements régionaux provoque une protestation de l'ensemble de la population grenobloise qui se traduit par un affrontement avec les troupes royales. Postés sur les toits, les Dauphinois jettent des tuiles sur l'armée du duc de Clermont-Tonnerre qui finira par octroyer de nouveau aux parlementaires leurs prérogatives.
  • 1815 : Arrivé cinq jours plus tôt en France à la tête d’environ huit cents hommes, Napoléon fait face au Cinquième Régiment d’infanterie à l’entrée de Grenoble. Mais cette confrontation n’aboutit à aucun combat. Au contraire, le Régiment fait le choix de l’Empereur déchu et l’accompagne pour une entrée triomphante à Grenoble. Malgré les concessions de Louis XVIII, le retour de la Monarchie dans les fourgons de l’étranger à peine un an plus tôt n’a pas la faveur du peuple. Napoléon peut marcher sur Paris sans rencontrer de véritable résistance.
  • 1830 : Nouvelle enceinte et construction Fort de la Bastille
  • 1835 : dépôt du brevet d'un emporte pièce par le gantier Xavier Jouvin
  • 1842 : création de la première cimenterie grenobloise
  • 1850 : Grenoble devient l'un des plus importants centres de ganterie d'Europe et une capitale industrielle (cimenteries et Houille Blanche) :Grenoble devient une capitale industrielle.
  • 1860 : capitale militaire des Alpes avec casernes
  • 1925 : Exposition Internationale de la Houille Blanche et du Tourisme
  • 1941 à 1944 : Seconde Guerre Mondiale et Résistance : Grenoble est nommée "compagnon de la Libération" par le gouvernement provisoire du général de Gaulle, pour récompenser cette "ville héroïque à la pointe de la résistance française et du combat pour la libération". Le 5 novembre, le général Charles de Gaulle vient remettre la médaille de l'ordre de la Libération à la ville de Grenoble et évoque la période écoulée par ces mots "Grenoble a supporté tout cela, mais Grenoble à aucun moment - qui donc le sait mieux que celui qui a l'honneur de lui parler ? - à aucun moment n'a renoncé à soi-même, n'a renoncé à la liberté, à l'espérance, à la Patrie.". C'est son nouveau maire issu des mouvements de résistance, Frédéric Lafleur, qui présente la médaille devant une foule considérable sur la place Pasteur, devant la Maison des Étudiants, ancien quartier général de la Wehrmacht. Faute de pouvoir obtenir le titre de capitale de la Résistance, Grenoble obtient celui de capitale des maquis.
  • 1955 : Recherche scientifique et industrie de haute technologie ; université
  • 1968 : Jeux Olympiques d'hiver
  • 1987 : Grenoble propose le premier tramway au monde à être accessible aux personnes à mobilité réduite.
  • 1994 : installation de l'European Synchrotron Radiation Facility, ESRF (Installation Européenne de Rayonnement Synchrotron)
  • 1990/1995 : création du Quartier Europole
  • 1998 : ouverture du Musée de l'Ancien Evêché
  • Octobre 2001 : patinoire Pôle-Sud
  • 2004 : réouverture de MC:2 (Maison de la Culture 2)
  • 9 septembre 2005 : Grenoble, 1er territoire de tourisme adapté.
  • 20 mai 2006 : inauguration de la ligne C du tramway.
  • 2 juin 2006 : inauguration du complexe scientifique européen MINATEC.
  • 2008 : inauguration du Stade des Alpes
  • 4 novembre 2009 : Grenoble remporte le Grand Prix National des écoquartiers de France avec le "quartier de Bonne".
  • 2009 : ouverture du Musée des Troupes de Montagne
  • 6 mai 2011 : réouverture du MAG: Musée Archéologique Grenoble


  • Source : Grenoble-tourisme.com

    Les films tournés à Grenoble

    Les années 60

    LE VIEIL HOMME ET L'ENFANT

    1967, France, Comédie Dramatique
    Réalisé par Claude Berri
    Scénario de Claude Berri, Gérard Brach & Michel Rivelin
    Photographie de Jean Penzer
    Musique de Georges Delerue
    Décors de Georges Lévy, Maurice Petri, Louis Seuret & Albert Volper
    Costumes de Jacques Cottin
    Montage de Denise Charvein & Sophie Coussein
    Son de Julien Coutelier & Jean Labussière
    Scripte de Colette Robin & Madeleine Santucci
    Durée 1 h 30

    Avec Michel Simon, Alain Cohen, Charles Denner, Luce Fabiole, Roger Carel, Paul Préboist, Jacqueline Rouillard, Aline Bertrand, Marco Perrin...

    Résumé : C’est l’été 1943, Claude, un enfant juif de 8 ans, ne veut pas comprendre que c’est la guerre. Choyé par sa mère qui le nourrit toujours sur ses genoux, souvent grondé par son père qui se désespère de ses bêtises, l’enfant n’est pas dupe de la situation tragique. Leurs conditions de vie empirent. Sans cesse traqué, devant déménager à plusieurs reprises, d’une ville à l’autre, le couple Langmann décide d’envoyer Claude à la campagne afin de le protéger. L’enfant est hébergé chez les parents d’une amie, un vieux couple formé de Pépé, vieil homme bourru, pétainiste et antisémite convaincu, et de Mémé qui raffole du lapin en sauce...

    Prix & Récompenses : Festival de Berlin 1967 : Ours d'argent du meilleur acteur, Prix Interfilm & Prix C.I.D.A.L.C. Ghandi.

    Les années 70

    CÉSAR ET ROSALIE

    1972, France/Italie/Allemagne, Drame
    Réalisé par Claude Sautet
    Scénario de Jean-Loup Dabadie, Claude Sautet & Claude Néron
    Photographie de Jean Boffety
    Musique de Philippe Sarde
    Décors de Pierre Guffroy
    Costumes d'Annalisa Nasalli-Rocca
    Montage de Jacqueline Thiédot
    Son de William-Robert Sivel
    Mixage son de Maurice Gilbert
    Montage son de Noelle Balenci
    Scripte de Geneviève Cortier
    Durée 1 h 50

    Avec Yves Montand, Romy Schneider, Sami Frey, Bernard Le Coq, Eva Maria Meineke, Henri-Jacques Huet, Isabelle Huppert, Gisela Hahn, Carlo Nell, Robert Le Béal, Henri Coutet, Umberto Orsini, Michel Piccoli (Voix), Alexandre Arcady...

    Résumé : Rosalie vit depuis quelques temps avec César, vendeur en métaux de récupération. Le jour du remariage de sa mère, Rosalie retrouve un ami d'autrefois, David. Celui-ci, au cours de la réception qui suit, avoue à César qu'il aime encore Rosalie. A partir de ce moment, César fait tout pour éloigner David, mais il irrite si profondément Rosalie que celle-ci part vivre auprès de David. César n'abandonne pas pour autant la partie, et rejoint le couple sur la côte. C'est au tour de David de rompre avec Rosalie. Le temps passe. Un jour, dans son atelier de dessin à Paris, David voit arriver César. Celui-ci s'inquiète : Rosalie, peu heureuse, semble bien avoir besoin de David. César conjure David de se rendre auprès d'elle. David refuse d'abord, mais César y met une telle violence qu'il part avec ce dernier rejoindre Rosalie en Vendée... où l'amitié des deux hommes s'approfondit. Mais, lequel des deux Rosalie aime-t-elle vraiment ?...


    Les années 80

    CLARA ET LES CHICS TYPES

    1981, France, Comédie Dramatique
    Réalisé par Jacques Monnet
    Scénario de Jean-Loup Dabadie
    Photographie d'Yves Lafaye
    Musique de Michel Jonasz
    Décors de Dominique André
    Costumes de Annie Périer
    Montage de Pierre Gillette
    Son de Pierre Lenoir
    Mixage son de Jacques Maumont
    Scripte d'Élisabeth Rappeneau
    Durée 1 h 50

    Avec Daniel Auteuil, Josiane Balasko, Christophe Bourseiller, Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Marianne Sergent, Monique Chaumette, Antoine Bourseiller, Frédérique Tirmont, Michel Pilorgé, Roland Giraud, Isabelle Adjani, Henri Coutet, Philippe Nahon, Anouk Ferjac...

    Résumé : A Grenoble, Michey, Bertrand, Frédéric, Charles, Louise et Aimée, réunis par un même amour de la musique, ont formé un groupe, les "Why Notes". Un jour, Bertrand remarque Clara, au moment ou elle s'enfuit de l'église ou elle devait célébrer son mariage. Elle propose a Bertrand de fuir avec elle et disparait...

    LA FEMME D'À CÔTÉ

    1981, France, Drame
    Réalisé par François Truffaut
    Scénario de François Truffaut, Suzanne Schiffman & Jean Aurel
    Photographie de William Lubtchansky
    Musique de Georges Delerue
    Décors de Jean-Pierre Kohut-Svelko
    Costumes de Michèle Cerf
    Montage de Martine Barraqué
    Son de Michel Laurent & Jacques Maumont
    Scripte de Christine Pellé
    Durée 1 h 46

    Avec Gérard Depardieu, Fanny Ardant, Henri Garcin, Michèle Baumgartner, Roger Van Hool, Véronique Silver, Philippe Morier-Genoud, Nicole Vauthier...

    Résumé : Ayant autrefois vécu des amours ombrageuses, Bernard et Mathilde, par le plus pur des hasards, se trouvent être voisins. Même s'ils sont tous les deux mariés, leurs destins se croisent à nouveau...


    Les années 2000

    CAVALE

    2002, France/Belgique, Policier
    Réalisé par Lucas Belvaux
    Scénario de Lucas Belvaux
    Photographie de Pierre Milon
    Musique de Riccardo Del Fra
    Décors de Frédérique Belvaux
    Costumes de Cécile Cotten
    Montage de Ludo Troch
    Son de Christian Monheim
    Mixage son de Gérard Rousseau
    Montage son de Béatrice Wick
    Scripte de Renée Falson
    Durée 1 h 41

    Avec Lucas Belvaux, Catherine Frot, Dominique Blanc, Ornella Muti, Gilbert Melki, Patrick Descamps, Olivier Darimont, Alexis Tomassian...

    Résumé : Après 15 ans passés derrière les barreaux, Bruno, qui prône la révolution prolétarienne, s'évade. Ce dernier veut continuer la lutte, faire sortir ses camarades de prison, libérer les masses du joug capitaliste. Tous ses anciens alliés n'y croient plus, même Jeanne qui s'est mariée et a maintenant des enfants. Depuis l'évasion de Bruno, celle-ci est sous surveillance policière étroite. Ce dernier reprend contact avec Jaquillat, le parrain local. Mais celui-ci ne veut plus avoir à faire à lui. Les alliances ont changé, Jaquillat collabore avec l'inspecteur Pascal Manise, un flic pourri qu'il fournit en came en échange de sa bienveillance. Bruno est seul. Toujours en cavale, il fait bientôt la rencontre d'Agnès, une toxico en manque. Une amitié va naître entre ces deux individus au bout du rouleau...

    Prix & Récompenses :

    Prix Louis Delluc 2003
    César 2004 : Meilleur montage.

    ROIS ET REINE

    2004, France, Comédie Dramatique
    Réalisé par Arnaud Desplechin
    Scénario d'Arnaud Desplechin & Roger Bohbot
    Photographie d'Eric Gautier
    Musique de Grégoire Hetzel & Mike Kourtzer
    Décors de Daniel Bevan
    Costumes de Nathalie Raoul
    Montage de Laurence Briaud
    Son de Christian Monheim
    Mixage son de Jean-Pierre Laforce
    Montage son de Claire-Anne Largeron & Sébastien Noiré
    Casting de Stéphane Touitou
    Durée 2 h 30

    Avec Emmanuelle Devos, Mathieu Amalric, Catherine Rouvel, Catherine Deneuve, Noémie Lvovsky, Geoffrey Carey, Thierry Bosc, Olivier Rabourdin, Maurice Garrel, Didier Sauvegrain, Marc Bodnar, Jean-Paul Roussillon, Marc Betton, Andrée Tainsy...

    Résumé : "Rois et Reine" est composé de deux histoires disjointes : D'une part, le couronnement de Nora qui est annoncé au début du film : elle va se marier bientôt avec un homme qui lui convient, enfin ! Et, d'autre part, la déchéance d'Ismaël Vuillard, qui est interné par erreur dans un hôpital psychiatrique, et va en sortir dans un piètre état. Ces deux intrigues se rejoignent au mitan du film, quand Nora vient rendre visite à Ismael et lui proposer l'adoption de son fils, Elias. Nous comprenons que Nora et Ismaël furent amants il y a quelques années... Puis leurs histoires vont se disjoindre à nouveau...