MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes










  •    

    L'état de New York fait son cinéma
    Les autres états

    Géographie

    L'État de New York est un État des États-Unis, le troisième plus peuplé du pays avec 19,7 millions d'habitants en 2014. Il se trouve dans le Nord-Est du pays et a pour capitale la ville d'Albany, située dans l'Est de l'État. Vers le nord et l’ouest, le territoire de l'État s'élargit et partage une longue frontière avec le Canada (provinces de l'Ontario et du Québec), dont une grande partie est constituée par les lacs Érié et Ontario. À l'est, l’État est bordé par le Vermont, le Massachusetts, le Connecticut, tandis qu’au sud, il partage une frontière avec le New Jersey et la Pennsylvanie.
    Si la ville de New York se trouve dans l'État de New York, une grande partie de son agglomération se trouve dans les États voisins du New Jersey et du Connecticut. En revanche, le Nord de l'État de New York est assez rural.
    C'est le troisième État le plus riche du pays après la Californie et le Texas ; s'il était une nation indépendante, il serait la 16e puissance économique du monde, devant la Corée du Sud.
    Sa superficie est du même ordre de grandeur que celle de l'Angleterre. De 1810 aux années 1960, l'État de New York était le plus peuplé des États-Unis, titre qu'il avait ravi à la Virginie et qu'il a ensuite abandonné à la Californie.

    Histoire

    L'Etat de New York est l'un des treize Etats à l'origine de la fondation des Etats-Unis. Samuel Champlain, venant du Canada, découvrit en 1609 le lac auquel son nom fut donné. Le fleuve Hudson porte de même le nom du marin qui, en 1609 également et dans le même mois, remontait son cours jusqu'au point appelé depuis Fort-Orange et Albany. Hudson voyageait pour le compte de la Compagnie hollandaise des Indes orientales, qui envoya d'autres expéditions vers la même région, et établit un petit nombre de familles à Fort-Orange, d'autres dans l'île de Manhattan située à l'embouchure de l'Hudson, à l'Ouest de la grande île appelée plus tard Long Island. L'établissement reçut le non de Nieuwe Amsterdam, végéta sous ses gouverneurs hollandais, prit enfin vers le milieu du XVIIe siècle un certain développement commercial et agricole, soutint des luttes pénibles contre les Indiens et fut capturé en 1664 par les Anglais.
    La colonie, dénommée jusqu'alors Nouvelle-Hollande, fut appelée New York, du nom du duc d'York, frère de Charles II, et la même appellation fut donnée à la petite ville, tapie à l'extrémité Sud de l'île de Manhattan. La nouvelle colonie anglaise fut gouvernée d'abord très arbitrairement. Une grande partie du sol de la province avait été déjà distribuée entre quelques propriétaires fonciers hollandais. Le duc d'York répartit le reste entre ses favoris. Les tenanciers furent accablés de taxes, et le commerce ne fut pas plus épargné. Une révolte éclata contre Jacques Il; elle fut réprimée par le gouvernement de Guillaume et Marie, mais la révolution de 1688 eut pour conséquence d'établir dans la colonie un régime plus supportable pour les agriculteurs et les commerçants qui la peuplaient déjà et pour ceux que sa richesse naturelle et sa situation si favorable commençaient à y attirer en grand nombre.
    La province de New York fut engagée, dans le cours du XVIIIe siècle, dans une longue série de guerres contre les Indiens des cinq nations alliées aux Français du Canada, et contre ces Français dont elle réussit à détacher finalement les Indiens. La guerre de Sept Ans a rendu célèbres les lacs Champlain et George, sur les rives desquels eurent lieu de terribles massacres et des batailles acharnées, comme celle de Ticonderoga (1757), où le général anglais, Abercromby, avec 16,000 hommes, fut battu par les Français. Lorsque les colonies se révoltèrent contre l'Angleterre, le New York se joignit au mouvement, bien qu'il comptât, surtout dans sa capitale, un grand nombre, de loyalistes. Les Anglais occupèrent d'ailleurs la ville dès le début de la guerre d'indépendance et ne l'évacuèrent qu'à la paix (1783).
    La province, devenue l'Etat de New York en 1776, accepta en 1788 la constitution élaborée par la convention de Philadelphie et fut, à partir de ce moment, l'un des membres les plus prospères de l'Union. La construction du canal contournant la cataracte du Niagara, puis l'achèvement en 1825 de l'œuvre de De Witt Clinton, par laquelle les eaux du lac Erié furent unies à celles de l'Atlantique, fit du New York l'artère principale du commerce entre l'Ouest américain et l'Europe et préparèrent, la grandeur de la ville de New York, à laquelle contribuèrent ensuite le développement des voies ferrées et les progrès de la navigation à vapeur.
    Lorsque éclata la guerre de sécession, le New York se déclara en faveur du gouvernement régulier de l'Union, bien qu'il fût depuis longtemps inféodé en quelque sorte au parti démocratique dont l'aile radicale provoqua la rébellion dans les Etats du Sud. Des émeutes éclatèrent dans la ville lorsque le gouvernement de Lincoln se vit obligé, pour recruter les armées, de recourir à la conscription. Le New York n'en fournit pas moins un contingent énorme aux armées fédérales, 473.000 hommes, dont 267.000 de la seule ville de New York. De 1865 à 1898, l'Etat eut le plus souvent un gouvernement et une législature démocratiques; toutefois, le parti républicain a fait de grands progrès dans l'Etat même. En 1899, le juge van Wick, démocrate, est maire de la ville de New York, le colonel Theodore Roosevelt, républicain (et futur président des Etats-Unis), gouverneur de l'Etat.
    En 1917, l'État de New York accorde le droit de vote aux femmes.
    En 2011, il accorde le mariage entre personnes de même sexe.

    Source : Cosmovisions.

    Les comtés