MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes










  •    


    Avignon fait son cinéma
    Les autres préfectures

    Sa situation géographique

    Avignon est une commune du Sud de la France, située dans le Vaucluse en Provence-Alpes-Côte d'Azur, et installée sur la rive gauche du Rhône qui marque la limite avec le Gard et la région Languedoc-Roussillon. Au sud d'Avignon, c'est la Durance qui sépare la ville des Bouches-du-Rhône. Sur les 89 380 habitants de la commune au 1er janvier 2012, environ 15 000 demeuraient intra-muros. L'unité urbaine comptait 445 501 habitants en 2012. Avignon est aussi au cœur d'une vaste aire urbaine de 515 536 habitants en 2012, la seizième de France par sa population, regroupant 246 communes.
    Surnommée la "cité des papes" en raison de la présence des papes de 1309 à 1423, elle est actuellement la plus grande ville et le chef-lieu du département de Vaucluse. C'est l'une des rares villes françaises à avoir conservé ses remparts, son centre historique, composé du palais des papes, de l'ensemble épiscopal, du Rocher des Doms et du pont d’Avignon. Elle a été classée patrimoine mondial de l'UNESCO sous les critères I, II et IV.
    La renommée de son festival, véritable vitrine artistique et culturelle de la ville, a largement dépassé les frontières françaises. La ville est capitale européenne de la culture en 2000.

    Source : Wikipédia

    Histoire de la ville

    Préhistoire : Ce site fut occupé dès le néolithique comme l'ont prouvé les chantiers de fouille du rocher des Doms et du quartier de la Balance.
    En 1960 et 1961, des fouilles dans la partie nord du rocher des Doms dirigées par Sylvain Gagnière ont mis au jour une petite stèle anthropomorphe qui fut trouvée dans une zone de terre remaniée. Sculptée dans de la molasse burdigalienne, elle a la forme d'une "stèle funéraire" avec sa face gravée d'une figure humaine très stylisée et sans bouche dont les yeux sont marqués par des cupules. Sur la partie inférieure, décalée légèrement sur la droite, a été creusée une cupule profonde d'où partent 8 traits formant une représentation solaire, découverte unique sur ce type de stèle. Par comparaison avec des figurations solaires identiques, cette stèle représentant le "premier avignonnais" a été classée dans une période s'étalant entre l'âge du cuivre et le bronze ancien qui correspond au chalcolithique méridional. Cela a été confirmé par les trouvailles faites dans ce déblai, situé près du grand réservoir d'eau sommant le rocher, où ont été mis au jour deux haches polies en roche verte, une industrie lithique caractéristique des "pasteurs des plateaux", quelques objets de parures chalcolithiques et une grande abondance de tessons de poterie hallstattienne indigène ou importée (ionienne et phocéenne).
    Antiquité : Le nom de la ville remonte aux environs du VIe siècle av. J.-C.. La première citation d'Avignon (Aouen(n)ion) a été faite par Artémidore d'Éphèse. Si son ouvrage, La Périple, est perdu, il est connu par l'abrégé qu'en fit Marcien d'Héraclée et les Ethniques, dictionnaire des noms des villes que fit Étienne de Byzance en se basant sur cet écrit. Il y indique : "Ville de Massalia (Marseille), près du Rhône, le nom ethnique est Avenionsios (Avenionensis) selon la dénomination locale (en latin) et Auenionitès selon l'expression grecque". Ce toponyme a deux interprétations : ville du vent violent ou encore plus vraisemblablement seigneur du fleuve. D’autres sources font remonter son origine au gaulois mignon (marais) et de l’article celtique défini.
    Simple emporion grec fondé par les Phocéens de Marseille vers 539 av. J.-C., c'est au cours du IVe siècle av. J.-C. que les Massaliotes commencèrent à signer des traités d'alliance avec quelques villes de la vallée du Rhône dont Avignon et Cavaillon. Un siècle plus tard, Avignon fait partie de la "région des Massaliotes" ou du "pays de Massalia".
    Fortifiée sur son rocher, la cité devient par la suite et resta longtemps la capitale des Cavares. À l'arrivée des légions romaines vers 120 av. J.-C., les Cavares, alliés des Massaliotes, deviennent ceux de Rome. Passée sous domination de l'Empire romain, Aouenion devient Avennio et fait maintenant partie de la Gaule Narbonnaise (118 av. J.-C.), puis de la 2e Viennoise. Avignon reste "ville fédérée" de Marseille jusqu'à la conquête de la cité phocéenne par C. Trébonius et Décimus Junius Brutus, lieutenants de César, elle devient alors une cité de droit latin en 49 av. J.-C. Elle acquiert le statut de colonie latine en 43 av. J.-C.. Pomponius Mela la place parmi les villes les plus florissantes de la province.
    Au cours des années 121 et 122, l’empereur Hadrien séjourne dans la Provincia où il visite Vaison, Orange, Apt et Avignon. Il accorde à cette dernière cité le statut de colonie romaine : "Colonia Julia Hadriana Avenniensis" et ses citoyens sont inscrits dans la tribu. À la suite du passage de Maximien Hercule, qui allait combattre les Bagaudes, paysans gaulois révoltés, un premier pont en bois est construit sur le Rhône et unit Avignon à la rive droite. Il a été daté par dendrochronologie de l'an 290. Au IIIe siècle, il existe une petite communauté chrétienne hors les murs autour de ce qui deviendra l’abbaye Saint-Ruf.
    Haut Moyen Âge : Si la date de la christianisation de la cité n'est pas connue avec certitude et que ses premiers évangélisateurs et prélats relèvent de la tradition hagiographique, ce qui est assuré est la participation de Nectarius, premier évêque historique d'Avignon, le 29 novembre 439, au concile régional dans la cathédrale de Riez auquel assistent les treize évêques des trois provinces d’Arles. En novembre 441, Nectarius d’Avignon, accompagné de son diacre Fontidius, participe au concile d’Orange convoqué et présidé par Hilaire d'Arles, où les pères conciliaires définissent le droit d’asile. L'année suivante, avec ses lecteurs Fonteius et Saturninus, il se retrouve au premier concile de Vaison avec 17 évêques, représentant des Sept Provinces. il décède en 455.
    Les grandes invasions ont commencé et les cités de la vallée du Rhône n'y échappent point. En 472, Avignon est pillée par les Burgondes et ravitaillée par Patiens, le métropolitain de Lyon, qui lui fait parvenir du blé.
    En 500, Clovis 1er, roi des Francs, attaque Gondebaud, roi de Burgondes, accusé du meurtre du père de son épouse Clotilde. Battu, celui-ci quitte Lyon et se réfugie à Avignon que Clovis assiège. Grégoire de Tours signale que le roi des Francs fit dévaster les champs, couper les vignes, raser les oliviers et saccager les vergers. Le Burgonde est sauvé par l’intervention du général romain Aredius. Il l’avait appelé à son secours contre les "barbares francs" qui ruinaient le pays.
    En 536, Avignon suit le sort de la Provence qui est cédé aux mérovingiens par Vitigès, le nouveau roi des Ostrogoths. Clotaire 1er annexe Avignon, Orange, Carpentras et Gap ; Childebert 1er, Arles et Marseille ; Thibert 1er, Aix, Apt, Digne et Glandevès. L’empereur Justinien 1er, à Constantinople, approuve cette cession.
    En dépit de toutes les invasions, la vie intellectuelle continue à fleurir sur les berges du Rhône. Grégoire de Tours note qu’après la mort de l’évêque Antoninus, en 561, l’abbé parisien Dommole refusa l’évêché d’Avignon auprès de Clotaire Ier persuadé qu’il serait ridicule "au milieu de sénateurs sophistes et de juges philosophes qui l’auraient fatigué".
    Le VIIe et le VIIIe siècles sont les plus noirs de l’histoire avignonnaise. La cité devient la proie des Francs sous Thierry II (Théodoric), roi d’Austrasie, en 612. Le concile de Chalon-sur-Saône est le dernier qui, en 650, indique une participation épiscopale des diocèses provençaux. À Avignon, il ne va plus y avoir d’évêque pendant 205 ans, le dernier titulaire connu étant Agricol.
    Un gouvernement centralisé est remis en place et en 879, l’évêque d’Avignon, Ratfred, avec d'autres collègues provençaux, se rend au plaid de Mantaille, en Viennois, où Boson 1er est élu roi de Provence.
    Le Rhône peut à nouveau être franchi puisqu’en 890, une partie de l’antique pont d’Avignon est restauré dont la pile 14 près de Villeneuve. Cette même année, Louis, fils de Boson, succède à son père. Son élection a lieu au plaid de Varennes, près de Mâcon, et Thibert, qui a été son plus efficace soutien, devient comte d’Apt. En 896, il agit comme plénipotentiaire du roi à Avignon, Arles et Marseille avec le titre de "gouverneur général de tout le comté d’Arles et de Provence". 2 ans plus tard, à sa demande, le roi Louis fait don de Bédarrides au prêtre Rigmond d’Avignon.
    Le 19 octobre 907, le roi Louis, devenu empereur et aveugle, restitue à Remigius, évêque d’Avignon, une île sur le Rhône. Cette charte porte la première mention d’une église cathédrale dédiée à Marie.
    Après la capture puis le supplice de son cousin, Louis III, exilé d'Italie en 905, Hugues d'Arles devient son conseiller personnel et régent. Il exerce alors la plupart des prérogatives du royaume de Provence et en 911, quand Louis III lui cède les titres de duc de Provence et de marquis de la Viennoise, il quitte Vienne et s'installe à Arles siège d'origine de sa famille dont il fait la nouvelle capitale de Provence.
    Le 2 mai 916, Louis l’Aveugle restitue au diocèse d’Avignon les églises de Saint-Ruf et de Saint-Géniès. Le même jour, l’évêque Fulcherius teste en faveur de ses chanoines et des deux églises Notre-Dame et Saint-Étienne formant sa cathédrale.
    Un événement politique d’importance a lieu en 932 avec la réunion du royaume de Provence et de celui de Haute Bourgogne. Cette union forme le royaume d’Arles dont Avignon est l’une des plus fortes cités.
    À la fin du IXe siècle, les musulmans d'Espagne installèrent une base militaire à Fraxinet depuis laquelle ils menèrent des expéditions de pillage dans les Alpes durant tout le Xe siècle. En 972, dans la nuit du 21 au 22 juillet, ils firent prisonnier dom Mayeul, l’abbé de Cluny, qui revenait de Rome. Ils demandent pour chacun une livre de rançon, soit 1 000 livres, une somme énorme, qui leur est rapidement payée. Maïeul est libéré à la mi-août et retourne à Cluny en septembre.
    En septembre 973, Guillaume et son frère aîné Roubaud, fils du comte d'Avignon Boson II, mobilisent, au nom de dom Maïeul, tous les nobles provençaux. Avec l’aide d’Ardouin, marquis de Turin, au bout de 2 semaines de siège, les troupes provençales chassent les Sarrasins de leurs repaires du Fraxinet et de Ramatuelle, puis de celui de Peirimpi, près de Noyers, dans la vallée du Jabron. Guillaume et Roubaud y gagnent leur titre de comtes de Provence. Le premier siège à Avignon, le second à Arles.
    En 976, alors que Bermond, beau-frère d’Eyric, est nommé vicomte d’Avignon par le roi Conrad le Pacifique, le 1er avril, le cartulaire de Notre-Dame des Doms d’Avignon indique que l’évêque Landry restitue aux chanoines de Saint-Étienne des droits qu’il s’était injustement approprié. Il leur cède un moulin et deux maisons, qu’il avait fait construire à leur intention sur l’emplacement de l’actuelle tour de Trouillas du palais des papes. En 980, ces chanoines sont constitués en chapitre canonial par l’évêque Garnier. En 994, dom Maïeul arrive à Avignon où se meurt son ami Guillaume le Libérateur. Il l’assiste dans ses derniers moments dans l’île faisant face à la cité sur le Rhône. Le comte a comme successeur le fils qu’il avait eu de sa seconde épouse Alix. Celui-ci va régner en indivision avec son oncle Roubaud sous le nom de Guillaume II. Mais en face du pouvoir comtal et épiscopal, la commune d’Avignon s’organise. Vers l’an mil, il existe déjà un proconsul Béranger qui nous est connu, avec son épouse Gilberte, pour avoir fondé une abbaye au "Castrum Caneto".
    Le royaume d’Arles, en 1032, est rattaché au Saint-Empire romain germanique. Le Rhône désormais est une frontière qui ne peut être franchie que sur le vieux pont d’Avignon. Certains Avignonnais utilisent encore les expressions "Terre d'Empire" pour désigner le côté avignonnais, et "Terre du Royaume" pour désigner le côté villeneuvois à l'ouest, qui était possession du roi de France.
    Bas Moyen Âge : Après le partage de l’empire de Charlemagne, Avignon, comprise dans le royaume d’Arles ou royaume des Deux-Bourgogne, fut possédée en commun par les comtes de Provence et de Forcalquier, puis par ceux de Toulouse et de Provence.
    Sous la suzeraineté de ces comtes, elle fut dotée d’une administration autonome (création d’un consulat en 1129, 2 ans avant sa voisine Arles). Si on a trouvé un cachet juif du IVe siècle à Avignon, la présence juive y est attestée depuis le XIIe siècle.
    En 1209 a lieu le concile d'Avignon avec une deuxième excommunication pour Raymond VI de Toulouse.
    Lors de la guerre des Albigeois, la ville ayant pris parti pour Raymond VII de Toulouse, comte de Toulouse, elle fut assiégée et prise par le roi de France Louis VIII le 9 septembre 1226. Fin septembre, soit peu de jours après la reddition de la ville aux troupes du roi Louis VIII, Avignon connut des inondations.
    En 1249, elle s’érigea en une république à la mort de Raymond VII, ses héritiers étant partis en croisade.
    Mais en 1251, elle fut forcée de se soumettre aux deux frères de Saint Louis, Alphonse de Poitiers et Charles d’Anjou, héritiers par les femmes des marquisat et comté de Provence, qui en furent coseigneurs. Après la mort d’Alphonse (1271), Philippe III de France hérita de sa part d’Avignon, et il la transmit en 1285 à son fils Philippe le Bel. Celui-ci la céda en 1290 à Charles II d’Anjou, qui dès lors resta seul propriétaire de toute la ville.
    La papauté d’Avignon : En 1309, sous le pape Clément V, le temps du Concile de Vienne, Avignon devint résidence pontificale. Son successeur, Jean XXII, ancien évêque de ce diocèse, en fit la capitale de la chrétienté et transforma son ancien palais épiscopal en premier palais des papes. Ce fut Benoît XII qui fit construire le Palais Vieux et son successeur Clément VI, Palais Neuf. Il acheta la ville, le 9 juin 1348 à Jeanne Ire de Naples, reine de Naples et comtesse de Provence. Innocent VI la dota de remparts. Ses deux successeurs Urbain V et Grégoire XI eurent la volonté de revenir à Rome. La seconde tentative fut la bonne. Mais la mort précoce du septième pape d'Avignon, provoqua le Grand Schisme d'Occident. Clément VII et Benoît XIII régnèrent à nouveau à Avignon. Au total ce furent donc 9 papes qui se succédèrent dans le palais des papes et enrichirent celui-ci au fil de leur pontificat.
    Sous leur règne, la Cour bouillonna et attira nombre de marchands, peintres, sculpteurs et musiciens. Leur palais, le plus remarquable édifice de style du gothique international, a été le fruit, pour sa construction et son ornementation, du travail conjoint des meilleurs architectes français, Pierre Peysson et Jean du Louvres, dit de Loubières, et des plus grands fresquistes de l'École de Sienne, Simone Martini et Matteo Giovanetti.
    La bibliothèque pontificale d'Avignon fut au XIVe siècle la plus grande d'Europe avec 2 000 volumes. Elle cristallisa autour d'elle un groupe de clercs passionnés de belles-lettres dont allait être issu Pétrarque, le fondateur de l'humanisme. Tandis que la chapelle clémentine, dite Grande Chapelle, attira à elle compositeur, chantres et musiciens, dont Philippe de Vitry inventeur de l'Ars Nova et Johannes Ciconia.
    Urbain V prendra le premier la décision de retourner à Rome au grand bonheur de Pétrarque, mais la situation chaotique qu’il y trouve et les différents conflits l’empêchent de s’y maintenir. Il meurt très peu de temps après son retour à Avignon. Son successeur Grégoire XI décide à son tour de rentrer à Rome, ce qui met fin à la première période de la papauté d’Avignon. Lorsque Grégoire XI ramena le siège de la papauté à Rome, en 1377, la ville d’Avignon fut administrée par un légat. Les papes revinrent l’habiter pendant le Grand Schisme (1379–1411). Puis, de nouveau, la cité fut administrée par un légat, assisté, de manière permanente à partir de 1542, par un vice-légat.
    Temps modernes : À la mort de l’archevêque d’Arles Philippe de Lévis (1475), le pape Sixte IV de Rome réduisit le diocèse d’Arles : il détacha le diocèse d’Avignon de la province d’Arles, l’érigea en archevêché et lui attribua comme suffragants les évêchés comtadins de Carpentras, Cavaillon et Vaison-la-Romaine.
    Au XVe siècle, la ville d'Avignon subit d'une grosse inondation du Rhône. Aussi le roi Louis XI soutint-il la réparation d'un pont en octobre 1479, par ses lettres patentes.
    En 1562, la ville est assiégée par le baron des Adrets, qui voulait venger le massacre d’Orange.
    Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la cour et des grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine. La cour y séjourne 3 semaines.
    En 1618, exil de Richelieu à Avignon.
    La ville reçut la visite de Vincent de Paul en 1607 et celle de François de Sales en 1622.
    En 1691, la fonction de légat est supprimée et le vice-légat gouverne désormais seul la cité. Ultérieurement, Avignon est donc restée possession pontificale jusqu’à la Révolution française.
    Au début du XVIIIe siècle, les rues d'Avignon sont toujours étroites et tortueuses, mais le bâti se transforme et des maisons remplacent petit à petit les anciens hôtels. Autour de la ville, plantations de mûriers, vergers et prairies.
    Le 2 janvier 1733, François Morénas fonde un journal, le Courrier d'Avignon, dont le nom évoluera au fil du temps et des interdictions. Publié dans l'enclave pontificale, hors du royaume de France, puis à Monaco, le journal échappait au système de contrôle de la presse en France (privilège avec autorisation préalable) tout en subissant le contrôle des autorités pontificales. Le Courrier d'Avignon parut de 1733 à 1793 avec 2 interruptions, l'une entre juillet 1768 et août 1769 à cause de l'annexion d'Avignon à la France et l'autre entre le 30 novembre 1790 et le 24 mai 1791.
    De la Révolution française à la fin du XIXe siècle : Le 12 septembre 1791, l’Assemblée nationale constituante vota l’annexion d’Avignon et la réunion du Comtat Venaissin au royaume de France, à la suite d'un référendum soumis aux habitants dudit Comtat. Dans la nuit du 16 au 17 octobre 1791, après le lynchage par la foule du secrétaire-greffier de la commune soupçonné à tort de vouloir saisir les biens des églises, ont lieu les massacres dits de la Glacière, épisode noir de l'histoire de la ville où une soixantaine de personnes furent sommairement exécutées et jetées dans la partie basse d'une tour du palais des papes.
    Le 7 juillet 1793, les insurgés fédéralistes du général Rousselet entrent à Avignon. Lors du passage de la Durance pour la prise de la ville par les troupes marseillaises, une seule personne est tuée, Joseph Agricol Viala. Le 25 juillet, le général Carteaux se présente devant la ville qui est abandonnée le lendemain par les troupes du général Rousselet à la suite d'une erreur d'interprétation des ordres venus de Marseille.
    À la création du département du Vaucluse le 12 août 1793, la ville en devient le chef-lieu. Cette réunion fut confirmée en 1797 par le traité de Tolentino. Le 7 vendémiaire an IV, le chevalier de Lestang s’empare de la ville pour les royalistes, avec une troupe de 10 000 hommes. Le représentant en mission Boursault reprend la ville, et fait fusiller Lestang.
    Pendant la Révolution et en 1815, Avignon fut le théâtre de déplorables excès de la Terreur blanche. Le 2 août 1815, le maréchal Brune y est assassiné.
    Dans les années 1820-1830, Villeneuve est contrainte de céder à Avignon une partie de son territoire ; il s'agit de l'île de la Barthelasse.
    Le 18 octobre 1847, la ligne ferroviaire Avignon - Marseille est ouverte par la Compagnie du chemin de fer d'Avignon à Marseille. En 1860, l'actuelle gare d'Avignon-Centre est construite. En novembre 1898, le réseau de tramway de la Compagnie des Tramways Électriques d'Avignon est ouvert en remplacement de l'ancienne compagnie de transport hippomobile.
    Du XXe siècle à nos jours : Nouvellement élu président de la République au début de l'année 1913, Raymond Poincaré visita la Provence à la mi-octobre. Il donna dans son livre Au service de la France : l'Europe sous les armes : 1913, un descriptif de ses visites successives. Son but primordial était de vérifier in situ, l'état d'esprit des Félibres dans l'hypothèse probable d'un conflit avec l'Allemagne. Il rencontra à Maillane et à Sérignan-du-Comtat, les deux plus illustres Frédéric Mistral et Jean-Henri Fabre. Entre ces deux rendez-vous, il fit une pause à Avignon où il fut reçu triomphalement à l'Hôtel de Ville. Déjà la réception qu'il avait reçu au Mas du Juge par le poète et le repas commun qu'ils avaient pris dans le train présidentiel en gare de Graveson, l'avaient rassuré sur le patriotisme des Provençaux. Ce fut donc, en ces termes, qu'il s'adressa au prix Nobel de littérature : "Cher et illustre maître, à vous qui avez relevé, en l'honneur d'une terre française, des monuments impérissables ; à vous qui avez relevé le prestige d'une langue et d'une littérature dont notre histoire nationale a lieu de s'enorgueillir ; à vous qui, en glorifiant la Provence, avez tressé à la France une verdoyante couronne d'olivier ; à vous auguste maître j'apporte le témoignage de la reconnaissance de la République et de la grande patrie".
    Le XXe siècle connaît un important développement de l'urbanisation principalement dans l'extra-muros et plusieurs projets importants voient le jour. Entre 1920 et 1975, la population a pratiquement doublé malgré la cession du Pontet en 1925 et la Seconde Guerre mondiale.
    Côté transports, 1937 voit la création de l'aérodrome d'Avignon-Caumont qui deviendra aéroport et connaîtra du début des années 1980 à nos jours un essor important avec l'ouverture de lignes internationales, une nouvelle tour, des travaux d’allongement de piste... Septembre 1947, première édition du futur Festival d'Avignon.
    Après la Seconde Guerre mondiale, le 11 novembre 1948, Avignon reçoit une citation à l’ordre de la division. Cette distinction comporte l’attribution de la croix de guerre avec étoile d’argent. La ville se relève, développe son festival, dépoussière ses monuments, développe son tourisme et son commerce.
    En 1977, elle est lauréate du Prix de l'Europe, remis par le Conseil de l'Europe.
    En 1996, le projet concernant la ligne LGV Méditerranée est démarré. Son trajet la fait passer sur la commune et par-dessus le Rhône. De 1998 à 2001, construction de la gare d'Avignon TGV.

    Source : Wikipédia

    Les films tournés à Avignon

    Les années 1990

    GAZON MAUDIT

    1995, France, Comédie
    Réalisé par Josiane Balasko
    Scénario de Patrick Aubrée, Josiane Balasko & Telsche Boorman
    Photographie de Gérard de Battista
    Musique de Manuel Malou
    Décors de Carlos Conti
    Costumes de Fabienne Katany
    Montage de Claudine Merlin & Kako Kelber
    Ingénieur du son : Pierre Lenoir, Dominique Hennequin, Stéphanie Granel & Emmanuel Croset
    Scripte de Patrick Aubrée
    Durée 1 h 44

    Avec Victoria Abril, Josiane Balasko, Alain Chabat, Ticky Holgado, Catherine Hiegel, Catherine Samie, Catherine Lachens, Katrine Boorman, Telsche Boorman, Sylvie Audcoeur, Michèle Bernier, Miguel Bosé...

    Résumé : Laurent est marié à Loli, apparemment un couple heureux, deux enfants, la femme à la maison, il a une bonne situation, une agence immobilière dans une ville du Sud, et pas mal d'aventures extra conjugales qui n'affectent en rien l'harmonie du foyer, puisque Loli bien évidemment, ne sait rien de ses frasques. Et puis un jour cette belle harmonie va se lézarder, bêtement, quand une fille nommée Marijo tombe en panne avec son camping car juste devant leur maison. Laurent et Marijo n'ont qu'un point en commun, mais de taille : ils aiment tous les deux les femmes...

    Prix & Récompenses :

    César 1996 : Meilleur scénario original ou adaptation.
    Prix Lumières 1996 : Meilleur scénario.



    Voir aussi : Paris 8, 12.
    LE HUSSARD SUR LE TOIT

    1995, France, Aventures
    Réalisé par Jean-Paul Rappeneau
    Scénario de Jean-Claude Carrière, Nina Companeez & Jean-Paul Rappeneau d'après le roman de Jean Giono
    Photographie de Thierry Arbogast
    Musique de Jean-Claude Petit
    Décors de Ezio Frigerio, Christian Marti & Jacques Rouxel
    Direction artistique de François Hamel
    Costumes de Franca Squarciapino
    Montage de Noëlle Boisson
    Son de Pierre Gamet, Jean Goudier & Dominique Hennequin
    Casting d'Antonin Dedet & Frédérique Moidon
    Scripte de Brigitte Hedou & Claude Luquet
    Durée 2 h 15

    Avec Juliette Binoche, Olivier Martinez, Pierre Arditi, François Cluzet, Jean Yanne, Claudio Amendola, Isabelle Carré, Carlo Cecchi, Nathalie Krebs, Laura Marinoni, Elisabeth Margoni, Yolande Moreau, Christophe Odent, Jean-Marie Winling, Gérard Depardieu, Jacques Weber (Voix)...

    Résumé : Aix-en-Provence, en 1832. Angelo Pardi, un jeune officier piémontais, patriote italien, est traqué par des tueurs à la solde de l'Autriche. Il ne doit son salut qu'à la fuite et se lance, à cheval, sur les chemins de Provence. Il traverse des villages ravagés par le choléra. A Manosque, Angelo est accusé d'avoir empoisonné les puits et provoqué la terrible maladie. Il est contraint de se réfugier sur les toits de la ville avant de trouver un asile plus commode chez une jeune femme, Pauline de Théus. La ville est évacuée. Angelo et Pauline se retrouvent peu après et voyagent de conserve. Angelo promet à Pauline de la raccompagner chez elle, à Théus, avant de rejoindre l'Italie. Aux portes du domaine, la maladie les rattrape...



    Voir aussi : Château de Vaulserre, Château de Menthon-Saint-Bernard.

    Les années 2000

    LA GRANDE VIE !

    2001, France, Comédie
    Réalisé par Philippe Dajoux
    Scénario de Philippe Dajoux & Gérard Dubouche
    Photographie de Serge Dell'Amico
    Musique de Manu Katché, Éric Hussenot, Pascal Hochenedel, Bruno Lhermitte, Sacha Bourdo & Philippe Corromp
    Montage d'Eric Renault
    Son d'Abdelkrim-Karim Belfitah
    Mixage son de Thomas Gauder
    Durée 1 h 20

    Avec Sacha Bourdo, Patrick Bosso, Christian Charmetant, Michel Boujenah, Stéphane Freiss, Cécile Bois, Pierre-François Martin-Laval, Kad Merad, Franck Tiozzo, Joël Cantona, Eric Cantona, Albert Cantona...

    Résumé : Sur un lit d'hôpital, Marcello est plongé dans le coma. Son ange gardien tente de convaincre son collègue, chargé de l'emmener au ciel, de lui laisser un sursis. Pour cela, il retrace les dernières aventures de son protégé... Tout commence à Paris, quand Marcello, doux rêveur, découvre comment une simple rencontre peut faire basculer tout un destin. Philippe, son généreux sauveur d'un soir, lui offre un Solex et l'incite à rejoindre Marseille, ville où "les gens parlent fort pour ne pas qu'on entende le battement de leur cœur". Au guidon de son Solex, flanqué du fidèle chinchilla Pompon, il découvre la France de la rue. Du motard, plus attentif à la sécurité des autres qu'à la sienne, au policier en chaise longue, il remet en selle quelques égarés de l'existence. Fondamentalement persuadé que la vie est belle, ce saltimbanque ne sait pas qu'une drôle de surprise l'attend au terme de son odyssée...



    Voir aussi : Paris 18, Marseille.
    UNE GRANDE ANNÉE
    (A Good Year)

    2006, USA/Grande-Bretagne, Comédie
    Réalisé par Ridley Scott
    Scénario de Marc Klein d'après le roman de Peter Mayle
    Photographie de Philippe Le Sourd
    Musique de Marc Streitenfeld
    Décors de Sonja Klaus & Barbara Perez Solero
    Costumes de Catherine Leterrier
    Montage de Dody Dorn
    Son de Karen M. Baker
    Durée 1 h 58

    Avec Russell Crowe, Albert Finney, Marion Cotillard, Didier Bourdon, Abbie Cornish, Tom Hollander, Freddie Highmore, Archie Panjabi, Valeria Bruni-Tedeschi, Isabelle Candelier, Gilles Gaston-Dreyfus...

    Résumé : Max Skinner, un redoutable banquier d’affaires anglais, vient d’hériter du vignoble provençal où il passait autrefois ses vacances d’été aux côtés de son oncle excentrique. Il y retrouve Francis Duflot, le vigneron qu’il a connu enfant et qui veille depuis trente ans sur les cépages. Alors qu’il prend possession de ses terres, Max apprend qu’il est suspendu suite à une de ses transactions douteuses. Il se résout à s’installer quelque temps dans la propriété. Sachant qu’un château et un vignoble peuvent valoir plusieurs millions de dollars si le vin est bon, il envisage de vendre. Pourtant, il faut se rendre à l’évidence : le domaine ne produit qu’une horrible vinasse. Max commence peu à peu à goûter la douceur de la vie provençale, mais une jeune Californienne, Christie Roberts, débarque soudain et prétend qu’elle est la fille illégitime de l’oncle décédé, ce qui pourrait faire d’elle l’héritière du domaine...



    Voir aussi : Londres, Londres 5.

    Les années 2010

    MEA CULPA

    2014, France, Thriller
    Réalisé par Fred Cavayé
    Scénario de Fred Cavayé & Guillaume Lemans d'après une idée originale d'Olivier Marchal
    Photographie de Danny Elsen
    Musique de Cliff Martinez
    Décors de Philippe Chiffre
    Costumes de Marie-Laure Lasson
    Montage de Benjamin Weill
    Mixage son de Pierre André
    Scripte de Laurence Couturier
    Durée 1 h 30

    Avec Vincent Lindon, Gilles Lellouche, Nadine Labaki, Gilles Cohen, Max Baissette de Malglaive, Medi Sadoun, Velibor Topic, Cyril Lecomte...

    Résumé : 6 ans plus tôt, Simon & Franck sont policiers et amis à Toulon. Tous les deux pères, ils sont inséparables. Mais un soir de pluie en rentrant chez eux ensemble, après avoir fêté la fin d'une grosse et longue mission, ils percutent une voiture. Bilan : deux morts dont un enfant. Franck s'en sort indemne, alors que Simon, qui était au volant et sous alcool, est blessé. La vie bascule pour Simon condamné pour ces homicides involontaires qui vont le ronger. Il va tout perdre : son travail, son mariage... Aujourd'hui, Simon vit seul et est devenu convoyeur de fonds tandis que Franck, toujours policier, continue de veiller sur la famille de son ami et sur ce dernier. Simon a bien du mal à tenir son rôle de père et ses engagements auprès de son fils Théo, âgé de 9 ans. Lors d'une corrida, Théo s'éloigne de sa mère et est témoin d'un règlement de compte par des mafieux. Commence alors la traque du petit Théo, devenu témoin gênant. Pour Simon, c'est le début d'une course contre la montre pour protéger son fils à tous prix de ces gens qui le menacent, mais Franck refuse de le voir agir seul. Ils vont s'allier de nouveau et tout faire pour régler le problème...



    Voir aussi : Toulon.