MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes










  •    

    ROBERT ALTMAN

    Né le 20 Février 1925 à Kansas City (USA)
    Décédé le 20 Novembre 2006 à Los Angeles (USA)

    Filmographie

    Réalisateur


    Scénariste


    Bandes annonces



    Prix & Récompenses

    1970 Festival de Cannes : Grand prix international du film.
    1971 Bafta : Prix des nations unies.
    1976 Festival de Berlin : Ours d'or.
    1985 Festival de Berlin : Prix FIPRESCI - Forum du nouveau cinéma.
    1992 Festival de Cannes : Prix de la mise en scène.
    1993 Bafta : Meilleur réalisateur.
    1993 Festival de Venise : Lion d'or.
    1999 Festival de Berlin : Prix de la Guilde du cinéma allemand Art.
    2002 Festival de Berlin : Ours d'or d'honneur.
    2002 Golden Globes : Meilleur réalisateur.
    2002 Bafta : Prix Alexander Korda du meilleur film britannique de l'année.
    2006 Festival de Berlin : Jury des lecteurs de la "Berliner Morgenpost".

    Biographie

    L’éducation de Robert Altman se partage entre la Rockhurst High School dirigée par les Jésuites et la Wenworth Military Academy dans le Missouri. Un diplôme d’ingénieur en poche, il s’engage en 1945 dans l’armée de l’air américaine et devient pilote au sein de l’US Air Force. Alors qu’il s’entraîne pour l’armée en Californie, il s’amourache de cette terre promise du septième art. Une fois son service terminé, il s’installe à Los Angeles et tente par tous les moyens de faire partie de l’industrie cinématographique hollywoodienne. Il réussit à vendre l’un de ses scénarios, Bodyguard, que Richard Fleischer réalise en 1948. Encouragé par ce succès, il décide de partir pour New York afin de se consacrer à l’écriture. Il y fait la rencontre de George W. George qui devient son collaborateur pour de nombreux scénarios, nouvelles ou articles de magazines. Au vu de l’échec relatif de ce début de carrière, il décide de retourner auprès des siens à Kansas City en 1950, où il tourne des courts métrages institutionnels, ainsi que divers documentaires.
    Après plusieurs années de galère, il arrive enfin à réaliser son premier long métrage en 1955, The Delinquents. Alfred Hitchcock impressionné par le premier film du jeune réalisateur lui propose de réaliser plusieurs épisodes d’"Alfred Hitchcock présente". S’en suit une carrière plutôt prolifique sur le petit écran. En 1963, il se lance dans la production en créant sa société Lion’s Gate Films, grâce à laquelle il tourne Countdown. Il ne connaît cependant le succès qu’en 1970 avec sa satire sur l’armée et la guerre, M.A.S.H., qui obtient la Palme d’Or au Festival de Cannes.
    Fort de cette nouvelle notoriété internationale, Robert Altman s’essaye à tous les genres : le western avec John McCabe ou Buffalo Bill et les indiens, policier avec Le "privé" ou Nous sommes tous des voleurs, la comédie dramatique avec Trois femmes ou Un mariage. Multipliant les films satiriques, il a cependant bien du mal à obtenir le succès escompté. Le cinéaste décide alors de s’éloigner d’Hollywood en repartant pour New York tourner quelques téléfilms.
    Il faut attendre l’année 1992 et The Player pour voir son retour au cinéma. 1 ans plus tard, il revient à la satire et au film choral avec Short Cuts, portant un regard féroce sur la middle class californienne, qui est auréolé du Lion d’Or à la Mostra de Venise. En 1995, il s’en prend au monde de la mode dans Prêt-à-porter mais le succès n’est pas vraiment au rendez-vous, puis c’est au tour de son Kansas City de connaître un échec commercial. Il renoue avec le succès grâce à son hommage au jazz et au trio féminin de Cookie’s Fortune. Son intrigue policière au cœur d’un week-end de chasse de l’aristocratie anglaise dans Gosford Park lui permet d’être nommé pour la 5e fois au César du Meilleur Film Étranger. En 2004, il change complètement de style en narrant les déconvenues d’une jeune danseuse classique, incarnée par Neve Campbell, dans The Company qui se rapproche fortement du style documentaire sur la danse. Il réalise en 2006, The last show, son dernier film, comédie dramatique sur les membres d’une station de radio durant les années 30.