Accueil
Acteurs
Actrices
Compositeurs
Films
Photographes
Réalisateurs
Scénaristes
Technique
Récompenses
Thèmes










   


Dublin fait son cinéma
Les autres capitales

Situation géographique

Dublin est la plus grande ville de l'île d'Irlande et de l'État d'Irlande, dont elle est la capitale. La ville est située à proximité du point central de la côte orientale de l'île et au centre du comté de Dublin. Dublin est la plus grande ville d'Irlande en importance et en nombre d’habitants depuis le haut Moyen Âge. Elle est aujourd’hui classée à la soixante-sixième place dans l’index des places financières mondiales, et a un des plus forts taux de développement parmi les capitales européennes. Dublin est le centre historique, politique, artistique, culturel, économique et industriel de l’Irlande.
La population de la commune de Dublin est de 553 165 habitants au recensement de 2016. Au même recensement, le comté de Dublin — divisé en quatre zones administratives : ville de Dublin, Dublin Sud, Fingal et Dún Laoghaire-Rathdown — compte 1 270 603 habitants tandis que la région du Grand Dublin abrite 1 804 156 habitants.
La ville est située à peu près au milieu de la côte est de l'Irlande, le long d'une baie, à l'embouchure de la Liffey et au centre de la région du Grand Dublin. Au sud de la ville s'étendent les montagnes de Wicklow.

Source : Wikipédia

Histoire

Origines : Selon Ptolémée, Eblana existait dès l'an 140. Le village celtique Áth Cliath (le gué de la haie) est en fait antérieur à la fondation de Dublin en tant que "Dubh Linn" par les Vikings au IXe siècle.
En l'an 837, Thorgis y revient pour la deuxième fois, accompagné cette fois d'une flotte de cent-vingt bateaux viking. Soixante d'entre eux remontent la rivière Boyne, les soixante autres la rivière Liffey. Selon les annales de l'époque, cette formidable force militaire se rassemble sous son autorité. Inconnu dans son propre pays, tous les récits relatifs à ses conquêtes se trouvent en Irlande et dans les îles britanniques. À leur arrivée à Dublin, ses hommes s'emparent de cette communauté de pêcheurs et agriculteurs et érigent un solide fort selon les méthodes de construction scandinaves, sur la colline où se trouve l'actuel château de Dublin.
Les noms modernes de Dublin font référence à cette double origine : le hameau originel pour le nom gaélique, et le village viking pour la version anglaise.
Le roi Brian Boru, surnommé Boroimhe, Brian Mac Cenneidigh, né en l'an 941 dans le Thomond en Irlande, fut inhumé à Dublin en l'an 1014, à l'âge de 73 ans. Il a tenté une unification de l'Irlande ; il est décédé à la bataille de Clontarf le 23 avril 1014, dans sa tente, un vendredi saint.
L'occupation anglaise : Après l'invasion de l'Irlande par les Anglo-Normands (1170/1171), Dublin a remplacé la colline de Tara comme capitale de l'Irlande, le pouvoir s'installant au château de Dublin jusqu'à l'indépendance. Un évêché y fut érigé en 1018 ; en 1213 les Anglais, qui s'en étaient rendus maîtres, y élevèrent un château, fortifié au XVe siècle.
À partir du XVIIe siècle, la ville s'est développée rapidement, croissance qui sera rationalisée cinquante ans plus tard par le percement de boulevards, sous la Wide Streets Commission créé en 1757.
En 1700, la population dépasse 60 000 habitants, ce qui en fait la deuxième ville de l'empire britannique, alors réduit aux îles et aux colonies d'Amérique du Nord et des Antilles. Après leur victoire à la bataille de la Boyne en 1690, les troupes protestantes de Guillaume d'Orange, parmi lesquelles 3 000 huguenots français, ont installé nombre de leurs hommes à Dublin, pour se démarquer des protestants controversés qui avaient colonisé l'Ulster et le Munster depuis un siècle. Les 239 huguenots de Dublin ont une sépulture collective, Huguenot House dans la petite rue de Mansion Row près du parc de St Stephen's Green, créé en 1693 dans le nouveau Dublin, où sont gravés les noms de 239 d'entre eux, répertoriés par ordre alphabétique. Leur domination politique et culturelle est facilitée par l'exil pour la France de 20 000 soldats jacobites au moment du Traité de Limerick, parmi lesquels on compte l'essentiel de la noblesse catholique irlandaise, dont une large partie avait déjà été expropriée, dans les régions de Munster et l'Ulster depuis un siècle.
Londres ne prétend pas transformer en propriétaires terriens cette nouvelle vague de protestants, qui ont connu la vie aux Pays-Bas, et préfère les voir réunis à Dublin pour contrer d'éventuels débarquements jacobites, au départ du port français de La Hougue.
Depuis le début de l'occupation anglaise au XIIe siècle, la ville a joué le rôle de capitale de l'île irlandaise, sous toutes les formes qu'a pu prendre l'autorité politique :

- la Seigneurie d'Irlande (1171-1541) ;
- le Royaume d'Irlande (1541-1800) ;
- l'île en tant que membre du Royaume-Uni (1801-1922) ;
- la République irlandaise (1919-1922).

Capitale de l'Irlande indépendante : L'Insurrection de Pâques en 1916 place la capitale dans l'instabilité, et la guerre anglo-irlandaise, tandis que la guerre civile irlandaise a laissé la ville en ruines, beaucoup de ses plus beaux bâtiments ayant été détruits. L'État d'Irlande a reconstruit une grande partie des bâtiments de la ville, mais sans prendre de réelle initiative pour moderniser la ville ; le parlement a été déplacé dans la Leinster House.
À partir de 1922, à la suite de la partition de l'Irlande, Dublin est la capitale de l'État libre d'Irlande (1922–1937) puis de la République d'Irlande. Après la Seconde Guerre mondiale (connue comme "The Emergency" en référence à l'état d'urgence décrété de 1939 à 1946), Dublin était une capitale vieillotte, le renouvellement de la ville était lent. Dublin fut plusieurs fois touchée par des attentats en lien avec le conflit nord-irlandais, comme ceux de 1974.
À partir des années 1990 et la période du tigre celtique, la ville a connu de nombreuses transformations, notamment par la création de nouveaux quartiers, bâtiments et infrastructures, dans le centre mais aussi en périphérie, ainsi que par l'arrivée de nouvelles populations constituées de jeunes actifs originaires d'Europe et d'Asie. Les infrastructures ont été bouleversées, avec l'avènement du DART (train de banlieue de type RER) et du LUAS (tramway), qui ont permis à la ville de disposer d'un système de transports urbains digne d'une ville européenne moderne. La création de deux lignes de métro est également projetée à l'horizon 2025.

Source : Wikipédia

Les films tournés à Dublin

Les années 1960

L'ESPION QUI VENAIT DU FROID
(The spy who came in from the cold)

1965, Grande-Bretagne, Espionnage
Réalisé par Martin Ritt
Scénario de Paul Dehn & Guy Trosper d'après le roman "L'espion qui venait du froid"
Photographie d'Oswald Morris
Musique de Sol Kaplan
Décors de Tambi Larsen & Hal Pereira
Direction artistique d'Edward Marshall
Costumes de Sophie Devine
Montage d'Anthony Harvey
Durée 1 h 52

Avec Richard Burton, Claire Bloom, Oskar Werner, Sam Wanamaker, Georges Voskovec, Rupert Davies, Cyril Cusack, Peter Van Eyck, Esmond Knight, Bernard Lee...

Résumé : Alec Leamas, Agent de l'intelligence service, est rappelé par ses chefs pour qu'il abatte le chef de contre-espionnage Mundt. Pour réussir sa mission, il fait croire qu'il a été remercié par ses employeurs et simule l'ivrognerie. Cette ruse lui permet de passer le rideau de fer...

Prix & Récompenses :

Golden Globes 1966 : Meilleur second rôle masculin.
David de Donatello 1966 : Meilleur acteur.
Bafta 1967 : Meilleur acteur britannique, meilleur film britannique, meilleure photographie en noir et blanc & meilleurs décors en noir et blanc.

LE CRÉPUSCULE DES AIGLES
(The blue Max)

1966, Grande-Bretagne, Guerre
Réalisé par John Guillermin
Scénario de Ben Barzman, Basilio Franchina, David Pursall, Jack Seddon & Gerald Hanley d'après le roman de Jack Hunter
Photographie de Douglas Slocombe
Musique de Jerry Goldsmith
Décors de Wilfred Shingleton
Direction artistique de Fred Carter
Montage de Max Benedict
Son de John Cox, Claude Hitchcock & Bob Jones
Montage son de Chris Greenham
Casting de Stuart Lyons
Durée 2 h 36

Avec George Peppard, James Mason, Ursula Andress, Jeremy Kemp, Karl Michael Vogler, Anton Diffring, Harry Towb, Peter Woodthorpe...

Résumé : 1918. Après deux ans passés dans l’infanterie, le lieutenant Stachel demande à servir dans l’aviation. Issu d’un milieu modeste, il est affecté dans l’escadrille du commandant Heidemann, dont tous les hommes sont d’origine aristocratique. Son rêve est d’obtenir la "Blue Max", la plus haute récompense décernée à un officier de l’armée allemande. Stachel se heurte aussitôt à Willi, le meilleur pilote de l’escadrille, également neveu du général Von Klugermann. Son impopularité va grandissante quand il abat de sang-froid un avion britannique privé de toute défense. Présenté au général, il fait la connaissance de sa femme Kaeti, qui entretient une liaison avec Willi semble-t-il avec le consentement de son mari. À son tour, Stachel devient son amant...

Prix & Récompenses : Bafta 1967 : Meilleurs décors en couleur.

TROIS MILLIARDS D'UN COUP
(Robbery)

1967, Grande-Bretagne, Policier
Réalisé par Peter Yates
Scénario d'Edward Boyd, George Markstein & Peter Yates d'après une histoire de Gerald Wilson
Photographie de Douglas Slocombe
Musique de Johnny Keating
Direction artistique de Michael Seymour
Montage de Reginald Beck
Montage son d'Alan Bell
Durée 1 h 50

Avec Stanley Baker, Joanna Pettet, James Booth, Frank Finlay, Barry Foster, William Marlowe, Clinton Greyn, George Sewell...

Résumé : Pour pouvoir financer le hold-up du train postal Glasgow-Londres, Paul Clifton dérobe un bijou de 75.000 £. Puis il exécute le coup avec des complices soigneusement recrutés. L'opération réussit, mais tous finissent...

Les années 1970


1975, Grande-Bretagne/USA, Drame
Réalisé par Stanley Kubrick
Scénario de Stanley Kubrick d'après le roman de William Makepeace Thackeray
Photographie de John Alcott
Décors de Ken Adam
Direction artistique de Roy Walker
Costumes de Milena Canonero & Ulla-Britt Söderlund
Montage de Tony Lawson
Son de Michael Hickey
Montage son de Rodney Holland
Casting de James Liggat
Durée 3 h 05

Avec Ryan O'Neal, Marisa Berenson, Patrick Magee, Hardy Krüger, Steven Berkoff, Gay Hamilton, Marie Kean, Diana Körner, André Morell, Michael Hordern (Voix)...

Résumé : Au XVIIIe siècle en Irlande, à la mort de son père, le jeune Redmond Barry ambitionne de monter dans l'échelle sociale. Il élimine en duel son rival,un officier britannique amoureux de sa cousine mais est ensuite contraint à l'exil. Il s'engage dans l'armée britannique et part combattre sur le continent européen. Il déserte bientôt et rejoint l'armée prussienne des soldats de Frederic II afin d'échapper à la peine de mort. Envoyé en mission, il doit espionner un noble joueur, mène un double-jeu et se retrouve sous la protection de ce dernier. Introduit dans la haute société européenne, il parvient à devenir l'amant d'une riche et magnifique jeune femme, Lady Lyndon. Prenant connaissance de l'adultère, son vieil époux sombre dans la dépression et meurt de dépit. Redmond Barry épouse Lady Lyndon et devient Barry Lyndon...

Prix & Récompenses : Bafta 1976 : Meilleur réalisateur & Meilleure photographie.


Les années 1980

L'ÉDUCATION DE RITA
(Educating Rita)

1983, Comédie Dramatique, Grande-Bretagne
Réalisé par Lewis Gilbert
Scénario de Willy Russell d'après sa pièce de théâtre
Photographie de Frank Watts
Musique de David Hentschel
Décors de Josie MacAvin
Direction artistique de Maurice Fowler
Costumes de Candy Paterson
Montage de Garth Craven
Mixage son de Daniel Brisseau & Liam Saurin
Casting de Weston Drury Jr. & Nuala Moiselle
Durée 1 h 50

Avec Michael Caine, Julie Walters, Michael Williams, Maureen Lipman, Jeananne Crowley, Malcolm Douglas, Godfrey Quigley, Dearbhla Molloy...

Résumé : Pour se cultiver, Rita, jeune coiffeuse, suit des cours de littérature à l'université. Cette décision et l'évolution qui se dessine en elle bouleversent sa vie et celle de son entourage...

Prix & Récompenses : Bafta 1984 : Meilleur film, meilleure actrice, meilleur acteur.


Les années 1990

THE BOXER

1997, Drame, USA
Réalisé par Jim Sheridan
Scénario de Jim Sheridan & Terry George
Photographie de Chris Menges
Musique de Gavin Friday & Maurice Seezer
Décors de Brian Morris
Direction artistique de Fiona Daly & Richard Earl
Costumes de Joan Bergin
Montage de Clive Barrett & Gerry Hambling
Mixage son de Kieran Horgan
Casting de Nuala Moiselle
Scripte de Pat Rambaut
Durée 1 h 53

Avec Daniel Day-Lewis, Daragh Donnelly, Frank Coughlan, Sean Kearns, Lorraine Pilkington, Niall Shanahan, John Wall, Maria McDermottroe, Emily Watson, Brian Cox, Ciarán Fitzgerald...

Résumé : Après avoir purgé une peine de 14 ans de prison pour un attentat qu'il n'a pas commis, Danny Flynn, un ancien membre de l'IRA, revient à Belfast où il retrouve son amour de toujours, Maggie, dont le père, Joe, est l'un des dirigeants de l'organisation terroriste. Dans l'intervalle, la jeune femme s'est mariée avec son meilleur ami, incarcéré lui aussi. Désormais favorable à la réconciliation entre catholiques et protestants, Danny reprend sa liaison avec Maggie ainsi que sa carrière de boxeur...

Prix & Récompenses :

Festival de Berlin 1998 : Jury des lecteurs de la "Berliner Morgenpost".
Goya 1999 : Meilleur film européen.


Les années 2000

BLOODY SUNDAY

2001, Grande-Bretagne/Irlande, Drame
Réalisé par Paul Greengrass
Scénario de Paul Greengrass
Photographie de Ivan Strasburg
Musique de Dominic Muldowney
Décors de John Paul Kelly
Direction artistique de Padraig O'Neill
Costumes de Dinah Collin
Montage de Clare Douglas
Casting de John Hubbard & Ros Hubbard
Scripte de Louise Gaffney
Durée 1 h 47

Avec James Nesbitt, Nicholas Farrell, Tim Pigott-Smith, Kathy Kiera Clarke, Allan Gildea, Gérard McSorley, Gerard Crossan, Mary Moulds, James Hewitt...

Résumé : Derry, Irlande du Nord, un dimanche 30 janvier 1972 - Une manifestation pacifique pour demander l'égalité des droits entre protestants & catholiques, mais interdite par l'autorité anglaise (Soi-disant une démocratie), tourne à l'émeute. Le bilan est lourd, treize morts du côté des manifestants. C'est la date du début de la guerre civile qui à ce jour c'est apaisée même si il faudrait peu de choses pour la relancer, car deux religions essayant de cohabiter ensemble font des étincelles meurtrières...

Prix & Récompenses :

Festival de Berlin 2002 : Ours d'or & Prix du Jury œcuménique.
Festival de Dinard 2002 : Prix du Jury.
Festival de Sundance 2002 : Prix du public.
Festival du cinéma européen Cinéssonne 2002 : Grand Prix.

JANE
(Becoming Jane)

2007, Grande-Bretagne/Irlande, Biopic
Réalisé par Julian Jarrold
Scénario de Kevin Hood & Sarah Williams d'après les lettres de Jane Austen
Photographie d'Eigil Bryld
Musique d'Adrian Johnston
Décors d'Eve Stewart
Direction artistique de David McHenry
Costumes d'Eimer Ni Mhaoldomhnaigh
Montage d'Emma E. Hickox
Casting de Gail Stevens
Scripte de Jeanette McGrath
Durée 2 h 00

Avec Anne Hathaway, James McAvoy, Julie Walters, James Cromwell, Maggie Smith, Maxwell Martin, Lucy Cohu, Laurence Fox, Ian Richardson...

Résumé : On pensait que Jane Austen, écrivain mondialement connue, n'avait jamais connu la passion amoureuse. A l'aube de ses 20 ans, elle aurait eu une histoire d'amour avec Tom Lefroy, un jeune Irlandais à l'esprit libre. Poussée à se marier avec un jeune homme héritier d'une grosse fortune, la jeune femme, dernière fille d'une famille ruinée, va hésiter entre la raison, les sentiments et ses ambitions d'écrivain...