MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes











  •    


    L'apartheid au cinéma

    Un peu d'explication

    L’apartheid (mot afrikaans partiellement dérivé du français, signifiant "séparation, mise à part") était une politique dite de "développement séparé" affectant des populations selon des critères raciaux ou ethniques dans des zones géographiques déterminées. Il fut conceptualisé et introduit à partir de 1948 en Afrique du Sud (Union d'Afrique du Sud, puis République d'Afrique du Sud) par le Parti national, et aboli le 30 juin 1991. La politique d'apartheid se voulait l'aboutissement institutionnel d'une politique et d'une pratique jusque-là empirique de ségrégation raciale (Pass-laws, baasskap et colour bar), élaborée en Afrique du Sud depuis la fondation par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales de la colonie du Cap en 1652. Avec l'apartheid, le rattachement territorial (puis la nationalité) et le statut social dépendaient du statut racial de l'individu. L'apartheid a également été appliqué de 1959 à 1979 dans le Sud-Ouest africain (actuelle Namibie), alors administré par l'Afrique du Sud.
    La politique d'apartheid fut le "résultat de l'anxiété historique des Afrikaners obsédés par leur peur d'être engloutis par la masse des peuples noirs environnants". Les lois rigides qui en résultèrent, "dictées par une minorité blanche dynamique obsédée par sa survie" en tant que nation distincte, furent ainsi le résultat d'une confrontation, sur une même aire géographique, d'une société sur-développée, intégrée au premier monde avec une société de subsistance, encore dans le tiers monde, manifestant le refus de l'intégration des premiers avec les seconds.
    Après le massacre de Sharpeville en 1960 et dans le contexte de la décolonisation, les critiques internationales contre l'apartheid commencent à prendre de l'ampleur (exclusion de l'Organisation mondiale de la santé, du bureau international du travail puis du comité international olympique, retrait du mandat sur le sud-ouest africain). Mais ce n'est qu’après les émeutes de Soweto en 1976 que des sanctions internationales contraignantes (embargo sur les ventes d'armes) sont imposées par le Conseil de sécurité des Nations unies contre l'Afrique du Sud. Les réformes entamées sous les gouvernements de Pieter Botha (autorisation de syndicats non blancs puis mixtes, abolition des emplois réservés, nouvelle constitution ré-instaurant de droits politiques aux indiens et aux métis, abolition de la loi sur les laissez-passer et de celle interdisant les mariages mixtes, ouverture des lieux publics à toutes les communautés) ne suffisent pas à enrayer la multiplication des sanctions internationales bilatérales (restrictions diplomatiques ou commerciales, embargo sur les importations de charbon, refus d'exportation de technologies) tandis que les townships deviennent ingouvernables.
    À la suite de l'arrivée au pouvoir en août 1989 du président Frederik de Klerk et à la libération, après 27 années d'emprisonnement, le 11 février 1990, de Nelson Mandela, chef de file de la lutte contre l'apartheid, les dernières lois piliers de l'apartheid (notamment le group Areas Act et le Population Registration Act) sont abolies en juin 1991. Les négociations constitutionnelles (CODESA) menées entre le gouvernement, le congrès national africain, le parti national et les principaux partis politiques sud-africains aboutissent à l'élaboration d'une constitution intérimaire, aux premières élections parlementaires non raciales au suffrage universel (27 avril 1994) et à l'élection de Nelson Mandela comme premier président noir d'Afrique du Sud le 10 mai 1994.
    Pour avoir pacifiquement mis fin à la politique d'apartheid et entamé des négociations politiques, Nelson Mandela et Frederik de Klerk reçoivent conjointement le Prix Nobel de la paix en 1993.

    Source : Wikipédia
    Nelson Mandela brûle son passeport intérieur en 1960
    Banc réservé aux non blancs au Cap

    L'apartheid au cinéma

    Les années 1980

    CRY FREEDOM - LE CRI DE LA LIBERTÉ
    (Cry Freedom)

    1987, Grande-Bretagne, Drame
    Réalisé par Richard Attenborough
    Scénario de John Briley d'après le livre de Donald Woods
    Photographie de Ronnie Taylor
    Musique de George Fenton & Jonas Gwangwa
    Décors de Stuart Craig
    Direction artistique de Norman Dorme, John King & George Richardson
    Costumes de John Mollo
    Montage de Lesley Walker
    Son de Jonathan Bates, Gerry Humphreys & Simon Kaye
    Casting de Susie Figgis
    Scripte de Nikki Clapp
    Durée 2 h 37

    Avec Kevin Kline, Denzel Washington, John Thaw, Penelope Wilton, Josette Simon, Wabei Siyolwe, John Matshikiza, Juanita Waterman, Zakes Mokae, Ian Richardson, Julian Glover...

    Résumé : 1975, en Afrique du Sud. Donald Woods, rédacteur en chef d'un journal d'opposition est un libéral acharné, opposé à l'apartheid. Sa rencontre avec Stephen Biko, leader du mouvement de la Conscience Noire va bouleverser son existence. A la mort de celui-ci, brutalisé, il va tout mettre en jeu pour faire éclater la vérité...

    Prix & Récompenses : Bafta 1988 : Meilleur son.

    UN MONDE À PART
    (A World Apart)

    1989, Grande-Bretagne/Zimbabwe, Drame
    Réalisé par Chris Menges
    Scénario de Shawn Slovo
    Photographie de Peter Biziou
    Musique de Hans Zimmer
    Décors de Brian Morris
    Direction artistique de Michael Philips
    Costumes de Nic Ede
    Montage de Nicolas Gaster
    Casting de Susie Figgis
    Scripte de Penny Eyles
    Durée 1 h 52

    Avec Jodhi May, Jeroen Krabbé, Barbara Hershey, Nadine Chalmers, Maria Pilar, Kate Fitzpatrick, Tim Roth, Phyllis Naidoo, David Suchet, Adrian Dunbar, Paul Freeman, Rosalie Crutchley...

    Résumé : S'inspirant de l'adolescence de la journaliste Shawn Slovo et de ses rapports avec ses parents, Chris Menges retrace les tensions dramatiques de l'Afrique du Sud en 1963 pour tout militant contre l'apartheid. Pour Molly, treize ans, l'éveil à la vie est brutal : parents incarcérés, ami noir assassiné, abandon de ses meilleures amies blanches...

    Prix & Récompenses : Bafta 1989 : Meilleur scénario original.

    UNE SAISON BLANCHE ET SÈCHE
    (A Dry White Season)

    1989, USA, Drame
    Réalisé par Euzhan Palcy
    Scénario de Colin Welland & Euzhan Palcy d'après le roman d'André P. Brink
    Photographie de Pierre-William Glenn & Kelvin Pike
    Musique de Dave Grusin
    Décors de John Fenner
    Direction artistique de Michael Philips & Alan Tomkins
    Costumes de Charles Knode
    Montage de Glenn Cunningham & Sam O'Steen
    Mixage son de Roy Charman
    Casting de Mary Selway
    Scripte de Many Barthod & Ene Watts
    Durée 1 h 37

    Avec Donald Sutherland, Janet Suzman, Zakes Mokae, Jürgen Prochnow, Susan Sarandon, Marlon Brando, Winston Ntshona, Thoko Ntshinga, Michael Gambon, Ronald Pickup...

    Résumé : En Afrique du Sud, en 1976. Ben du Toit, un professeur d'histoire, sa femme Susan et leurs deux enfants, Suzette et Johan, ont construit un bonheur paisible, à deux pas d'un apartheid dont ils ne se soucient guère. Cependant, les forces de police du capitaine Stolz répriment dans le sang des manifestations d'écoliers. Lorsque Gordon, le jardinier noir des du Toit, s'inquiète pour Jonathan, son fils, arrêté lors d'une rafle, il demande à Ben d'intervenir en sa faveur. Ben acquiert rapidement la certitude que Jonathan est mort et prend peu à peu conscience de la réalité politique qui l'entoure. Gordon est arrêté à son tour et meurt sous la torture. Ben décide de faire la lumière sur cette affaire. Il contacte la famille de Gordon...


    Les années 1990

    LA PUISSANCE DE L'ANGE
    (The Power of One)

    1992, Australie/France/USA, Drame
    Réalisé par John G. Avildsen
    Scénario de Robert Mark Kamen d'après le roman de Bryce Courtenay
    Photographie de Dean Semler
    Musique d'Hans Zimmer
    Décors de Roger Hall
    Direction artistique de Martin Hitchcock, Kevin Phipps & Leslie Tomkins
    Costumes de Tom Rand
    Montage de John G. Avildsen & Trevor Jolly
    Casting de Caro Jones
    Scripte de Sally Jones
    Durée 2 h 07

    Avec Armin Mueller-Stahl, Morgan Freeman, John Gielgud, Stephen Dorff, Fay Masterson, Daniel Craig, Brendan Deary, Winston Mangwarara, Tonderai Masenda...

    Résumé : La jeunesse et l'adolescence de P. K., Sud-Africain d'origine anglaise, au début des années trente. Elevé dans une petite ferme au cœur du "veldt", un même amour le liera au continent africain et aux Zoulous, auprès desquels il découvrira ses premières joies. Entré au lycée de Johannesburg, il découvre en même temps l'amour et le drame de l'apartheid. Fidèle à ses idéaux, il refuse le brillant avenir qui s'offre à lui et rejoint le camp des opprimés...


    Les années 2000

    IN MY COUNTRY
    (Country of my skull)

    2004, Irlande/Grande-Bretagne/Afrique du Sud, Drame
    Réalisé par John Boorman
    Scénario d'Ann Peacock d'après le roman "Country of my skull" d'Antjie Krog
    Photographie de Seamus Deasy
    Musique de Murray Anderson
    Décors d'Emilia Roux, Derek Wallace, Graeme Blem & Fred Du Preez
    Direction artistique d'Emilia Roux
    Costumes de Jo Katsaras
    Montage de Ron Davis
    Casting de Moonyeenn Lee & Janet Meintjies
    Scripte de Robyn Aronstam
    Durée 1 h 45

    Avec Samuel L. Jackson, Juliette Binoche, Brendan Gleeson, Menzi Ngubane, Sam Ngakane, Aletta Bezuidenhout, Lionel Newton, Langley Kirkwood, Charley Boorman...

    Résumé : Langston Whitfield est journaliste au Washington Post. Son rédacteur en chef l'envoie en Afrique du Sud couvrir les audiences de la Commission "Vérité et Réconciliation", au cours desquelles les coupables de crimes et tortures du temps de l'Apartheid, seront confrontés à leurs victimes. Langston part à la recherche du colonel De Jager, un bourreau tristement célèbre de la police Sud Africaine. Il est aidé par Anna Malon, une afrikaner qui suit les audiences pour une radio locale...



    Voir aussi : Le cinéma à la une.
    AU NOM DE LA LIBERTÉ
    (Catch a Fire)

    2006, France/Grande-Bretagne/Afrique du Sud/USA, Drame
    Réalisé par Phillip Noyce
    Scénario de Shawn Slovo
    Photographie de Ron Fortunato & Garry Phillips
    Musique de Philip Miller
    Décors de Johnny Breedt
    Direction artistique de Delarey Wagenar
    Costumes de Reza Levy
    Montage de Jill Bilcock
    Casting de Susie Figgis
    Scripte de Salamina Mokome
    Durée 1 h 41

    Avec Tim Robbins, Derek Luke, Bonnie Henna, Mncedisi Shabangu, Tumisho Masha, Sithembiso Khumalo, Terry Pheto, Michele Burgers...

    Résumé : En Afrique du Sud, Patrick Chamusso mène une vie simple entre sa famille et son poste à la raffinerie de pétrole de Secunda. Lorsque des activistes tentent de faire sauter la raffinerie, Patrick n'est pas là. Il a pris une journée pour aller encourager son équipe de foot lors d'une finale, et rendre visite en secret au fils qu'il a eu avec son ex-petite amie. Nic Vos, un policier blanc, arrête Patrick et deux autres ouvriers noirs. Pour protéger son mariage, Patrick cache l'alibi qui pourrait le sauver, jusqu'à ce que sa femme, Precious, soit arrêtée à son tour et battue. Il avoue un mensonge et déclare avoir aidé les activistes. Mais Vos comprend la vérité et le relâche. Cet épisode ouvre les yeux de Patrick, qui décide de rejoindre le mouvement de l'African National Congress...