Accueil
Acteurs
Actrices
Compositeurs
Films
Photographes
Réalisateurs
Scénaristes
Technique
Récompenses
Thèmes










   

HARRY POTTER ET LA COUPE DE FEU
(Harry Potter and the goblet of fire)
Aventures / USA 2005

© Warner Bros
Fiche Technique

Réalisé par : Mike Newell
Scénario de : Steve Kloves d'après le roman de Joanne Kathleen Rowling
Photographie de : Roger Pratt
Musique de : Patrick Doyle
Décors de : Stuart Craig & Stephanie McMillan
Direction artistique de : Andrew Ackland-Snow, Mark Bartholomew, Alastair Bullock, Alan Gilmore, Neil Lamont, Gary Tomkins & Alexandra Walker
Costumes de : Jany Temime
Montage de : Mick Audsley
Casting de : Mary Selway & Fiona Weir
Scripte de : Libbie Barr
Durée : 2 h 37
Distribution

Daniel Radcliffe.................Harry Potter
Emma Watson..................Hermione
Rupert Grint......................Ron
Ralph Fiennes...................Lord Voldemort
Michael Gambon...............Professeur Dumbledore
Brendan Gleeson, Robbie Coltrane, Maggie Smith, Alan Rickman, Miranda Richardson, Gary Oldman, Jason Isaacs, Clémence Poésy, Timothy Spall...

Résumé

La quatrième année à l'école de Poudlard est marquée par le "Tournoi des trois sorciers". Les participants sont choisis par la fameuse "coupe de feu" qui est à l'origine d'un scandale. Elle sélectionne Harry Potter alors qu'il n'a pas l'âge légal requis ! Accusé de tricherie et mis à mal par une série d'épreuves physiques de plus en plus difficiles, ce dernier sera enfin confronté à Celui dont on ne doit pas prononcer le nom, Lord V...

Prix & Récompenses

Bafta 2006 : Meilleure direction artistique.

L'avis de Ciném@ et Cie

Après le réalisateur Alfonso Cuaron, c’est au tour du réalisateur britannique, Mike Newell, de s’atteler à la saga Harry Potter. Et si avec le précédent film, on parlait déjà d’un coté plus sombre, dans celui-ci, il est clair que cette direction est suivie et approfondie. Les couleurs deviennent plus noires, les scènes plus fortes, les dangers plus grands et les personnages aussi, à l’image d’Harry, de Ron et d’Hermione qui s’éloignent à grand pas de l’enfance pour entrer de plein pied dans l’adolescence et tous les problèmes que ça peut engendrer. Mais pour Harry, s’il y a le côté plaisant de tomber amoureux, c’est aussi l’occasion de retrouver ses vieux démons. Avec Mike Newell, on pouvait craindre un traitement trop romantique or il a parfaitement su développer les thèmes chers à l’adolescence tout en intensifiant l’affrontement principal a savoir Harry Potter contre Lord Voldemort. S’il est vrai, que les autres personnages sont moins mis en valeur que dans les opus précédents, on ne peut qu’être émerveillé par tant de savoir faire pour nous permettre de partager ces grands moments de tendresse, de joie – oui, il y en a ! - et de peur avec un Daniel Radcliffe qui est mieux de film en film. Ceci dit les amis ne sont pas oubliés, des sentiments naissent qui laissent présager un développement futur que j’attends avec impatience...
A noter que côté musique, John Williams cède la place à Patrick Doyle qui compose là, une musique somptueuse. Il a eu l’intelligence de composer une bande originale très personnelle – outre le thème qui revient de temps à autre – et donc, en refusant la copie simple, il a pu créer des thèmes de très grandes qualités qui s’apprécient pendant, et après le film. J’ignore s’il a eu des directives de la part des producteurs mais très sincèrement, je souhaite qu’il rempile pour le 5ème.