Accueil
Acteurs
Actrices
Compositeurs
Films
Photographes
Réalisateurs
Scénaristes
Technique
Récompenses
Thèmes
Contact














La Géorgie fait son cinéma
Les autres états

Géographie

La Géorgie, (Georgia) est un État du Sud des États-Unis, bordé à l'ouest par l'Alabama, au nord par le Tennessee et la Caroline du Nord, à l'est par la Caroline du Sud et l'océan Atlantique et au sud par la Floride. Sa capitale est Atlanta.
Selon les dernières estimations du Bureau du recensement des États-Unis (2019, publiées en décembre), l'État compte 10 617 423 habitants. Environ 57% (6 millions d'habitants) vit dans la région métropolitaine d'Atlanta, neuvième aire urbaine du pays.
La Géorgie a une superficie de 152 577 km2. Le Nord de l'État est occupé par la chaîne des Appalaches, le Sud et l'Est, quant à eux, par la plaine côtière. L'État bénéficie d'un climat subtropical humide.

Histoire

La culture locale des Mound Builders, décrite par Hernando de Soto en 1540, a complètement disparu en 1560.
Le conflit entre l'Espagne et l'Angleterre commence en 1670, lorsque les Britanniques fondent la colonie de Caroline, dans la Caroline du Sud actuelle. À peu près un siècle plus tôt, les huguenots avaient essayé d'installer une colonie en Floride française, Charlesfort et fort Caroline, et les Espagnols avaient fondé les provinces missionnaires de Guale et Mocama sur la côte de la région. Après des décennies de combats, les habitants, aidés par les Amérindiens, détruisent le système des missions durant les invasions de 1702 et 1704. Après cette date, l'Espagne ne contrôle plus que Saint Augustine et Pensacola ; mais la Floride subit aussi des raids par la suite. La côte de Géorgie est donc occupée par les Amérindiens jusqu'à ce que la région soit dépeuplée au cours de la guerre des Yamasee, en 1715-1716, après laquelle on y vit la possibilité d'ouvrir une colonie britannique.
Avec l'établissement de la ville de Savannah en 1733, la province de Géorgie est créée par les Britanniques pour contrer l'expansionnisme espagnol depuis la Floride ; elle doit également accueillir des migrants emprisonnés en Angleterre pour dette. Son nom est un hommage au Roi George II de Grande-Bretagne. À cette date, l'esclavage est interdit, jusqu'en 1749. En 1775, la Géorgie compte quelque 35 000 habitants. Entre 1765 et 1769, des terres sont offertes à treize colons sur les îles de Cumberland, qui deviendront des plantations.
Le conflit avec les Espagnols est ravivé par la fondation de la nouvelle colonie que Madrid considère comme illégale. Lors de la guerre de l'oreille de Jenkins, la Géorgie doit faire face à une invasion espagnole en 1742, qui subit un échec, notamment à la suite de la bataille de Bloody Marsh. L'Espagne reconnaît finalement en 1750 l'implantation britannique dans la région.
Par la suite, la Géorgie devient l'une des treize colonies à se révolter contre les Britanniques durant la guerre d'indépendance américaine. Elle est le quatrième État de l'Union le 2 janvier 1788.
La Géorgie importa de nombreux esclaves de différentes ethnies africaines pour ses plantations de riz puis de coton. Les esclaves de même ethnie seront séparés, ce qui va faciliter la pénétration de la langue anglaise, christianisés et rebaptisés. Ceux-ci seront le plus souvent déportés par des négriers anglais et français, principales puissances maritimes à cette époque.
En 1790, la colonie compte 29 264 esclaves et en 1793 l'assemblée fait passer une loi prohibant leur importation, mais il faut attendre 1798 pour qu'elle puisse prendre effet avec le vote d'une constitution de l'État. La loi est ignorée par les planteurs, et en 1800, l'État compte 59 699 esclaves. Leur nombre double à nouveau dans la décennie suivante pour atteindre 105 218 en 1810. Près de 48 000 d'entre eux sont importés d'Afrique au cours de cette période, puis d'autres des plantations de la Chesapeake, en Virginie. Les esclaves sont 140 656 en 1820 et 280 944 en 1840 puis 462 000 en 1860.
La production de coton a été multipliée par 20 entre 1791 et 1801 en Géorgie, passant de 2 à 48 millions de livres, grâce à une nouvelle variété cultivée sur l'île de Sapelo, le Sea Island cotton et à l'invention de la machine à égrener le coton par Eli Whitney en 1793.
Whitney met au point une machine à trier les fibres de coton des semences, dans le comté de Chatham, le long du fleuve Savannah. Les planteurs de coton, d'abord installés sur l'île de Sapelo et dans l'archipel de Beaufort en Caroline du Sud vont migrer au cours des années 1790 et 1800 en remontant le fleuve Savannah vers la ville d'Augusta et la rivière Ocmulgee vers le fort Benjamin Hawkins, du nom du colonel Benjamin Hawkins (1754-1816), construit en 1806 pour tenir en respect indiens creek sur un site urbain qui devient en 1823 la ville de Macon, nommée d'après l'homme d'État de Caroline du Sud Nathaniel Macon.
À partir de 1828, la Géorgie connut la première ruée vers l'or des États-Unis, épisode qui conduisit à la déportation forcée des tribus Cherokees.
Le 19 janvier 1861, la Géorgie fait sécession de l'Union, rejoignant la nouvelle Confédération en février. La solidarité la Confédération contre les Yankees fut forte en 1861-1863. Cependant, la désillusion s'installe en 1863, avec des tensions de classe de plus en plus graves, des émeutes alimentaires, des désertions et une activité unioniste croissante dans la région montagneuse du nord de l'État.
La Géorgie envoya cent mille soldats dans l'Union Army, principalement en Virginie.
La première grande bataille en Géorgie fut une victoire confédérée à la bataille de Chickamauga en 1863. Ce fut la dernière grande victoire confédérée dans l'Ouest. Après la Proclamation d'émancipation du président Abraham Lincoln de janvier 1863, les esclaves commencèrent à quitter les plantations pour rejoindre les lignes de l'Union et gagner la liberté. En 1864, les armées de William T. Sherman envahissent la Géorgie dans le cadre de la campagne d'Atlanta. Le général confédéré Joseph E. Johnston a mené une série de batailles, la plus importante étant la bataille de Kennesaw Mountain, pour retarder le plus longtemps possible sa retraite vers Atlanta. Le remplaçant de Johnston, le général John Bell Hood, tenta plusieurs contre-attaques infructueuses à la bataille de Peachtree Creek et à la bataille d'Atlanta, mais Sherman s'empara de la ville le 2 septembre 1864.
En novembre, Sherman commença sa célèbre Marche vers la mer, vivant sur le pays, brûlant des plantations, détruisant des chemins de fer et tuant le bétail. Des milliers d'esclaves évadés ont suivi ses troupes à travers la région alors qu'il entrait à Savannah le 22 décembre. La marche de Sherman a été dévastatrice pour la Géorgie et la Confédération économiquement et psychologiquement. Son armée détruit 480 km de ligne de chemin de fer, de nombreux ponts et des milliers de lignes télégraphiques. La campagne de guerre totale de Sherman s'étendit aux civils géorgiens. En juillet 1864, pendant la campagne d'Atlanta, le général Sherman ordonna à environ 400 travailleurs de l'usine de filature de Roswell, pour la plupart des femmes, arrêtés comme traîtres et envoyés comme prisonniers dans le Nord avec leurs enfants.
Le souvenir de la Marche de Sherman est devenu emblématique et au cœur du mythe de la cause perdue. La crise a été le cadre du roman de Margaret Mitchell de 1936 Autant en emporte le vent et du film éponyme.
Les dégâts causés par les batailles, les destructions des plantations et les conditions météorologiques misérables ont eu un effet désastreux sur la production agricole avant la fin de la guerre. La production de la principale culture de l'État, le coton, est passée de plus de 700 000 balles en 1860 à moins de 50 000 en 1865, tandis que les récoltes de maïs et de blé étaient également maigres. Après la guerre, l'État subventionne la construction de nouvelles lignes de chemin de fer afin d'améliorer les infrastructures et les connexions aux marchés. L'utilisation d'engrais a permis la reprise de la production de coton dans le centre de la Géorgie, mais les plantations de riz côtières ne se sont jamais remises de la guerre.
Au début de la période de reconstruction , la Géorgie comptait plus de 460 000 hommes libres. Les esclaves représentaient 44% de la population de l'État en 1860. Après la guerre civile, de nombreux anciens esclaves ont déménagé des zones rurales à Atlanta, où les possibilités économiques étaient meilleures. D'autres migrations concernaient des Noirs qui se déplaçaient des plantations vers les petites villes et les communautés adjacentes. Une nouvelle agence fédérale, le Freedmen's Bureau, a aidé les Noirs à négocier des contrats de travail et à créer des écoles et des églises. Les planteurs de la région ont lutté ont résisté contre cette main-d'œuvre rémunérée qu'ils ont essayé de contrôler par les codes noirs.
La décision d'Andrew Johnson de rétablir les anciens États confédérés dans l'Union, sans exigences en matière de changement politique, a été critiquée par les républicains radicaux au Congrès. En mars 1867, le Congrès adopta la première Loi sur la reconstruction pour placer le Sud sous occupation et régime militaire. Avec l'Alabama et la Floride, la Géorgie a été inclus dans le troisième district militaire, sous le commandement du général John Pope. Le régime militaire a duré moins d'un an. Il a supervisé les premières élections au cours desquelles les hommes noirs pouvaient voter. En 1867, la liste électorale comprenait 102 000 Blancs et 99 000 Noirs. Les républicains radicaux au Congrès exigeaient des ex-confédérés qu'ils prêtent un serment de loyauté ou qu'ils soient empêchés d'exercer leurs fonctions. La législature était contrôlée par une coalition biraciale de libérés nouvellement émancipés, de Nordistes et de Sudistes blancs. Ces derniers étaient pour la plupart d'anciens Whigs qui s'étaient opposés à la sécession.
En juillet 1868, l'Assemblée générale nouvellement élue a ratifié le quatorzième amendement ; un gouverneur républicain, Rufus Bullock, a été désigné, et la Géorgie a été réadmise à l'Union. Les démocrates de l'État, y compris les anciens dirigeants confédérés Robert Toombs et Howell Cobb, se sont réunis à Atlanta pour dénoncer la reconstruction. En septembre, les républicains blancs se sont joints aux démocrates pour expulser les trente-deux législateurs noirs de l'Assemblée générale. Refusant d'abandonner leur domination sociale, certains ex-confédérés ont organisé des groupes paramilitaires, en particulier sous l'influence du Ku Klux Klan.
L'activité des groupes politiques opposés à la reconstruction a incité les républicains et d'autres à demander le retour du pouvoir militaire. La Géorgie fut l'un des deux seuls États ex-confédérés à voter contre Ulysses S. Grant à l'élection présidentielle de 1868. En mars 1869, la législature de l'État revient sur la ratification du Quinzième amendement. Le même mois, le Congrès américain, en raison de fraudes électorales, a interdit aux représentants de la Géorgie de prendre leurs sièges. Cela aboutit à rétablissement du régime militaire en décembre 1869. En janvier 1870, le général Alfred H. Terry, dernier commandant général du troisième district, purge l'Assemblée générale des ex-confédérés. Il les remplaça par des candidats républicains et rétablit les législateurs noirs expulsés. Cette Assemblée générale imposée militairement avait une large majorité républicaine.
En février 1870, la nouvelle législature a ratifié à nouveau le quinzième amendement et a choisi ses sénateurs à envoyer à Washington. Le 15 juillet, la Géorgie est devenue le dernier ancien État confédéré réadmis dans l'Union. Après la fin du régime militaire, les démocrates ont remporté des majorités écrasantes dans les deux chambres de l'Assemblée générale, aidés par la violence électorale et la fraude.

Source : Wikipédia.

Les comtés

Appling
Atkinson
Bacon
Baker

Baldwin
Banks
Barrow
Bartow

Ben Hill
Berrien
Bleckley

Brantley
Brooks
Bryan
Bulloch

Burk
Butts
Calhoun
Camden

Candler
Carroll
Catoosa
Charlton

Chattahoochee
Chattooga

Clay
Clayton
Clinch

Cobb
Coffee
Colquitt
Columbia

Cook
Crawford

Dade
Dawson
Decatur
DeKalb

Dodge
Dooly
Dougherty

Early
Echols
Elbert

Emanuel
Evans
Fannin
Fayette

Floyd
Forsyth
Franklin

Gilmer
Glascock
Gordon

Grady
Greene
Gwinnett

Hancock
Haralson
Harris

Hart
Heard
Henry

Irwin
Jackson
Jeff Davis

Jefferson
Jenkins
Johnson
Jones

Lamar
Lanier
Laurens
Lee

Liberty
Lincoln
Long
Lowndes

Lumpkin
Madison
Marion

McDuffie
McIntosh
Meriwether
Miller

Mitchell
Monroe
Montgomery

Murray
Muscogee
Oconee

Oglethorpe
Paulding
Pickens

Pierce
Pike
Polk
Pulaski

Quitman
Rabun
Randolph

Richmond
Rockdale
Schley
Screven

Seminole
Spalding
Stephens
Stewart

Sumter
Talbot
Taliaferro
Tattnall

Taylor
Telfair
Terrell
Thomas

Tift
Toombs
Towns
Treutlen

Troup
Turner
Twiggs
Union

Upson
Walker
Walton
Ware

Warren
Washington
Wayne
Webster

Wheeler
White
Whitfield
Wilcox

Wilkes
Wilkinson
Worth