MENU

  • Accueil
  • Acteurs
  • Actrices
  • Compositeurs
  • Films
  • Photographes
  • Réalisateurs
  • Scénaristes
  • Technique
  • Récompenses
  • Thèmes










  •    

    La bande dessinée au cinéma
    Les Années 1930


    1940 - 1950 - 1960 - 1970 - 1980 - 1990 - 2000 - 2010

    Histoire de la Bande Dessinée
    Du début aux années 1930

    La première personne à ouvrir la voie de la bande dessinée telle qu'on la connaît aujourd'hui fut un Suisse nommé Rodolphe Töppfer. Celui-ci eut la brillante idée d'associer le dessin et le texte (à noter que le texte n’était pas encore écrit dans des bulles, mais bien seulement en bas des images) et le représenta bien dans son premier ouvrage édité, Histoire de M. Jabot, parut en 1833. Bientôt, Töppfer est rejoint par d'autres artistes, surtout des Français. Les revues commencent à faire de la place pour ce qu'ils appellent les "histoires illustrées". Plusieurs périodiques apparaissent, aidant ainsi la popularité de ces nouveaux divertissements.
    Dès la fin du XIXe siècle, les récits imagés se multiplient. On en retrouve maintenant mondialement : en Amérique du Sud, aux États-Unis... La plupart des bandes dessinées se retrouvent dans les parutions du dimanche des grands quotidiens, comme le Sunday Examiner et le New York World. Ces illustrations sont humoristiques et les premières à paraître dans ces journaux respectifs furent Little Bears and Tigers de James Guilford et At the Circus in Hogan's Alley (rebaptisé the Yellow Kid) de Richard Felton Outcault. Outcault fut l'un des principaux inventeurs de la bande dessinée actuelle. Il introduit les phylactères, utilisait les mêmes personnages, découpait ses illustrations en vignettes, un peu comme les dessinateurs d'aujourd'hui. La plus vielle série est celle de Rudolph Dirks intitulée The Katzenjammer Kids, connue en France sous le nom de Pim, Pam, Poum, commencée en 1897 et qui continue de paraître encore aujourd'hui.
    En 1900, deux tendances vont se former en France. La première est pour le public populaire et propose des périodiques comme L’Illustré (1904), le Petit Illustré (1906) ou l’American Illustré (1907). La deuxième sera pour les bourgeois, avec des revues telles que les Belles Images (1904), la Semaine de Suzette (1905) ou l’Écho de Noël (1906). Il faut dire que, contrairement à celles faites aux États-Unis, ces revues sont toujours publiées avec le texte sous l’image. En France, Bibi Fricotin est créé en 1924. Cette bande dessinée est toujours sur le modèle du texte sous l’image, cependant Alain Saint-Ogan en décide autrement avec Zig et Puce (publié en 1925 dans le Dimanche illustré) pour lequel il utilise les phylactères. C’est la première fois qu’un artiste français les utilise de manière systématique.
    C’est en 1926 que le Belge Hergé (de son vrai nom Georges Rémi) dessine Totor, C.P. des Hannetons, dans le Boy-Scout. C’est dans le Petit Vingtième, duquel il est responsable, qu’il introduira celui qui sera connu du monde entier : un certain reporter dénommé Tintin et son fox-terrier...
    La bande dessinée américaine privilégie l’humour depuis le début, le terme "comic strip" le démontre bien. En 1929, Popeye apparaît dans la série Thimble Theater, puis Mickey Mouse fait ses débuts en bande dessinée. À partir de 1929, les Américains découvrent des bandes dessinées plus réalistes, comme Tarzan (de Harold Foster, tiré de l’œuvre de Edgar Rice Burroughs en 1929), Buck Rogers (Dick Calkins et Philip F. Nowlan - 1929), Dick Tracy (Chester Gould – 1931) et Blondie (Chic Young – 1930). Le comic strip réaliste connaît ainsi ses débuts, offrant à son public quelque chose pour tous les goûts. Pendant cette décennie, il devient de plus en plus populaire.
    Le "comic book" va commencer à prendre de plus en plus de place. En 1937, Detective Comics est lancé. C’est le premier "comic book" qui est consacré à un thème précis. C’est dans ce "comic book" que Batman fera sa première apparition peu d’années après, dépassant le succès de Superman (conçu par Jerry Siegel et Joe Shuster, un canadien de Toronto) qui était paru en 1938 dans Action Comics. Ce sont les deux premiers super-héros dignes de ce nom et ils vont dominer le monde des bandes dessinées américaines. Durant une dizaine d’années, des chefs d’oeuvre devenus maintenant des classiques apparaissent aux États-Unis et se font bientôt expédier vers les quatre coins de la Terre. Certaines se poursuivent encore en ce moment, mais d’autres furent délaissées par le public, à mesure que d’autres essayaient de reprendre les séries là où les créateurs les avaient laissées. Mais des super-héros tels que Batman et Superman restent toujours en vie grâce aux productions cinématographiques et aux divers produits qui portent toujours leurs marques.

    Source : Dictionnaire mondial de la Bande Dessinée

    La Bande Dessinée se fait des bulles sur les écrans

    FLASH GORDON : ROCKETSHIP

    1936, Science-Fiction, USA
    Réalisé par Frederick Stephani & Ray Taylor
    Scénario d'Ella O'Neill, George H. Plympton, Basil Dickey & Frederick Stephani d'après le comic strip d'Alex Raymond
    Photographie de Jerome Ash & Richard Fryer
    Musique de Clifford Vaughan
    Département musique : Franz Waxman
    Décors de Ralph Berger
    Montage de Saul A. Goodkind, Louis Sackin, Alvin Todd & Edward Todd
    Durée 1 h 22

    Avec Buster Crabbe, Jean Rogers, Charles Middleton, Priscilla Lawson, Frank Shannon, Richard Alexander, James Pierce...

    Résumé : Flash Gordon, un jeune homme sportif et musclé fait la connaissance de Dale Arden lorsqu'il la sauve d'une catastrophe aérienne en sautant en parachute. Ils atterrissent près du laboratoire du Docteur Zarkov. Celui-ci les oblige à monter dans une fusée en partance pour la planète Mongo. Il semblerait que la petite planète se dirige tout droit sur la Terre et doit entrer en collision avec elle. Nos héros doivent sauver le monde des griffes du terrible Empereur Ming dont les armes scientifiques et destructrices font des ravages...

    Les plus de Ciném@ et Cie : Alex Raymond de son vrai nom Alexandre Gillespie Raymond est né le 2 octobre 1909 à New Rochelle (USA) et il est décédé le 6 septembre 1956 à Westport (USA). Il fut marié en 1931 à Helen Frances William avec qui il eut cinq enfants. Après des petits boulots difficiles en tant qu'agent de change lors de la Grande Crise, il est encouragé par son voisin Russ Westover (dessinateur de Tillie the Toiler) à rejoindre le King Features Syndicate. Dans l'anonymat le plus complet, il devient l'assistant de Lyman et Chic Young en 1930 sur Tim Tyler's Luck et Blondie. Lorsque le KFS décide de lancer sa propre série de science-fiction en 1933, il crée Flash Gordon qui posera les règle du genre de la space opera dessinée. Dans la foulée, il lance Jungle Jim, qui rejoint la grande tradition de l'aventurier baroudeur. Parallèlement, il touche en 1934 aux codes du polar en démarrant les aventures de l'Agent Secret X-9 aux côtés de Dashiell Hammett. Trois séries marquantes formant comme un triptyque de la bande dessinée de genre moderne. Il doit interrompre son travail à cause de la Seconde Guerre mondiale, où il servira dans le Corps des Marines des États-Unis d'Amérique. En 1946, il débute la série Rip Kirby pour laquelle il recevra un Reuben Award de la National Cartoonists Society en 1949. Il meurt à 46 ans dans un accident en conduisant la voiture du dessinateur Stan Drake.
    FLASH GORDON

    1936, Science-Fiction, USA
    Réalisé par Frederick Stephani & Ray Taylor
    Scénario d'Ella O'Neill, George H. Plympton, Basil Dickey & Frederick Stephani d'après le comic strip d'Alex Raymond
    Photographie de Jerome Ash & Richard Fryer
    Musique de Clifford Vaughan
    Décors de Ralph Berger
    Montage de Saul A. Goodkind, Louis Sackin, Alvin Todd & Edward Todd
    Durée 13 x 0 h 19

    Avec Buster Crabbe, Jean Rogers, Charles Middleton, Priscilla Lawson, Frank Shannon, James Pierce, Richard Alexander...

    Résumé : Une étrange planète se rue inévitablement en direction de la terre. Ce destin fatal imminent crée un pandemonium mondial. Mais le docteur Zarkov pense pouvoir arrêter le désastre en allant sur la mystérieuse planète grâce à son vaisseau expérimental. Il est accompagné de l'athlétique Flash Gordon et de la belle Dale Arden. Une fois la planète atteinte, les trois aventuriers découvrent une planète où les peuples sont en guerre et où le diabolique empereur Ming contrôle son orbite en direction de la terre...
    JIM LA JUNGLE
    (Jungle Jim)

    1937, Aventures, USA
    Réalisé par Ford Beebe & Clifford Smith
    Scénario de Wyndham Gittens, Norman S Hall & Ray Trampe d'après le comic strip d'Alex Raymond
    Photographie de Jerome Ash
    Département musique : Franz Waxman
    Décors de Ralph M. DeLacy
    Montage de Louis Sackin, Alvin Todd & Edward Todd
    Durée 4 h 00

    Avec Grant Withers, Betty Jane Rhodes, Raymond Hatton, Evelyn Brent, Henry Brandon, Bryant Washburn, Claude King, Selmer Jackson...

    Résumé : 1er épisode : "La Déesse des lions" : La tribu sauvage des Basumbo est gouvernée par un aventurier blanc qu’on nomme le Cobra. Il vit en potentat dans son repaire de la jungle avec sa sœur Shanghaï Lil et Jane, qu’il fait passer pour sa fille. Celle-ci, échouée sur la côte africaine à la suite d’un naufrage, a été surnommée par les Noirs "La Déesse des lions", car elle exerce un étrange pouvoir sur les fauves...
    2e épisode : "Le Château dans la jungle" : "La Déesse des lions" décide de s’enfuir avec Jim de la jungle en direction de la côte. Mais pendant ce temps, les autres s’organisent. Pour s’approprier l’héritage de sa nièce, Redmond passe un pacte avec le Cobra. Jim, Malay Mike et Jane sont repris, au terme d’une poursuite haletante. Les deux hommes vont être attachés au poteau de torture, cibles vivantes de cruels tireurs à l’arc...
    3e épisode : "Prisonniers de la brousse" : Par une manoeuvre d’une hardiesse extrême, "La Déesse des Lions" parvient à sauver encore une fois la vie de ses compagnons. Ils sont seulement jetés aux oubliettes du château de leur tortionnaire. Cependant, un vent de discorde souffle dans la communauté Basumba, toujours attachée au charisme de Jane. Profitant de ces dissensions, Jim s’échappe...
    4e épisode : "Vainqueur du Cobra" : Un avion survole la jungle avec à son bord un policier américain, venu pour arrêter l’ancien repris de justice. Jim la Jungle et Jane s’enfuient par les souterrains. Tandis que le Cobra, Shanghaï Lil, Redmond et leurs complices sont enfin réduits à merci, nos deux héros quittent la cruelle terre d’Afrique, vers une nouvelle vie...

    Les plus de Ciném@ et Cie : La version française contractait le tout en 4 épisodes, d’environ 50 minutes chacun. Cette première adaptation est relativement la plus fidèle à la bande dessinée d’origine, sauf que la fidèle compagne de Jim la Jungle, Lili de Vrille appartient ici au clan de ses ennemis. La version originale contient 12 épisodes.
    BLONDIE

    1938, Comédie, USA
    Réalisé par Frank R. Strayer
    Scénario de Richard Flournoy d'après le comic strip de Chic Young
    Photographie d'Henry Freulich
    Musique de Leigh Harline
    Département musique : Alfred Newman
    Décors de Lionel Banks & Jerome Pycha Jr.
    Costumes de Robert Kalloch
    Montage de Gene Havlick
    Son de Lodge Cunningham
    Durée 1 h 10

    Avec Penny Singleton, Arthur Lake, Larry Simms, Gene Lockhart, Jonathan Hale, Gordon Oliver, Danny Mummert, Kathleen Lockhart, Ian Wolfe, Ann Doran, Stanley Andrews...

    Résumé : A la veille de leur cinquième année de noces, Blondie et Dagwood et leur enfant, ont des problèmes financiers. Blondie presse Dagwood de demander à son patron une augmentation pour payer les meubles qu'elle a acheté. Malheureusement, quand Dagwood parvient à la société de construction où il travaille, il découvre qu'il est tenu pour...

    Les plus de Ciném@ et Cie : Murat Bernard Young, plus connu sous le nom de Chic Young, est né le 9 janvier 1901 à Chicago et décédé le 14 mars 1973 à St. Petersburg en Floride est le créateur du comic strip Blondie. Il passe son enfance à Saint-Louis dans le Missouri. Employé comme secrétaire dans une compagnie ferroviaire, il suit des cours du soir de l'Art Institute. En 1920 il crée The affaires of Jane, son premier comic-strip, au sein de la Newspaper Entreprise Association de Cleveland. En 1922, il part à New York où il crée la série Beautiful Bab pour le Bell Syndicate. Deux ans plus tard, il est débauché par Randolph Hearst et le King Features Syndicate pour créer Dumb Dora (1924). C'est à cette occasion qu'il se met à signer "Chic Young". Dumb Dora est un "flapper-Strip", qui raconte les aventures d'une femme émancipée typique des années 1920. Cependant, contrairement à de nombreux strips de l'époque (Dixie Dugan par exemple), l'héroïne est une écervelée et son portrait n'a rien de très flatteur. Le succès de Dumb Dora est tel que ce mot ne tarde pas à devenir un nom commun employé pour désigner une fille stupide. Au fil des années, Chic Young dirige une petite équipe dans laquelle figureront Lyman Young (son frère), Bud Counihan, Paul Fung Sr, Bill Dwyer, Frank Engli et, surtout, Alex Raymond, futur dessinateur de Flash Gordon. Chic Young scénarise Blondie jusqu'en 1972.
    FLASH GORDON'S TRIP TO MARS

    1938, Science-Fiction, USA
    Réalisé par Ford Beebe & Robert F. Hill
    Scénario de Ray Trampe, Norman S. Hall, Wyndham Gittens & Herbert Dalmas d'après le comic strip d'Alex Raymond
    Photographie de Jerome Ash
    Décors de Ralph M. DeLacy
    Montage de Joseph Gluck, Saul A. Goodkind, Louis Sackin & Alvin Todd
    Durée 5 h 00

    Avec Buster Crabbe, Jean Rogers, Charles Middleton, Frank Shannon, Beatrice Roberts, Donald Kerr, Richard Alexander, C. Montague Shaw, James Pierce...

    Résumé : Un rayon mortel venu de l'espace menace la Terre. Croyant que le rayon émane de Mongo, Flash Gordon, le Docteur Zarkov, Dale Arden et un journaliste, passager clandestin, Happy Hapgood, quitte la Terre dans un vaisseau spatial pour arrêter l'attaque, mais ils découvrent alors que le rayon vient de Mars...
    MARS ATTACK THE WORLD

    1938, Science-Fiction, USA
    Réalisé par Ford Beebe & Robert F. Hill
    Scénario de Ray Trampe, Norman S. Hall, Wyndham Gittens & Herbert Dalmas d'après le comic strip d'Alex Raymond
    Photographie de Jerome Ash
    Décors de Ralph M. DeLacy
    Montage de Joseph Gluck & Saul A. Goodkind
    Durée 1 h 08

    Avec Buster Crabbe, Jean Rogers, Charles Middleton, Frank Shannon, Donald Kerr, Richard Alexander, Beatrice Roberts, Wheeler Oakman...

    Résumé : Le super héros Flash Gordon combat les martiens, qui menacent d'envahir la Terre...
    BUCK ROGERS

    1939, Science-Fiction, USA
    Réalisé par Ford Beebe & Saul A. Goodkind
    Scénario de Norman S. Hall, Ray Trampe & Philip Francis Nowlan d'après le comic strip de Dick Calkins
    Photographie de Jerome Ash
    Direction musicale : Charles Prévin
    Département musique : Franz Waxman
    Décors de Ralph M. De Lacy
    Montage de Joseph Gluck, Louis Sackin & Alvin Todd
    Durée 2 h 57

    Avec Buster Crabbe, Constance Moore, Jackie Moran, Jack Mulhall, Anthony Warde, C. Montague Shaw, Guy Usher, William Gould, Henry Brandon, Carleton Young, Frank Ellis...

    Résumé : Préservés en vie en complète hibernation pendant 500 ans par un gaz présent dans la cabine de leur dirigeable naufragé des glaces arctiques, Buck Rogers et Buddy sont sauvés par des scientifiques en l'an 2500 à la recherche du monde de Killer Kane, un despote qui, avec l'aide des ses hommes de mains, impose ses terribles lois. En utilisant un arsenal d'armes fantastiques créées par le laboratoire clandestin du Docteur Huer, le groupe tente d'obtenir de l'aide de la planète Saturne pour évincer le dirigeant tyrannique. Mais les acolytes de Killer Kane ont déjà pris le contrôle du Prince de Saturne...

    Les plus de Ciném@ et Cie : Richard Calkins est un dessinateur et scénariste américain né sous le nom de Dick Calkins dans le Michigan en 1898 et mort en 1962. Il commence sa carrière comme dessinateur humoristique au Chicago Examiner. Il créé le 7 janvier 1929 le comic strip Buck Rogers sur un scénario de Phil Nowlan d'après son roman Armaggedon 2419 AD paru en pulp magazine. Il dessinera cette série jusqu'en 1947. À la mort de Phil Nowland en 1940, il en assure le scénario.
    BÉCASSINE

    1939, Comédie, France
    Réalisé par Pierre Caron
    Scénario de Jean Nohain & René Pujol d'après les albums d'Émile-Joseph-Porphyre Pinchon et Caumery
    Photographie de Willy, François Franchi & Marcel Villet
    Musique de Raoul Moretti
    Décors de Jean Douarinou & Jacques Gut
    Montage de Madeleine Cathelin & André Gug
    Son de Robert Teisseire
    Durée 1 h 33

    Avec Max Dearly, Paulette Dubost, Marguerite Deval, Marcel Vallée, Annie France, Alice Tissot, Nita Raya, Daniel Clérice, René Navarre, Roger Legris...

    Résumé : Bécassine, petite paysanne bretonne revenue d'un tour du monde, est cuisinière chez Mme de Grand Air qui héberge la famille Tampico en hôtes payants. Il s'avère que ces derniers sont des escrocs intéressés par la fortune de la famille de Grand Air. Le fils Tampico, José, tente de séduire la jeune Annie de Grand Air qui lui préfère le docteur Chantrelle. La malhonnête famille cache ses bijoux dans la chambre de Bécassine et fait croire à un vol. Chantrelle se retrouve accusé du larcin au grand désespoir d'Annie. Heureusement, Bécassine découvre le pot aux roses et les amoureux peuvent ainsi se marier, ce qui n'est pas sans inspirer la petite Bretonne...

    Les plus de Ciném@ et Cie : Émile-Joseph Porphyre Pinchon est né à Amiens le 17 avril 1871. Il commença la peinture dès son plus jeune âge et devint l'élève de Cormon et d'Albert Besnard. Son travail fut exposé au salon annuel de "the National Art Society" en 1893. Ce peintre de vocation ne se tourna vers l'illustration de presse que pour des raisons bassement alimentaires. C'est au début du siècle, en 1904, que "Le Petit Journal Illustré de la Jeunesse" publie les premiers dessins de celui qui restera à jamais célèbre pour avoir créé, l'année suivante en 1905, avec le scénariste Caumery, (pseudonyme de Maurice Languereau), dans le premier numéro de "La Semaine de Suzette", l'immortel personnage de Bécassine. Son premier album, publié en 1913 par Gautier-Languereau, devint un énorme succès et qui est toujours réédité de nos jours. Pinchon a aussi travaillé pour d'autres magazines, comme Le Saint Nicolas, l'Écho de Paris et La France, avec Jaboune (Jean Nohain) en 1920, il crée Frimousset. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il travaille pour le magazine Benjamin, où il crée 'La Famille Amulette' et 'Grassouillet', toujours avec Jaboune, et d'autres séries qui, si elles ont eu à l'époque les honneurs d'une publication en albums, n'ont pas eu le même bonheur. Après la guerre, Pinchon démarre une collaboration avec le magazine belge Wrill (continuant de plus des histoires pour plusieurs autres magazines), pour lequel il crée d'autres BD comme 'Gilles du Maquis', 'Gringalou', 'Olive et Bengali', 'Suzel' et beaucoup d'autres. Émile-Joseph Pinchon fut un des pionniers des artistes de BD Franco-Belge, travaillant dans un style pure et réaliste. Son style inspira plus tard La Ligne Clair, dont Hergé fut un de ses représentants les plus importants. Pinchon est décédé en 1953.
    MA FEMME ET MON PATRON
    (Blondie meets the boss)

    1939, Comédie, USA
    Réalisé par Frank R. Strayer
    Scénario de Richard Flournoy & Kay Van Riper d'après le comic strip de Chic Young
    Photographie d'Henry Freulich
    Musique de Milton Drake & Leigh Harline
    Direction musicale de Morris Stoloff
    Décors de Lionel Banks & Jerome Pycha Jr.
    Costumes de Robert Kalloch
    Montage de Gene Havlick
    Durée 1 h 15

    Avec Penny Singleton, Arthur Lake, Larry Simms, Daisy, Jonathan Hale, Danny Mummert, Dorothy Moore, Don Beddoe, Irving Bacon, Eddie Acuff...

    Résumé : Dagwood sauve une femme dont le bateau s'est renversé, mais Blondie soupçonne quelque chose de louche quand elle trouve un instantané d'elle...
    BLONDIE TAKES A VACATION

    1939, Comédie, USA
    Réalisé par Frank R. Strayer
    Scénario de Karen De Wolf, Robert Chapin & Richard Flournoy d'après le comic strip de Chic Young
    Photographie d'Henry Freulich
    Musique de Milton Drake & Leigh Harline
    Direction musicale de Morris Stoloff
    Décors de Lionel Banks & Jerome Pycha Jr.
    Costumes de Robert Kalloch
    Montage de Viola Lawrence
    Durée 1 h 12

    Avec Penny Singleton, Arthur Lake, Larry Simms, Danny Mummert, Donald Meek, Donald Mac Bride, Thomas W. Ross, Elizabeth Dunn, Irving Bacon, Arthur Aylesworth...

    Résumé : Une petite ville d'une station de montagne n'est pas vraiment préparé pour les folies qui se produisent lors de la visite des Bumsteads...
    THE ADVENTURES OF JANE ARDEN

    1939, Policier, USA
    Réalisé par Terry O. Morse
    Scénario de Vincent Sherman, Lawrence Kimble, Charles W. Curran & Lee Katz d'après le comic strip "Jane Arden" de Monte Barrett & Russell E. Ross
    Photographie de L. William O'Connell
    Direction artistique de Max Parker
    Costumes de Milo Anderson
    Montage de Harold McLernon
    Son de Charles Lang
    Durée 0 h 58

    Avec Rosella Towne, William Gargan, James Stephenson, Benny Rubin, Dennie Moore, Peggy Shannon, Edgar Edwards, Hobart Cavanaugh...

    Résumé : La journaliste Jane Arden infiltre une bande de voleurs de Jewel. Sa mission devient plus dangereuse lorsque son identité est découvert dès le début par l'un des chefs de gangs...